PÉRIODISATION, histoire

La périodisation segmente le cours de l'histoire pour rendre les faits pensables. Ce découpage est la base de toute interprétation historique.

Périodisation à l'ancienne

Périodiser rend pensable le chaos des chroniques, ordonne le fil du temps ; l'opération trahit souvent la quête obstinée d'un sens de l'histoire. De Hésiode à Marx, en passant par saint Augustin ou Hegel, les grandes visions du monde porteuses d'un sens global reposent sur une périodisation du temps de l'histoire. Ainsi, le christianisme ne se dissocie pas d'un récit chronologique ordonné en séquences : la création du monde, le monde après la perte du paradis, le monde après la venue du Christ, la fin du monde et le Jugement dernier comme fin de l'histoire. De même, Karl Marx périodise l'histoire humaine selon les modes de production : mode de production antique fondé sur l'esclavage, féodal fondé sur le servage, capitaliste à l'âge du salariat. Qu'ils soient cycliques, comme la périodisation grecque (de l'Âge d'or à l'Âge du fer) et la périodisation chinoise classique (de l'avènement d'une dynastie à sa chute pour rupture du « mandat du Ciel »), ou vectoriels, tendus d'une fondation vers une fin, comme le christianisme avec le Jugement dernier ou le marxisme avec la société sans classes, ces systèmes généraux de pensée du temps historique disent le passé, le présent et l'avenir de l'humanité. Même lorsqu'une périodisation ne prend en compte que les moments d'accomplissement du génie humain, par exemple le siècle de Périclès ou celui de Louis XIV, elle donne un sens à l'histoire : le progrès de la civilisation.

L'invention de périodes constitue par ailleurs un moyen politique de légitimer les changements historiques et de se justifier dans l'histoire, par exemple les modèles médiévaux de la translatio imperii ou de la translatio studii pour imposer l'idée d'une continuité entre Antiquité et Moyen Âge. En un sens, il en va de même avec la périodisation dans laquelle l'Occident se projette depuis sa construction progressive à la fin du xive siècle. À partir de la co [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification


Autres références

«  PÉRIODISATION, histoire  » est également traité dans :

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Le temps des sciences sociales »  : […] Devant relever un double défi institutionnel et scientifique, l'histoire fait mieux que résister. Braudel propose la longue durée comme modèle et langage commun à l'ensemble des sciences de l'homme, dans son ouvrage qui fera date : La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II (1949). Avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-annales/#i_41383

ANTIQUITÉ - Définition

  • Écrit par 
  • Pierre JUDET DE LA COMBE
  •  • 1 960 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité comme modèle »  : […] Le mot « Antiquité » pose, implicitement, la question de la continuité de l'histoire, de la pertinence de son découpage en périodes définies et, plus fondamentalement, celle du progrès ou de la décadence inhérents au déroulement du temps humain. De fait, c'est un terme à la fois relatif et normatif. Relatif, il suppose que, face à l'Antiquité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-definition/#i_41383

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « PÉRIODISATION, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/periodisation-histoire/