PASSY ANDRÉ DEWAVRIN, dit LE COLONEL (1911-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compagnon de la Libération, il fut l'unique chef des services secrets de la France libre.

Né le 9 juin 1911 à Paris, dans une famille d'industriels, André Dewavrin, licencié en droit et polytechnicien, est professeur adjoint de fortification à Saint-Cyr en 1938-1939. Rapatrié de Norvège, cet officier de vingt-neuf ans rallie de Gaulle dès la fin de juin 1940 et devient chef des 2e et 3e bureaux d'un état-major encore très réduit. Avec l'industriel André Manuel, il constitue à Londres un service de renseignements entièrement français, soucieux de « faire ressortir la valeur des efforts de la France résistante ». Passy recrute des non-professionnels sur critères patriotiques et, à partir des vingt-neuf agents clandestins des dix-huit premiers mois, il multiplie les informateurs en France occupée ; le seul réseau Rémy passe, en moyenne mensuelle de courriers expédiés vers Londres, de 50 à 1 000 pages. Avec un bureau de codes et déchiffrement, quatre sections (action, renseignements, évasions, archives), la section de contre-espionnage de Roger Wybot et son fichier, le Bureau central de renseignements et d'action (B.C.R.A.) devient une formidable machine de guerre clandestine dont le chef révèle « une solidité, une clarté de vue et un talent d'organisation hors pair, doublés d'un esprit d'entreprise toujours en éveil » (J.-L. Crémieux-Brilhac).

Passy effectue personnellement en France occupée, du 26 février au 16 avril 1943, la mission Arquebuse et s'emploie à regrouper ses réseaux principaux autour de deux centrales de transmissions, Coligny et Prométhée. Si les liaisons et transmissions du B.C.R.A. restent toujours sous contrôle britannique et se ralentissent parfois au gré des tensions franco-anglaises, l'Intelligence Service apprécie ses renseignements. Malgré les arrestations, Londres recevra 3 472 messages des services d'action en juillet 1944 et, en comptan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification


Autres références

«  PASSY ANDRÉ DEWAVRIN, dit LE COLONEL (1911-1999)  » est également traité dans :

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Premiers refus »  : […] « La » Résistance se construit donc dans des contextes différents, progressivement, à partir de comportements qui vont du refus radical de l'armistice, comme le général de Gaulle, à des stratégies plus ambiguës, parfois indulgentes vis-à-vis du Maréchal et de la « révolution nationale » et hostiles à de Gaulle. L'attitude la plus sinueuse est celle du Parti communiste, confiant dans Staline, mett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_20697

OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • Laurent DOUZOU
  •  • 3 874 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une mémoire précoce »  : […] Dès octobre 1944, le gouvernement provisoire de la République française dirigé par le général de Gaulle met en place une instance officielle, la Commission d'histoire de l'Occupation et de la Libération de la France (C.H.O.L.F.) qui s'attache à recueillir les témoignages des résistant(e)s. Cette collecte menée tambour battant jusqu'en 1947 repose sur l'idée que la lutte clandestine ne pourra être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france-memoires-et-debats/#i_20697

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « PASSY ANDRÉ DEWAVRIN, dit LE COLONEL (1911-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/passy/