PARTIS POLITIQUESFonctionnement

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Division et spécialisation du travail

Un parti est aussi le lieu, comme toute organisation, d'une division et d'une spécialisation du travail. Par-delà les règles formelles statutaires, voire légales qui définissent l'étagement, le découpage et le nom des structures (cellule, union de circonscription, section, fédération, parti national), des organes qui les dirigent ou les contrôlent (bureau politique, secrétariat, comité directeur, comité exécutif, conseil national, congrès, commission de discipline, conseil de gouvernance), des titres des dirigeants (secrétaire général, président) et des missions qui leur sont confiées, la sociologie des partis prend en compte le droit interne pour ce qu'il est : une ressource (faire voter, démissionner, convoquer un congrès...) et une contrainte (respecter les formes) qui font aussi partie de la compétition à l'intérieur du parti.

Oligarchies partisanes

La thématique de l'oligarchie comme forme ordinaire de la coopération/compétition intra-partisane remonte à l'ouvrage fondateur de Roberto Michels, Les Partis politiques, publié en 1911, qui, à partir de l'exemple de la sociale-démocratie allemande, entendit établir qu'aucun parti ne pouvait prétendre être une démocratie : « L'organisation est la source d'où naît ladomination des élus sur les électeurs, des mandataires sur les mandants, des délégués sur ceux qui les délèguent. Qui dit organisation dit tendance à l'oligarchie. » Un parti fondé pour défendre une cause et poursuivre un objectif politique tend à devenir une fin en soi fonctionnant au profit de l'oligarchie qui s'en est approprié la direction. La perpétuation de l'organisation pour elle-même devient plus importante que la recherche des buts visés. En effet, les études statistiques montrent que plus on monte dans les hiérarchies partisanes (sauf politique volontariste de quotas), plus la sélection des dirigeants aboutit à la minoration de certaines catégories (femmes, jeunes, classes populaires, faiblement diplômés, nationaux d'origine étrangère).

Toutefois, deux points restent aveugles dans l'approche michelsienne. Toutes les oligarchies ne sont pas semblables et la démocratie comme idéal égalitaire n'équivaut pas à la démocratie comme technologie politique. Le propos n'est pas généralisable puisque les configurations partisanes peuvent différer dans leurs modes de gouvernement selon que l'oligarchie repose sur une bureaucratie de permanents (comme les partis communistes des années 1940-1970), sur une bureaucratie centralisée et mutualisée au service d'une équipe dirigeante, sur des coalitions d'élus regroupés ou non en tendances, privatisant à leur profit les ressources partisanes voire sur une monocratie.

Comment définir la démocratie partisane ? En considérant que tout le monde veut et peut participer, on propose une définition qui est contradictoire avec la réalité de l'inégalité de distribution des ressources politiques. Joseph Schumpeter propose une définition plus exigeante des démocraties partisanes : est démocratique un parti dans lequel les élites en compétition sont départagées à l'issue d'une libre concurrence. Dans un air du temps antipolitique marqué par la désaffiliation et le dénigrement de la médiation partisane, les responsables de partis ont tenté de renforcer leur légitimité en multipliant les signes parfois contradictoires de bonne volonté à l'égard d'une certaine démocratie (élection des dirigeants, voire du dirigeant par les adhérents, choix des candidats par les adhérents, reconnaissance des courants, célébration du militant ou des électeurs dans des élections primaires, référendums internes, communication horizontale par le biais d'Internet, accès plus facile aux dirigeants notamment par les blogs...). D'autres souhaiteraient casser le carcan oligarchique au nom d'un appel à la démocratie des électeurs contre celle des adhérents en instaurant le système des primaires américaines, comme au Mexique où les électeurs mexicains ont pu désigner les candidats du P.R.D. ou comme en Italie où 4 millions d'électeurs de gauche ont départagé en 2005 les candidats à la direction de la coalition de centre gauche en désignant Romano Prodi.

L'engagement dans les partis

Toute entreprise collective repose sur la diversit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences politique, université de Paris-I, Centre de recherches politiques de la Sorbonne, Laboratoire de sciences sociales de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  PARTIS POLITIQUES  » est également traité dans :

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Le terme est familier, repérable dans des sigles devenus des acronymes peuplant la vie politique quotidienne. La matière est en effet infinie, car il se constitue constamment des organisations s'intitulant « partis », plus particulièrement à la fin du xxe siècle, à l'occasion des « transitions démocratiques » (Europe du Sud, Amérique latine, Europe de […] Lire la suite

PARTIS POLITIQUES - Financement

  • Écrit par 
  • Éric PHÉLIPPEAU
  •  • 4 640 mots

Dans sa sociologie des types de domination, le sociologue allemand Max Weber réserve une place à part à l'étude des partis politiques, délibérément rattachée « au domaine particulier de la sociologie de l'État ». Soucieux de leurs modes d'organisation, des mécanismes présidant à leur adhésion et de leurs moyens d'action matériels, la question générale de l […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le travail des acteurs politiques »  : […] Si des citoyens se rendent dans les bureaux de vote, c'est aussi parce qu'ils y ont été incités (Steven J. Rosenstone et John Mark Hansen). Les partis, les militants, les mouvements sociaux et des groupes d'intérêts déploient beaucoup d'énergie pour mobiliser les citoyens. Les candidats cherchent à rencontrer les électeurs sur les marchés, à la sortie des usines ou dans des réunions privées et pu […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'ANC et ses mutations »  : […] Le 27 avril 1994, c'est sous la forme d'une alliance tripartite (ANC-Parti communiste sud-africain-COSATU) que le mouvement de Nelson Mandela arrive au pouvoir avec 62,65 p. 100 des voix. Depuis sa légalisation, l'ANC, comme la plupart des organisations politiques du pays, s'est progressivement transformé de mouvement de libération en parti politique, en poursuivant une véritable révolution organ […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les partis politiques »  : […] Les résultats électoraux montrent que la concentration des suffrages sur un nombre restreint de partis est une donnée majeure de l'évolution politique. De 1961 à 1983, il n'y avait plus que trois formations représentées au Bundestag. En 1949, elles ne rassemblaient que 72,1 p. 100 des suffrages ; ce pourcentage ne cessa d'augmenter ensuite, au point d'atteindre 99,1 p. 100 en 1976. Une des raisons […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Dans le chapitre « La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag) »  : […] Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les partis politiques »  : […] En Autriche, l'appartenance partisane est clairement revendiquée. On est « noir », « rouge », « vert » ou « bleu ». Depuis la dernière décennie du xix e  siècle, la société autrichienne repose sur trois grands camps idéologiques et politiques ( Lager ) : le chrétien-social, le social-démocrate, tous deux fortement structurés autour d'un parti et d'une myriade d'associations, et le camp national-a […] Lire la suite

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recru […] Lire la suite

BASQUES

  • Écrit par 
  • Jean HARITSCHELHAR, 
  • Pierre LAFITTE, 
  • Pierre LETAMENDIA, 
  • Maitane OSTOLAZA
  • , Universalis
  •  • 13 373 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Croissance et dispersion du nationalisme »  : […] La répression franquiste est très dure dans les provinces bascophones de Guipuzcoa et de Biscaye, alors que la Navarre et l'Alava maintiennent le régime fiscal très favorable du concierto economico . La résistance autour de la gauche et du P.N.V. se réorganise après 1945, et de grandes grèves ont lieu en 1947 et 1951. Mais l'intégration de l'Espagne franquiste dans l'Occident et la consolidation […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le nouveau programme flamand  »  : […] La portée des réformes institutionnelles décidées en 2001 s'avère très limitée. Elles sont loin de répondre aux revendications formulées au printemps de 1999 par la majorité du Parlement flamand. Ces revendications visaient à accroître de façon importante le domaine des compétences des communautés et des régions et à leur accorder, par le biais de l'autonomie fiscale, des moyens financiers accrus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 juin 2019 Tunisie. Durcissement des conditions de candidature aux élections.

Le Parlement adopte un train d’amendements à la loi électorale visant à durcir les conditions de candidature pour les indépendants qui ne sont pas tenus de respecter les règles propres au fonctionnement des partis politiques, notamment en matière de publicité, de financement et de distribution d’aide aux citoyens. Un amendement permet également d’écarter tout candidat faisant l’apologie des « violations des droits humains » – disposition visant les partisans de l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali. […] Lire la suite

10 février 2014 France. Condamnation de Denis Gautier-Sauvagnac dans l'affaire de l'U.I.M.M.

Le jugement pointe « des soupçons de financement occulte des partis politiques, d'achat de parlementaires, d'achat de la paix sociale, d'enrichissement personnel » et affirme que le versement d'argent à des syndicats, s'il était avéré, « est de nature à altérer gravement [...] la loyauté des relations économiques ».  […] Lire la suite

19-30 septembre 1994 France. Report de l'ouverture d'une information judiciaire contre le ministre de l'Industrie Gérard Longuet

entre 1987 et 1991, aux conditions d'achat du siège parisien du parti et au fonctionnement d'une régie publicitaire proche du P.R. Le rapport mettait en cause les ministres Gérard Longuet, Alain Madelin et François Léotard. Le ministère de la Justice a, là aussi, confié une enquête préliminaire au parquet. Le 30, le parquet recommande l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour abus de confiance, abus de biens sociaux, recel et infraction à la législation sur le financement des partis politiques. […] Lire la suite

3-26 août 1994 Algérie. Poursuite des violences et tentative de relance du dialogue national

« interdit formellement » le fonctionnement des établissements d'enseignement secondaire et universitaire qui sont, selon lui, au service du régime. Le 21 s'ouvre à Alger une nouvelle phase de dialogue entre le pouvoir et les partis politiques. Trois des huit formations invitées – le Front des forces socialistes d'Aït Ahmed, le Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Sadi et le mouvement communiste Ettahaddi – refusent d'y participer. […] Lire la suite

1er-30 septembre 1986 France. Attentats terroristes à Paris et renforcement des mesures de sécurité

» Les dirigeants des partis politiques et des groupes parlementaires sont reçus, le 19, à l'hôtel Matignon. L'opposition continue de s'abstenir de critiquer le gouvernement. Jacques Chirac informe ensuite François Mitterrand, à son retour d'Indonésie. Le 22, Mgr Hilarion Capucci, ancien vicaire patriarcal grec catholique de Jérusalem, considéré comme proche de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel OFFERLÉ, « PARTIS POLITIQUES - Fonctionnement », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-fonctionnement/