PARTI DÉMOCRATE POPULAIRE, France (1924-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petite formation politique française constituée au lendemain des élections de 1924, le Parti démocrate populaire regroupe une partie des démocrates d'inspiration chrétienne qui ont en commun de vouloir rapprocher le catholicisme et la démocratie. Restent en dehors, à sa gauche, la Jeune République, qui suit les positions de Marc Sangnier, et, sur sa droite, des catholiques républicains socialement moins avancés ou plus nationalistes. Son groupe parlementaire comptera entre quatorze et dix-huit députés dans les législatures de la fin de la IIIe République. Il se situe à la gauche des majorités de droite, à la charnière entre les radicaux et l'ensemble des groupes conservateurs : sa position rend parfois indispensable l'appoint de ses voix à la formation d'une majorité et vaut à l'un des siens, Champetier de Ribes, d'être présent dans quelques cabinets ministériels, ordinairement aux Pensions ou comme sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères. En 1936, le P.D.P. combat le Rassemblement populaire. Il se distingue néanmoins des droites par des positions sociales moins conservatrices et par une politique extérieure moins nationaliste.

Ses positions électorales les plus solides sont à la périphérie du territoire : en Alsace et en Lorraine, où il recueille l'héritage du Zentrum allemand, en Bretagne, où il bénéficie du soutien du seul quotidien démocrate-chrétien, l'Ouest-Éclair, et dans les Basses-Pyrénées.

Il compte des sympathies nombreuses et actives dans le syndicalisme chrétien (la C.F.T.C., fondée en 1919), le catholicisme social (Semaines sociales), les mouvements de jeunesse catholique (l'Association catholique de la jeunesse française).

Il dispose d'un hebdomadaire, Le Petit Démocrate, rédigé par Robert Cornilleau et Raymond Laurent. Une revue, Politique, animée par Charles Flory et Marcel Prélot, mène, à partir de 1927, un effort d'élaboration doctrinale. À partir de 1932, il peut compter sur l'appui de L'Aube, quotidien fondé et dirigé par Francisque Gay, et qui vise à regrouper tous les éléments de la famille démocrate d'inspiration chrétienne.

Le P.D.P. adopte en politique étrangère une position fermement antimunichoise. Le 10 juillet 1940, plusieurs de ses élus refusent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Dès lors, il entre dans une existence clandestine et fournira à la Résistance une de ses premières composantes.

—  René RÉMOND

Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  PARTI DÉMOCRATE POPULAIRE, France (1924-1940)  » est également traité dans :

BIDAULT GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 914 mots
  •  • 2 médias

Homme politique français de la iv e République. Formé chez les jésuites. Georges Bidault fait des études à la faculté des lettres de Paris, qui déboucheront sur l'agrégation d'histoire. Il s'engage dans l'Association catholique de la jeunesse française. Proche du « Sillon » de Marc Sangnier, ce jeune enseignant goûte à la politique au Parti d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bidault/#i_4933

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 251 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premiers partis catholiques »  : […] Les premiers partis catholiques naissent dans des pays où un conflit religieux devient un enjeu politique. Le Zentrum (le Centre) allemand a pour ancêtre un « groupe catholique » qui se constitue à la diète prussienne en 1852. Créé en 1870, il adhère sans réserve au libéralisme politique, obtenant 18,6 p. 100 des suffrages et cinquante-sept sièges aux premières élections suivant l'unité allemande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democratie-chretienne/#i_4933

M.R.P. (Mouvement républicain populaire)

  • Écrit par 
  • René RÉMOND, 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 840 mots

On considère généralement que le courant démocrate-chrétien dont le Mouvement républicain populaire (M.R.P.) est issu a des racines politiques qui remontent à Lacordaire, à l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII (1891) et au Sillon de Marc Sangnier. Plus précisément, Francisque Gay a fondé en 1920 un petit Parti démocrate populaire qui, s'il n'a guère eu de succès sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-republicain-populaire/#i_4933

Pour citer l’article

René RÉMOND, « PARTI DÉMOCRATE POPULAIRE, France (1924-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-democrate-populaire-france/