PAROS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le marbre de Paros

Bien que rien jusqu'ici ne le prouve, il est probable que le travail du marbre a dû commencer à Paros au même moment qu'à Naxos, l'île voisine et rivale, dans la seconde moitié du viie siècle ; mais les plus anciennes sculptures connues à ce jour ne datent que de 580-570. Peut-être les difficultés d'extraction du meilleur filon (le célèbre lychnitès, dont la couche peu épaisse s'enfonce dans les profondeurs de la montagne, près de Marathi) en ont-elles bridé d'abord l'exploitation : on ne connaît aucune statue colossale en marbre de Paros et les petits formats semblent avoir été d'abord préférés. La finesse et la densité de ce marbre ont incité les ateliers pariens à développer un style marqué par la virtuosité des détails et la subtilité du modelé, qui leur a permis de supplanter les ateliers naxiens, comme le montrent les offrandes faites dans deux sanctuaires d'Apollon, Délos, et le Ptoion (Béotie) : aux couroi et corai de marbre et de style naxiens succèdent après 550 des œuvres pariennes. Les nombreuses trouvailles fortuites de sculpture faites à Paros depuis les années 1960 et le travail de recomposition d'œuvres morcelées (statues de culte d'Artémis Délia, statue d'Athéna Promachos) effectué par Aicatérini et Georges Despinis montrent la diversité et la qualité éminente des œuvres produites alors : de la Gorgone courant (560-550) trouvée en 1993 à la Nikè de style sévère (470-460), le musée de Paros abrite une série de chefs-d'œuvre qui en font l'un des hauts lieux de la sculpture grecque. La prépondérance des ateliers pariens, qui donnent le ton jusqu'aux grands travaux de Périclès sur l'Acropole, se manifeste aussi par la présence d'artistes pariens à Athènes et par l'exportation d'œuvres pariennes : la grande stèle funéraire signée par Palion de Paros, à Icaria (Cataphygi) ; la stèle d'une jeune fille trouvée en Chalcidique (musée de Salonique) en sont des preuves, parmi d'autres. Les équipes de sculpteurs du Parthénon (447-432) ont sans aucun doute fait une large place aux meilleurs spécialistes du marbre qu'étaient alors les Pariens : Agoracritos, l'assistant préféré de Phidias, celui qui allait pousser le style parthénonien jusqu'au maniérisme subtil de la fin du ve siècle (balustrade du temple d'Athéna Niké, sur l'Acropole) n'était-il pas un Parien ? Au ive siècle, Scopas, l'un des artistes qui renouvellent profondément la sculpture, est encore un Parien : son style sensuel (Ménade dansant de l'Albertinum de Dresde) poursuit les tendances de l'école parienne, dans l'esprit du temps. Si Paros ne produit plus ensuite de sculpteur majeur, la tradition y reste vivante : nombre de signatures d'artistes pariens sont attestées jusqu'à l'époque impériale.

Couros de Paros

Photographie : Couros de Paros

Couros de Paros, découvert près du sanctuaire d'Asclépios. Vers 540 av. J.-C. Marbre. Hauteur : 105 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Victoire de Paros

Photographie : Victoire de Paros

Victoire, vers 470 avant J.-C., marbre de Paros, hauteur 138 cm. Musée d'Archéologie de Paros. 

Crédits : Bernard Holtzmann

Afficher

Les marbriers pariens ont également joué un grand rôle dans l'évolution de l'architecture grecque. L'inventaire de quelque trois mille cinq cents blocs errants ou remployés réalisé par l'équipe dirigée par Gottfried Gruben (Institut d'histoire de l'architecture de l'université technique de Munich) a permis de reconstituer un grand nombre de bâtiments antiques disparus, dont la localisation exacte est parfois impossible. Il est frappant de constater que la plupart d'entre eux, les temples d'Artémis Délia et d'Apollon Pythios – les deux bâtiments de Marmara, l'hérôon d'Archiloque, deux portiques et une rotonde – sont de style dorique, alors que les Cyclades sont l'un des foyers de l'ionisme ; seuls les bâtiments de l'acropole (castro de Parikia), notamment le temple d'Athéna (fin du vie siècle), sont ioniques. Les procédés de construction ont permis d'identifier des ateliers de marbriers de Paros œuvrant à Delphes, ce qui souligne le caractère régional de l'architecture grecque : les techniciens habitués à travailler un marbre particulier le suivent « à l'étranger » pour réaliser des commandes de prestige. Les trésors de Cnide (vers 550 ?), de Siphnos (vers 525) de Marseille (fin du vie siècle) seraient ainsi l'œuvre de marbriers pariens, de même que le trésor d'Athènes (vers 485) et le trésor dorique anonyme de Marmaria (vers 470). En architecture également, la grande époque de rayonnement parien se situe donc entre 550 et 450.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Couros de Paros

Couros de Paros
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Victoire de Paros

Victoire de Paros
Crédits : Bernard Holtzmann

photographie

Naoussa, Grèce

Naoussa, Grèce
Crédits : Photodisc World Landmarks and Travel V60

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PAROS  » est également traité dans :

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 408 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'ordre ionique et ses variantes : l'éolique et le corinthien »  : […] S'il est plus facile de définir l'ordre ionique négativement et par contraste avec l'ordre dorique que par lui-même, c'est qu'il est beaucoup moins précisément codifié que ce dernier – et aussi beaucoup moins bien connu : l'architecture ionique a connu des vicissitudes qui ont entravé son développement et gravement compromis la conservation de ses vestiges. En Asie Mineure, après un premier esso […] Lire la suite

THASOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 821 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thasos, colonie et alliée de Paros »  : […] L'occupation humaine de l'île est bien antérieure à l'arrivée des Grecs, comme l'ont prouvé les recherches menées depuis les années 1970 par le Service archéologique grec en divers points de l'île. Si les vestiges néolithiques sont jusqu'ici ténus, un petit habitat de l'Âge du bronze ancien (fin du III e  millénaire av. J.-C.), fouillé partiellement à Scala Sotirou, a livré de grandes stèles en gn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « PAROS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paros/