BRÉSILLa littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature brésilienne naît de sa matrice portugaise, et une des questions est de savoir si elle en constitue un rameau jusqu'à l'indépendance du pays en 1822, ou si elle prend son autonomie avec la « découverte » de celui-ci en 1500. Le problème de la périodisation est un enjeu décisif de son identité où s'affrontent lectures historico-sociologiques et critères stylistiques. Cette littérature est-elle d'entrée de jeu brésilienne, traduisant un univers sémiotique spécifique, produisant une langue originale et une vision du monde irréductible ? L'importation des modèles stylistiques et formels européens se fait-elle par simple imitation, ou cette transplantation est-elle déjà marquée d'une réélaboration propre, signant la « différence » brésilienne ? À ces deux lectures pareillement euphoriques qui mettent l'accent sur le pouvoir autonome de cette littérature dès son origine, s'oppose la thèse historico-sociologique : la littérature brésilienne, rameau tardif de la littérature européenne est une « formation » laborieuse qui ne se met en place, comme système littéraire autonome qu'entre Lumières et romantisme, accompagnant ou annonçant l'indépendance nationale.

Une identité en mouvement

Dès l'origine, deux figures fondatrices dégagent les veines constitutives de l'unité disjonctive de cette littérature, partagée entre enracinement brésilien, avec le bahianais Gregorio de Matos (1633-1697) et ouverture cosmopolite avec le jésuite Antonio Vieira (1608-1697). Un double registre, l'un, interne et vernaculaire, induisant une littérature régionaliste, réaliste voire sociale ; l'autre, cosmopolite, européen, attentif à une littérature plus intérieure ou universelle, voire formelle, dont le plus grand représentant est Machado de Assis (1837-1908).

Le romantisme, contemporain de l'indépendance politique, travaille les mythes constitutifs de l'identité nationale. D'où le thème indianiste qui serait comme le fondement de la brésilianité, en même temps que le roman régional, qui explore l'espace du pays désormais indépendant. Indianisme et régionalisme (littérature du Nordeste, des gauchos, etc.) traduisent la diversité régionale d'un pays continent et son unité mythique placée sous le totem fondateur de l'Indien, symbole de la résistance à la colonisation portugaise.

Cette difficile construction d'une littérature nationale explique l'obsession romantique, puis moderniste, d'une quête de brésilianité, qui est la marque propre d'une littérature autonome à construire, dans la redécouverte, ou l'invention d'une mythologie nationale, indienne, puis noire et métissée ; d'une culture « anthropophage » échappant à la malédiction de la dépendance coloniale en dévorant « cannibalement » l'héritage européen par le travail sur l'élaboration d'une langue nationale brésilienne opposée au purisme portugais. Le modernisme (1922) cherche ainsi à dépasser l'aporie entre matière brésilienne (les mythes fondateurs indiens) et manière européenne (le primitivisme comme axe théorico-esthétique des avant-gardes).

Parallèlement, entre littérature régionaliste (longtemps considérée comme pittoresque, voire folklorique) et modernité des registres stylistiques, un même travail de dépassement se fait jour. Après une première phase « décorative », puis une deuxième de dénonciation politique et sociale avec J. Amado et les écrivains nordestins autour de 1930, une troisième phase régionaliste se manifeste avec éclat dans l'œuvre de Guimaraes Rosa (1908-1967), caractérisée par un super-régionalisme, qui traduit le tréfonds archaïque du pays, ses mythes, croyances et légendes locales, et non plus l'exotisme du paysan, dans une élaboration littéraire dépassant l'oralité patoisante et tendant à l'universel.

L'expérience moderniste, comme le super-régionalisme de Guimaraes Rosa, parviennent ainsi à dépasser l'opposition constitutive de cette littérature entre localisme et cosmopolisme, internationalisant cette littérature à partir de sa différence même. Mais cette poussée universaliste est déjà au cœur de la réflexion de Machado de Assis (1839-1908), le plus grand écrivain brésilien, qui oppose aux décrets romantiques de nationalisation littéraire, « l'instinct de nationalité », sentiment intime et interne qui se construit avec le temps et ne saurait se rédui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, chargé de recherche au CNRS
  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Poitiers
  • : professeur des Universités
  • : maître de conférences honoraire de littérature comparée, université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  BRÉSIL  » est également traité dans :

BRÉSIL - Géographie

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 9 981 mots
  •  • 8 médias

Le Brésil se caractérise par une « géographie en mouvement », l'expansion agricole y est continue, la population extrêmement mobile, les réseaux urbains en évolution rapide et les quantités produites gigantesques à l'image de ce pays « en voie de développement » dans lequel les chantiers sociaux et économiques représentent un défi amplifié par la taille continentale du pays et le poids démographiq […] Lire la suite

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 213 mots
  •  • 4 médias

L'indépendance politique acquise par le Brésil, au début du xixe siècle, influe sur sa vie économique. Le roi du Portugal, fuyant Napoléon, se réfugie à Rio en 1808 et ouvre aussitôt les ports brésiliens au commerce extérieur. Le pacte colonial est aboli : désormais, les navires et les produits étrangers entren […] Lire la suite

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 659 mots
  •  • 6 médias

Avec la Constitution de 1988, le Brésil a mis un terme à la transition vers la démocratie amorcée à la fin du régime autoritaire (1964-1985). Depuis lors, des crises politiques et des amendements à la Constitution ont encore fait évoluer le cadre institutionnel. La destitution du président Fernando Collor de Mello, votée par le Congrès en 1992, a donné […] Lire la suite

BRÉSIL - Économie

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 6 368 mots
  •  • 6 médias

Au Brésil, l'industrialisation et la croissance n'ont pas permis de corriger tous les déséquilibres, notamment de fortes inégalités, ni d'éliminer encore la misère. Mais il s'agit d'un pays-continent, multiethnique, où les écarts régionaux et sociaux sont inévitables. Un pays qui était, en 2013, la septième puissance économique mondiale selon le PIB en parité de pouvoir d’achat (devant la France), […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Mario CARELLI, Ronny A. LAWTON, Michel RIAUDEL, Pierre RIVAS, « BRÉSIL - La littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bresil-la-litterature/