PADMASAMBHAVA (2e moitié VIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe indien du bouddhisme tantrique, Padmasambhava est aussi appelé Padmavajra, Padmākāra. Bien que la littérature hagiographique ait fait de lui l'introducteur du bouddhisme au Tibet, le Padmasambhava historique fut, en réalité, un personnage nettement plus effacé.

Né dans l'Uddiyāna au sein d'une famille apparentée à la dynastie régnante, il portait d'abord le nom de Padmakulisha ; celui de Padmasambhava ne lui fut conféré qu'à la fin de ses études sur les tāntra. Il étudia à l'université de Vikramashīla, qui concurrença et supplanta Nālandā. Chargé d'un poste officiel auprès du souverain d'Uddiyāna, Hayalīla, il fut forcé, à la mort de celui-ci, de fuir le pays et se rendit au Magadha, au Kāmarūpa (Bengale) et au Népal. Il revint ensuite en Uddiyāna.

Ce sont ses connaissances magico-alchimiques qui le firent appeler au Tibet, par le roi Khri-srong-lde-brstan, sur le conseil de Shāntarakshita, autre maître bouddhiste indien déjà établi dans le pays. Padmasambhava alla donc au pays des Neiges pour dompter les démons qui s'opposaient à l'implantation du bouddhisme et triompher des Bon-po dans des joutes oratoires et des concours de magie. Son nom reste lié à la fondation du monastère de Bsamyas, construit en 775 environ, sur le modèle d'Odantapuri au Bihar. Padmasambhava ne séjourna au Tibet que dix-huit mois, et non cinquante ans comme l'affirme la tradition. Il semble qu'il ait été forcé de quitter le pays devant les menaces de gens qui voulaient attenter à sa vie. Padmasambhava a pris une toute autre importance dans la religion lamaïque. Assez vite il fut regardé comme un nouveau Bouddha venu sur terre pour sauver les êtres. Il aurait eu comme supériorité sur tous les autres bouddhas d'être né d'un lotus (padma) et non d'une matrice humaine. Ancêtre spirituel des rNying-ma-pa (secte des Anciens, Église dite rouge), il fut combattu par les Dge-lugs-pa (secte des Bonnets jaunes), qui ne réussirent pas à le faire disparaître ni même à faire diminuer sa popularité. Il est le magicien par excellence, le yogin, le siddha. Les rNying-ma-pa lui attribuent de nombreux ouvrages, qui seraient restés cachés de manière à n'être découverts que lorsque les hommes auraient acquis une plus grande maturité : ce sont les fameux gter-ma, qui ont fleuri à toutes les époques et dont les « inventeurs » sont appelés gter-ston. Très populaire dans le peuple aussi bien que chez les religieux, Padmasambhava est représenté partout. Sa légende, embellie par l'imagination des bardes, a été conservée dans le Pad-ma-thaṅ-yig, le Dit de Padma.

Thangka

Thangka

photographie

Un thangka (littéralement : objet que l'on déroule) consacré au thaumaturge bouddhique indien Padmasambhava. Peinture sur tissu et broderies, XIXe ou XXe siècle. Oriental Museum, Durham, Grande-Bretagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PADMASAMBHAVA (2 e moitié VIII e s.)  » est également traité dans :

BHOUTAN

  • Écrit par 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE, 
  • Chantal MASSONAUD
  •  • 7 359 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La diffusion du bouddhisme, l'action de Zhabs-drung, les siècles troublés »  : […] L'histoire ancienne du Bhoutan demeure imprécise. Aucun document relatif à cette période n'a encore été découvert ; quelques sources étrangères comblent partiellement ces lacunes, en particulier les ouvrages tibétains. Les ouvrages bhoutanais sont relativement récents. Il faut citer en premier lieu l'autobiographie de Padma gLingpa (1450-1521), la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhoutan/#i_26936

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au Tibet et en Mongolie »  : […] La conversion du Tibet au bouddhisme se confond avec l'introduction des civilisations indienne et chinoise, dans ce pays isolé et resté à l'écart des grands courants culturels jusqu'au milieu du vii e  siècle de notre ère. Le bouddhisme pourtant, d'après la légende, serait apparu au Tibet bien plus tôt, sous le règne de Tho-tho Ri-gyan-btsan (au i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-l-expansion/#i_26936

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes person […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_26936

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 631 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Écoles et doctrines »  : […] Comme dans le bouddhisme indien, plusieurs écoles se constituèrent au Tibet, mais leur différenciation dépend plutôt de facteurs historiques que de distinctions doctrinales, qui ne s'affirmèrent que peu à peu : au départ, il ne s'agissait que de disciples groupés autour d'un maître, qui recevaient puis transmettaient à leur tour les enseignements e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-tibetain/#i_26936

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La consolidation des traditions des rNying-ma-pa ou « Ordre ancien » »  : […] Au cours du xiv e siècle, les rNying-ma-pa ou adeptes de l'« Ordre religieux ancien » rassemblèrent leurs enseignements sous forme littéraire. Au milieu du siècle, le Tibet était redevenu indépendant en fait de la tutelle politique des empereurs mongols de Chine et unifié sous l'autorité d'un noble héroïque lié aux bKa'-rgyud-pa, du nom de Byang-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_26936

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « PADMASAMBHAVA (2e moitié VIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/padmasambhava/