DGE-LUGS-PA ou SECTE DES BONNETS JAUNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

École bouddhiste dominante au Tibet depuis le xviie siècle, la tradition des dGe-lugs-pa (« modèle de vertu » en tibétain), surnommé secte des Bonnets jaunes, est la secte dont sont issus le dalaï-lama et le panchen-lama. L'appellation de Bonnets jaunes vient des coiffes jaunes portées par les dGe-lugs-pa pour se distinguer des Karma-pa, coiffés de bonnets rouges.

Le courant dGe-lugs-pa est fondé à la fin du xive siècle par Tsong-kha-pa, membre de l'austère école dKa'-gdams-pa. Les réformes de Tsong-kha-pa marquent un retour à la tradition. Il met l'accent sur une stricte discipline monastique, restaure le célibat et l'interdiction de consommer de l'alcool et de la viande, relève la formation académique des moines, et tout en continuant de respecter le Vajrayana (bouddhisme tantrique), tradition ésotérique très répandue au Tibet, limite l'autorisation des rites tantriques et magiques. Trois grands monastères dGe-lugs-pa sont rapidement créés près de Lhasa : à Ganden (dGa'ldan) en 1409, Drepung ('Bras-spungs) en 1416, et Se-ra en 1419. Les supérieurs du monastère de Drepung reçoivent le titre de dalaï-lama à partir de 1578. S'ensuit une période de luttes pour le pouvoir, principalement avec la secte des Karma-pa. Les dGe-lugs-pa finissent par se tourner vers le chef mongol Gushri Khan pour lui demander de l'aide. En 1642, la victoire de ce dernier sur le roi de la province de gTsang, qui favorisait les Karma-pa, assurent à l'école dGe-lugs-pa le pouvoir temporel sur le Tibet. Les dGe-lugs-pa gouverneront le pays à travers leur chef, le dalaï-lama, jusqu'à ce que les communistes chinois prennent le contrôle du Tibet en 1950. Le dalaï-lama s'enfuit en Inde à l'occasion d'une révolte populaire à Lhasa en 1959. Le nouveau panchen-lama mis en place par les Chinois sera destitué en 1964.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  DGE-LUGS-PA ou SECTE DES BONNETS JAUNES  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Culte et rituels »  : […] : événements marquants de la vie de leur saint fondateur, Tsong-kha-pa pour les dGe-lugs-pa, Padmasambhava pour les rNying-ma-pa, par exemple, ou culte particulier rendu à la divinité protectrice (yi-dam) principale de l'école. Enfin, à l'intérieur d'une même école, le calendrier liturgique variait d'un monastère à un autre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-tibetain/#i_84708

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 566 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'introduction du lamaïsme jaune »  : […] avenir des Mongols fut la réintroduction, du bouddhisme sous la forme du lamaïsme tibétain réformé par Tsongkhapa (1356-1419), ou secte jaune (par opposition à la secte rouge ou lamaïsme non réformé de Padmasambhava). Certes, les nomades avaient déjà été touchés par l'influence du bouddhisme sino-indien dès une époque ancienne ; puis au xiiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_84708

NGAWANG LOBSANG GYATSO, Ve dalaï-lama

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 351 mots

Celui qui allait réaliser l'unité du Tibet et imposer durablement la prédominance de son école, dite des « vertueux » (dGe-lugs-pa), naquit en 1617, au moment où les princes des deux provinces centrales, dBus et gTsang, se combattaient pour imposer leur pouvoir et la suprématie de l'école bouddhique que chacun patronnait : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ngawang-lobsang-gyatso-ve/#i_84708

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 828 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] par d'autres ordres religieux. Un lama énergique, dGe-'dun-grub (1391-1475), fut le bâtisseur de la fortune des dGe-lugs-pa (« Conduite vertueuse »). Ceux-ci adoptèrent à des fins cérémonielles le port d'un bonnet pointu jaune, d'où le surnom de « Bonnets jaunes » qui leur fut donné par les Chinois et qui est passé dans l'usage courant en Occident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_84708

Pour citer l’article

« DGE-LUGS-PA ou SECTE DES BONNETS JAUNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dge-lugs-pa-secte-des-bonnets-jaunes/