SPENGLER OSWALD (1880-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La morphologie de l'histoire universelle et la notion de « culture »

Spengler distingue, dans Le Déclin de l'Occident, un thème large, qui est l'établissement et l'application d'une méthode de morphologie historique permettant d'identifier et d'étudier les différentes cultures, et un thème restreint, qui est une réflexion sur le destin de la culture occidentale à son déclin. Le contrepoint de ces deux thèmes donne à l'ouvrage le pathétique particulier qui a tant contribué à son succès.

Opposant, à la suite de Goethe, le devenir au devenu, l'organique au mécanique, l'histoire à la nature, Spengler refuse aussi bien le schéma mécaniste d'un développement linéaire et progressif de l'humanité que le découpage artificiel de l'histoire européenne en Antiquité, Moyen Âge et Temps modernes. Il n'y a pas d'histoire de l'humanité, car l'humanité n'est qu'une entité. L'étude morphologique révèle que les seules unités historiques réelles sont les cultures. Organismes vivants et indépendants, les cultures possèdent chacune une âme et une physionomie propres. Elles ont leur naissance, leur floraison et leur déclin (le stade du déclin correspond, dans le vocabulaire de Spengler, à la civilisation). « Une culture, écrit-il, naît au moment où une grande âme se réveille, se détache de l'état psychique primaire d'éternelle enfance humaine, forme issue de l'informe, limite et caducité sorties de l'infini et de la durée. Elle croît sur le sol d'un paysage exactement délimitable, auquel elle reste liée comme la plante. Une culture meurt quand l'âme a réalisé la somme entière de ses possibilités, sous la forme de peuples, de langues, de doctrines religieuses, d'arts, d'États, de sciences, et qu'elle retourne ainsi à l'état psychique primaire. »

Aussi différentes les unes des autres qu'une âme peut l'être d'une autre âme, les cultures sont refermées sur elles-mêmes comme des monades, sans qu'il puisse y avoir communication, compréhension réciproque, influence, transmission d'héritage. Elles sont mues par une nécessité immanente qui est leur « destin ». Il n'y a donc pas de « sens général de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  SPENGLER OSWALD (1880-1936)  » est également traité dans :

LE DÉCLIN DE L'OCCIDENT, Oswald Spengler - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 244 mots

Écrivain politique récemment établi à Munich, Spengler (1880-1936) rédige en 1918 le tome I (remanié en 1923) de cette somme historico-philosophique dont la sortie, coïncidant avec l'époque sombre et tourmentée de la défaite allemande, lui valut, pour s'être fait le dépositaire de la tradition de pensée de la […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Destin de la civilisation »  : […] C'est en Allemagne que la réaction contre l'intellectualisme a été la plus vive. Elle y a coïncidé avec la contestation nationaliste de la société des « philistins ». Tandis que le néo-kantisme d'Ernst Mach et de Richard Avenarius maintenait la critique du matérialisme de L. Büchner et d'Ernst Haeckel à un haut niveau scientifique, à partir de Hans Driesch et de Georg Simmel s'amorçait une série d […] Lire la suite

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 287 mots
  •  • 33 médias

Le terme « décolonisation », contrairement à une opinion répandue, n'est pas un néologisme créé au début des années 1950. En réalité, le mot est attesté dès 1836, notamment dans le manifeste de Henry Fonfrède : Décolonisation d'Alger , qui recommandait l'évacuation de l'Algérie. Il fut repris par ceux qui s'appelèrent peu après les «  anticolonistes » ou adversaires de toute colonisation, puis ret […] Lire la suite

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Architecture et symbolique de l'espace »  : […] On a noté que, pour Frankl, la destination d'un édifice est l'un des quatre éléments qui contribuent à la définition de son espace. C'est là un équivalent de ce que Erwin Panofsky nomme iconographie dans sa description des niveaux de l'interprétation des œuvres d'art figuratives : la destination d'un espace architectural, qu'il s'agisse de la célébration d'un culte religieux, de la représentation […] Lire la suite

FAUST

  • Écrit par 
  • André DABEZIES
  •  • 3 909 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les étapes historiques et le mythe de Faust »  : […] On voit combien le personnage a trouvé d'incarnations différentes et parfois contradictoires. On pourrait presque parler de trois mythes successifs. Le Faust du xvi e  siècle, ce magicien pris de vertige et angoissé par l'idée d'être damné, vit en lui-même la tension de deux archétypes différents : d'une part, à l'image de Paracelse, le savant médecin son contemporain, il éprouve l'élan confus de […] Lire la suite

TOYNBEE ARNOLD JOSEPH (1889-1975)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 1 614 mots

Dans le chapitre « Les civilisations et leur genèse »  : […] Helléniste de formation, Toynbee fut frappé, pendant la guerre de 1914-1918, par le parallélisme étroit qui pouvait être établi entre la crise qui secouait l'Europe et la guerre du Péloponnèse décrite par Thucydide. Cette constatation lui fit entrevoir, comme il le raconte lui-même, que toutes les civilisations sont « philosophiquement contemporaines » et que leur étude comparée doit permettre de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PONS, « SPENGLER OSWALD - (1880-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oswald-spengler/