ORDRE & DÉSORDRE DANS LA SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès lors qu'on la tient pour autre chose qu'un rassemblement accidentel d'individus, toute société suppose un ordre puisqu'il n'y a pas de société sans règles. Cet ordre se révéle au premier regard par un agencement de tabous ou de prescriptions auxquels, contraints ou spontanément, se soumettent les membres du groupe ; une hiérarchie détermine alors leurs « rôles » et leur status par une discipline qui, éventuellement, sanctionne les comportements aberrants. Tout manquement aux règles expresses ou implicites qui structurent ainsi l'édifice social constitue un désordre.

Le désordre apparaît dès lors comme un refus de la règle. Seulement, ce refus peut être motivé de différentes façons. La plus banale est celle où l'individu cherche à se soustraire à l'obligation pour satisfaire une passion ou un intérêt personnels. Il vole pour s'enrichir, il tue pour se venger, il brûle un feu rouge parce qu'il est impatient. Dans ces divers cas, le désordre s'analyse en une infraction par laquelle l'individu s'affranchit de l'ordre sans mettre en cause sa valeur. À condition de demeurer exceptionnels, de tels comportements sont sans gravité pour l'ordre, car ils contribuent en définitive à faire ressortir sa nécessité. C'est, au contraire, cette dernière que contestent les théories anarchistes qui répudient le concept même de l'ordre et se proposent de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome. Dans cette perspective, le désordre procède d'une négation d'un ordre s'imposant de l'extérieur à l'homme. Il n'y a donc pas de compromis possible entre la liberté et la contrainte inhérente à l'ordre social. Certes, les doctrinaires de l'anarchie admettent que la paix entre les individus ne peut être assurée que par les liens qu'ils nouent entre eux, mais la diversité des formules qu'ils imaginent à cet effet et leur caractère généralement utopique font que, jusqu'à une époque toute récente, l'anarchie se situait en marge des sociétés existantes plutôt que de constituer, pour elles, une menace sérieuse ; de plus, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification


Autres références

«  ORDRE & DÉSORDRE DANS LA SOCIÉTÉ  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religion, lien entre les hommes et la nature »  : […] La religion, qui exprime une certaine conception du monde, rend avant tout compte de l'insertion d'un groupe donné dans un espace donné et tente de présenter une interprétation de l'ensemble perçu. C'est pourquoi cette représentation n'est pas imposée à l'extérieur, mais implique au contraire qu'il y a une ouverture, souvent très large, aux expressions venues de l'extérieur, qui sont la plupart du […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le contrat anarchiste »  : […] L'anarchisme répudiant toute idée d'autorité comme étant contraire à la notion de la liberté individuelle, il lui apparaît que l' ordre et la justice, dont il ne nie aucunement la nécessité pour la cité, doivent reposer sur un contrat librement conclu entre les intéressés. Les clauses d'un tel contrat, profitables à tous les contractants, sont observées tout aussi librement. Ce contrat anarchiste […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 276 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'intervention de l'armée »  : […] Les coups d'État latino-américains se comptant par centaines et les coups d'État africains, en moins de trente ans, par dizaines, on s'est beaucoup interrogé sur les causes de l'interventionnisme militaire en pays peu développés. Il arrive, en effet, tour à tour que l'armée sauve par la force un régime menacé, le laisse au contraire succomber à des menées révolutionnaires, arbitre un conflit natio […] Lire la suite

BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)

  • Écrit par 
  • Colette CAPITAN PETER
  •  • 892 mots

Dans le chapitre « Une « déclaration des devoirs » »  : […] C'est en effet une véritable déclaration des devoirs qui se substitue ici à la Déclaration des droits que la Révolution a proclamée. Qu'est-ce qu'un droit ? Une idée – génératrice d'anarchie. Ce mot, selon Bonald, devrait être banni de la langue politique. Tout a une cause et on ne saurait remonter de l'effet (l'homme) à la cause (l'autorité). L'idée même de liberté individuelle est destructrice d […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] Ainsi l'importance des facteurs endogènes dans le changement est-elle soulignée. Schumpeter voyait dans l'innovation une solution à la fois non nécessaire et non optimale, mais proprement créatrice, affectant les séries historiques d'une forte discontinuité et d'une irréversibilité plus ou moins marquée. Reste évidemment à se demander ce qu'il y a de proprement endogène dans l'innovation, sous pei […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idée comtienne de la science »  : […] Pourquoi Auguste Comte, contrairement à Saint-Simon, présente-t-il une réflexion sur la science en préambule à un plan de réforme sociale ? Cela tient à l'idée qu'il se fait de la science, non pas seulement somme de savoirs, mais rapport global de l'homme au monde. Par suite, elle s'offre avant tout comme un principe et un système de croyances. Or toute organisation sociale repose, en dernière an […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le cas de la lutte des classes »  : […] Enfin, la formation d'un conflit de pouvoir, de la lutte des classes en particulier, n'est pas davantage une rupture de la société. Une image très répandue représente ces conflits comme une guerre civile. Ce qui est une expression trompeuse. Plus un conflit intersocial est aigu, plus l'opposition des adversaires est marquée ; au contraire, plus la lutte de classes est forte, plus les adversaires s […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

« Comment se forme un concours unanime parmi des individus séparés ? » Envisagée de cette façon, la notion de consensus implique l'analyse des mécanismes et des procédures qui font naître la décision collective. Mais, derrière cette scène apparente – scène politique où s'instruit et se construit la volonté commune –, existe un autre ordre, plus profond, dissimulé aux agents sociaux et qui fait qu' […] Lire la suite

CONSERVATISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 409 mots

Terme formé à partir de celui de « conservateur », lequel désignait originellement un gardien des droits ou des privilèges, en un sens essentiellement juridique (ainsi, dans le titre de conservateur des hypothèques, des classes, des eaux et forêts). Le terme de conservateur prit une signification différente lorsqu'il s'appliqua non plus à une personne remplissant une fonction, mais à un parti : il […] Lire la suite

DÉVIANCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 1 339 mots

Le terme est tardivement dérivé de dévier, forgé au xiv e  siècle à partir du bas latin deviare pour signifier « s'écarter du droit chemin, d'un principe, d'une règle ». La référence à une règle permet de distinguer d'emblée la déviance d'autres formes de non-conformité. On peut s'écarter de positions valorisées sans transgresser aucune règle, par l'effet d'une pathologie, d'un héritage ou d'un […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La famille et la naissance de la sociologie »  : […] Les discours sur la famille se multiplient dans la seconde moitié du xix e  siècle, aussi bien dans les domaines scientifiques, religieux, philosophiques, politiques que médicaux. À cet égard, les écrits de Durkheim sont exemplaires. Ils constituent inséparablement des éléments de connaissance de la famille de son temps et une représentation normative de ce qu'elle doit être : apport scientifiqu […] Lire la suite

FÊTE

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT, 
  • Jean-Pierre MARTINON
  •  • 6 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fête idéale »  : […] La recherche d'un type idéal de la fête est caractéristique de ceux qui ont emprunté la voie phénoménologique, tels G. Van der Leeuw, G. Dumézil, M. Eliade, R. Caillois... On peut trouver chez des auteurs de la génération précédente les éléments de base de la théorie dont Caillois semble avoir donné la formule définitive. Durkheim, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), fait du […] Lire la suite

GÉNÉRALISATION DE L'INSTRUCTION

  • Écrit par 
  • Claude LELIÈVRE
  •  • 921 mots

La généralisation de l'instruction, en France comme ailleurs, a été promue pour des raisons différentes, voire concurrentes, à partir du xviii e  siècle. Et la nature de cette instruction à généraliser est l'objet d'un débat récurrent. S'agit-il avant tout de la participation au développement technico-économique telle que l'envisage la théorie néo-classique dite du « capital humain », apparue dans […] Lire la suite

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Vitres brisées, dégradations diverses, emballages abandonnés, mais aussi troubles de voisinage, agressivité ou simple impolitesse constituent quelques-unes de ces transgressions des codes sociaux aujourd'hui appelées « incivilités » . Très variées, ces nuisances sont couramment analysées par les sciences sociales en liaison avec le thème de l'insécurité. Mais la notion d'incivilité, qui engage cel […] Lire la suite

IRRATIONALITÉ INDIVIDUELLE ET ORDRE SOCIAL (P. Moessinger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 483 mots

Les sciences sociales, depuis leur lointaine constitution et leur institutionnalisation au xix e  siècle, sont le cadre d'un débat toujours recommencé sur les rapports qu'entretiennent individu et société. La manière dont les mécanismes psychologiques s'ajustent au dispositif social a fait l'objet d'analyses qui, pour rendre compte de l'ordre ou du désordre social, mettent l'accent les unes sur l […] Lire la suite

JUMEAUX (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 3 343 mots

Dans le chapitre « Un fait socialement ambivalent »  : […] Les représentations, très variables, que se font les différentes sociétés de la naissance de jumeaux doivent être distinguées de l'événement constitué par chacune de ces naissances. Selon le point de vue choisi – discours local ou pratiques effectives –, les naissances gémellaires peuvent être soit valorisées, soit dépréciées. Il arrive ainsi que, dans une même société, les mythes ou les contes cé […] Lire la suite

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ordre de la raison »  : […] Deux postulations encore pour achever cette ébauche d'une épistémologie des Lumières : la nécessaire existence d'un ordre du monde humain ou physique et la capacité de la raison à le mettre au jour. L'univers physique et humain n'est pas un chaos. L'histoire, comme l'affirme Montesquieu dans Les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734), n'est pas régie […] Lire la suite

MANIFESTATION

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 3 711 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un mode de régulation des crises »  : […] La France se distingue des deux cas de figure évoqués plus haut. L'usage intransitif du verbe « manifester » s'impose en 1868, son participe présent – manifestant – s'étant substantivé dès 1849 (Pierre Joseph Proudhon). Cette prise en compte de l'irruption des masses dans l'espace public anticipe, toutefois, sur l'effective autonomisation de ce mode d'expression politique. Les cortèges antérieurs […] Lire la suite

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et dimensions collectives de la morale »  : […] L'expérience du mal et de la faute n'a pas seulement des dimensions psychologiques, elle a également des dimensions collectives. À la lumière du développement des sciences historiques, économiques, ethnologiques, sociologiques, etc., il est apparu que, de même que les représentations, les conduites et les théories religieuses en matière de péché étaient parfois, à un degré plus ou moins grand, la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BURDEAU, « ORDRE & DÉSORDRE DANS LA SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-et-desordre-dans-la-societe/