CORINTHIEN ORDRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien que le chapiteau corinthien apparaisse en Grèce au ~ ve siècle, l'ordre corinthien se constitue seulement à Rome sous Auguste. Mais il devient alors si populaire qu'il élimine presque totalement les autres ordres. Après avoir joué un grand rôle dans la formation des ordres médiévaux, tant dans le domaine chrétien que dans l'art islamique, il retrouve son prestige à la Renaissance et le garde jusqu'à la fin du xixe siècle.

Colonne à chapiteau corinthien, Bosra

Colonne à chapiteau corinthien, Bosra

Photographie

Colonne à chapiteau corinthien, nymphée romain, IIe siècle, Bosra, Syrie. 

Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

Afficher

Inventé, dit-on, par le sculpteur et orfèvre Callimaque, le chapiteau corinthien apparaît au temple de Bassae, à la tholos d'Épidaure, au temple d'Athéna Aléa à Tégée. Il se compose dès lors d'un calathos ou corbeille en tronc de cône renversé qu'entoure le feuillage stylisé de ce chardon épineux qu'est l'acanthe ; deux couronnes superposées et alternées, de huit feuilles chacune, couvrent le bas du calathos ; entre les feuilles de la couronne supérieure naissent les caulicoles, cornets végétaux d'où s'échappent les volutes qui vont soutenir les angles ; au-dessus règne l'abaque, plateau qui reçoit l'architrave.

Combiné avec les éléments de l'ordre ionique, le chapiteau corinthien sert essentiellement à des décors internes jusqu'à la fin de l'époque hellénistique. Son emploi s'élargit alors, en Italie surtout où on l'utilise à la fin de la République dans des édifices monumentaux. Ses feuilles ne ressemblent plus guère alors à celles de l'acanthe ; elles s'amollissent et perdent leurs profondes découpures ; des caulicoles s'échappent outre les volutes, des hélices tournées vers l'intérieur ; un gros fleuron est posé sur l'abaque et sur le calathos ; parfois même des figures s'insèrent dans le feuillage. L'ordre corinthien n'a pas d'entablement propre, Vitruve permettant d'utiliser indifféremment celui de l'ionique ou du dorique. La base est attique, mais ses deux tores égaux séparés par une étroite scotie la rendent très lourde.

Sous Auguste, on revient d'abord à l'étude des modèles grecs classiques, mais en donnant aux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORINTHIEN ORDRE  » est également traité dans :

ABAQUE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 306 mots

Le terme d'abaque désigne, dans sa première acception, une table à calculer. Déjà connu des Égyptiens, perfectionné par les Romains qui en firent un boulier portatif, l'abaque servait à faire les diverses opérations de calcul. Au sens architectural du terme, l'abaque désigne la partie supérieure du chapiteau d'une colonne sur laquelle repose l'architrave. L'abaque apparaît dans les différents ordr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abaque-architecture/#i_40942

CALLIMACHOS (actif entre 430 av. J.-C. et 400 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 772 mots

Le sculpteur Callimachos (à Athènes entre ~ 430 et ~ 400), fut célèbre dans l'Antiquité pour la virtuosité de son style, dont la recherche un peu superficielle lui valut le surnom de Raffiné. Trois de ses œuvres sont connues par les textes anciens : une statue d'Héra assise que Pausanias (IX, ii , 7) a vue dans le temple construit à Platées après ~ 426 ; des reliefs repré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/callimachos/#i_40942

CORNICHE

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 422 mots

Terme désignant la partie supérieure de l'entablement, dans l'architecture classique. L'élément essentiel de la corniche est le larmier, pièce horizontale en saillie, dont la fonction est de rejeter les eaux de pluie. Dans l'architecture grecque, il constitue pratiquement à lui seul la corniche, aussi bien dans l'ordre dorique que dans l'ordre ionique. Dans l'ordre dorique, sa face inférieure, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corniche/#i_40942

ÉPIDAURE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 442 mots

La ville d'Épidaure, sur la côte nord-est du Péloponnèse, doit sa célébrité au sanctuaire d'Asclépios qui se trouvait à quelques kilomètres de la cité. Selon la tradition, le dieu guérisseur vint s'installer dans ce vallon vers la fin du ~ vi e siècle en s'associant à Apollon, déjà établi dans ses fonctions avec le héros Maléatas, dont il prit le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidaure/#i_40942

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  La période hellénistique »  : […] Rien n'est plus factice, lorsqu'on considère le développement de l'art, que de séparer nettement la période hellénistique de celle qui l'a précédée immédiatement. La mort d'Alexandre en 323 ne change rien aux tendances déjà décrites, et Lysippe comme Apelle ont continué après la disparition de leur protecteur à former des élèves et à produire. Cependant, par la suite, la fondation de grands royau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_40942

IONIQUE ORDRE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 015 mots
  •  • 3 médias

Plutôt qu'un ordre, l'ionique est un style : on n'y retrouve guère la rigueur normative de l'ordre dorique, la codification des formes y est beaucoup moins marquée et les variantes géographiques sont considérables. Entre l'ionique des Cyclades, qui se plaît aux petits bâtiments parés de moulures ciselées, et celui de la côte d'Asie Mineure, où l'influence de l'Orient se manifeste par des temples c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-ionique/#i_40942

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_40942

QUESTIONS DE STYLE. FONDEMENTS D'UNE HISTOIRE DE L'ORNEMENTATION (A. Riegl) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Ornement et style »  : […] Questions de style traite de l'évolution des motifs végétaux dans l'art ornemental de l'Antiquité. Fleurs de lotus, palmettes, rinceaux, feuilles d'acanthe : les virtualités formelles dont ces motifs sont porteurs en faisaient un objet idéal pour mettre à nu des lois autonomes de transformation des formes. C'est essentiellement contre l'« évolutionnisme matérialiste » de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/questions-de-style-fondements-d-une-histoire-de-l-ornementation/#i_40942

RESTRUCTURATION DE ROME

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 258 mots
  •  • 1 média

Auguste nous apprend dans ses Res gestae qu'il a reconstruit quatre-vingt-deux temples de Rome au cours de son sixième consulat (— 28). Ce n'était que le début d'une entreprise édilitaire de grande envergure. L'agglomération urbaine fut partagée en quatorze régions, les services urbains furent réorganisés, les adductions d'eau multipliées. Mais c'est surtout l'aspect idéolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restructuration-de-rome/#i_40942

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'essor de l'architecture romaine »  : […] C'est vers le milieu du ii e  siècle avant J.-C. que l'architecture romaine acquiert les moyens qui vont lui permettre de s'affirmer comme fondamentalement différente de l'architecture grecque. Ces moyens sont d'abord d'ordre technique. Désormais, le matériau de base sera le blocage, composé d'un ciment très dur dans lequel sont noyés des moellon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_40942

SANCTUAIRE, Grèce hellénistique et Rome antique

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • John SCHEID
  •  • 8 290 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La signification de l'ordre corinthien »  : […] Mais le rôle accordé aux colonnes ne cesse pour autant de croître dans les édifices cultuels de la fin de la République et de l'Empire. Paradoxalement, si la colonnade perd toute fonction structurelle en tant qu'élément périphérique, puisque les sanctuaires n'ont jamais été conçus à Rome pour posséder une ambulatio , c'est-à-dire, au sens propre, un déambulatoire, elle reste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanctuaire-grece-hellenistique-et-rome-antique/#i_40942

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « CORINTHIEN ORDRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-corinthien/