OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine)Étude des fonds sous-marins

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nature et âge des formations géologiques sous-marines

L'exploration des formations géologiques sous-marines a débuté vers 1900 et s'est accélérée après la Seconde Guerre mondiale grâce aux travaux systématiques entrepris par les grands instituts océanographiques et aux progrès des techniques de prélèvement et d'observation.

Les techniques de prélèvement et d'observation

On peut distinguer trois types principaux de techniques de prélèvement en fonction de leur profondeur d'investigation sous le fond de la mer (fig. 4) :

Prélèvement et observation des fonds océaniques

Prélèvement et observation des fonds océaniques

Dessin

Différentes méthodes de prélèvement et d'observation des fonds océaniques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– Les prélèvements superficiels sont pratiqués par des bennes et des dragues, qui permettent d'obtenir des échantillons de roches dures, et par des pièges à sédiments.

– Les carottages à faible pénétration sont effectués à l'aide de carottiers fonctionnant soit uniquement par gravité, c'est-à-dire chute libre déclenchée à une distance convenable du fond, soit par gravité et piston activé lors de l'impact ; on utilise aussi des vibrocarottiers. On obtient ainsi des carottes de plus de 50 mètres dans les sédiments non consolidés, quelle que soit la profondeur (fig. 5). Grâce à cette méthode, il est possible de développer les études de sédimentologie, de stratigraphie, de paléomagnétisme et de géochimie concernant la tranche supérieure des sédiments marins, c'est-à-dire essentiellement le Quaternaire. Elle permet aussi d'obtenir, sous une faible couverture de vases, des échantillons d'horizons géologiques beaucoup plus anciens dont la présence est indiquée par la sismique-réflexion.

Carottage par gravité avec piston

Carottage par gravité avec piston

Diaporama

Carottage par gravité avec piston. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– Les forages profonds permettent d'atteindre des profondeurs de 6 000 m sous la surface de la mer. Ils étaient utilisés depuis longtemps par les prospecteurs de pétrole, mais uniquement sur le plateau continental. C'est le Projet de forage en mer profonde (Deep Sea Drilling Project), établi en 1964 par les instituts océanographiques américains (J.O.I.D.E.S., ou Joint Oceanographic Institutions Deep Ea [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Âge de la croûte océanique

Âge de la croûte océanique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Profil de sismique-réflexion en Manche

Profil de sismique-réflexion en Manche
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Profil de sismique-réflexion réalisé avec le procédé Flexotir

Profil de sismique-réflexion réalisé avec le procédé Flexotir
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Prélèvement et observation des fonds océaniques

Prélèvement et observation des fonds océaniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut français du pétrole, professeur à l'Institut océanographique et à l'École nationale supérieure de techniques avancées
  • : directeur de l'objectif exploration, Institut français du pétrole
  • : directeur de l'objectif exploration, Institut français du pétrole

Classification


Autres références

«  OCÉANS ET MERS  » est également traité dans :

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Propriétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 033 mots
  •  • 4 médias

La planète Terre est assez mal nommée, puisqu'elle est couverte, pour 71 p. 100 environ, par l'océan mondial, dont la surface est de l'ordre de 361 millions de kilomètres carrés, pour un volume qui a été évalué à 1 370 × 106 kilomètres cubes. La profondeur moyenne par rapport au niveau marin dépasse 3 800 mètres, alors que l'altitude moyenne des terres émergées est à peine d […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Mouvements

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 601 mots
  •  • 9 médias

Les eaux des océans et des mers sont animées de mouvements très divers qui ont d'importantes répercussions non seulement sur la biologie et la distribution de nombreux organismes mais encore sur les activités humaines.On distingue généralement des mouvements oscillatoires et non oscillatoires. Les premiers sont représentés, d'une part par des ondes de période longue (12 h, 24 h, ...), les […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Topographie des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 343 mots
  •  • 5 médias

Lamorphologie de la partie du globe couverte par les océans et les mers n'est pas moins diverse que celle des terres émergées. Très schématiquement, on peut distinguer quatre domaines essentiels : le précontinent, les plaines abyssales, les dorsales océaniques, les grandes fosses (fig. 1). Lorsqu'on part de la ligne de rivage et qu'on se dirige v […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - L'écosystème marin

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 1 820 mots
  •  • 3 médias

L'océan mondial constitue le plus vaste écosystème de la planète, tant par sa surface (plus de 71 p. 100 de la surface du globe) que par sa profondeur (3 800 m. en moyenne, avec un maximum de quelque 11 000 m) et, par conséquent, son volume (1 370 × 106 km3, plus de 97 p. 100 de l'eau libre de la planète). Les caractéristiques physiques de l'eau permet […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Le domaine pélagique est représenté par l'ensemble des eaux de l'océan mondial ; les êtres vivants qui peuplent ce domaine constituent le pelagos. Le degré de liberté de ces êtres vivants par rapport aux mouvements des masses d'eau au sein desquelles ils vivent conduit à subdiviser le pelagos en deux grands ensembles : le plancton et le necton. L e plancton est constitué par les êtres végétaux ou […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Les fonds marins, depuis la ligne de rivage jusqu'aux plus grandes profondeurs de l'Océan, constituent le domaine benthique, par opposition au domaine pélagique, représenté par l'ensemble des eaux qui surmontent les fonds. Les organismes, végétaux ou animaux, qui vivent sur le substrat ou dans le substrat, ainsi que ceux qui nagent dans son voisinage immédiat, forment le […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Les profondeurs océaniques débutent au-delà de la couche oligophotique, où la vie des végétaux planctoniques photosynthétiques reste encore possible, bien que leur bilan métabolique soit négatif. Cela correspond au début du talus du plateau continental, vers 200 mètres de profondeur. Dans le domaine pélagique, l'ampleur des migrations verticales de nombreuses espèces zooplanctoniques pourrait même […] Lire la suite

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Les accumulations marines résultent soit de la sédimentation, soit de la construction biologique (cf.  récifs ). La sédimentation est l'abandon de matériaux meubles en cours de transport. L'agent de transport, s'il s’exerce de manière temporaire, donne lieu à des accumulations instables , qui ne sont qu'une étape dans un déplacement appelé à reprendre des accumulations stables , dont normalement […] Lire la suite

ACIDIFICATION DES OCÉANS

  • Écrit par 
  • Paul TRÉGUER
  •  • 2 203 mots
  •  • 5 médias

Par sa capacité à dissoudre les gaz atmosphériques responsables de l'effet de serre, l'océan joue un rôle essentiel dans la régulation du climat. Toutefois, l'absorption de l'excès de dioxyde de carbone (CO 2 ) rejeté par les activités humaines (anthropiques) depuis 1850 perturbe la chimie de l'océan mondial. Elle se traduit par une diminution sensible du pH (potentiel hydrogène) de l'eau, c'est- […] Lire la suite

ADRIATIQUE MER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 690 mots

La mer Adriatique est un bras de la mer Méditerranée situé entre les péninsules italienne et balkanique. À son extrémité sud-est, le canal d'Otrante la relie à la mer Ionienne. Elle mesure environ 800 kilomètres de longueur, avec une largeur moyenne de 160 kilomètres, une profondeur maximale de 1 324 mètres et une surface de 131 050 kilomètres carrés. L'Adriatique a joué un grand rôle dans le dév […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 173 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'origine du Pacifique »  : […] Les structures qui sont observées dans les cordillères ouest-américaines permettent de poser la question de l'origine du Pacifique. Si celle de l'Atlantique ne fait aucun doute en raison d'une ouverture océanique qui rompt la continuité des continents dont les structures se suivent de l'Ancien au Nouveau Monde, il n'en va pas de même du Pacifique, que l'on considère généralement comme antérieur à […] Lire la suite

AMMONIFICATION ou AMMONISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La microflore ammonifiante »  : […] Bien qu'un mécanisme photochimique puisse contribuer, dans les eaux, à assurer l'ammonification, celle-ci est essentiellement de nature biologique, au moins dans les sols. Le fait est démontré par la sensibilité du phénomène vis-à-vis des facteurs qui limitent la vie (ex. température, aération, humidité) et par l'isolement des germes responsables. La propriété de détacher la fonction amine des am […] Lire la suite

AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 469 mots

Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000 et 37 000 oiseaux morts ainsi que des centaines de millions d'invertébrés et de poissons. Sur une surface tot […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 100 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Anticyclones et courants océaniques »  : […] Le vent qui souffle à la surface des océans génère des courants qui engendrent à leur tour des zones de haute pression océanique (surélévation du niveau de la mer) et de basse pression océanique (sous-élévation). Les courants océaniques tournent ensuite autour de ces centres d’action comme le font les vents autour des anticyclones et des dépressions. Ces courants, tout comme les courants aériens, […] Lire la suite

AQUACULTURE

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 11 428 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La culture des algues »  : […] Plus de deux cents genres d'algues marines benthiques, correspondant à plusieurs milliers d'espèces, ont été étudiés en vue d'une exploitation. Une quinzaine d'espèces seulement figurent dans les statistiques de la F.A.O. Les différentes utilisations de ces végétaux peuvent être regroupées autour de sept axes principaux : l'alimentation humaine, l'alimentation du bétail (farines d'algues compléta […] Lire la suite

ARCHÉEN

  • Écrit par 
  • Hervé MARTIN
  •  • 3 024 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les océans »  : […] Parmi les roches les plus anciennes connues, les gneiss d'Isua au Groenland sont des roches sédimentaires qui attestent de la présence de grands volumes d'eau liquide à la surface du globe dès 3,87 Ga. Certains minéraux sédimentaires, lors de leur formation, ont piégé d'infimes volumes (quelques μm 3 ) du milieu dans lequel ils se sont formés (inclusions fluides) et dont l'analyse donne des indic […] Lire la suite

ARCS INSULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 1 788 mots
  •  • 3 médias

Les arcs insulaires sont des ensembles d' îles, la plupart volcaniques, réparties en un ou plusieurs alignements courbes dessinant des arcs à convexité généralement tournée vers le large. Les arcs insulaires sont des éléments essentiels des zones géodynamiques vivantes du globe terrestre : une grande partie de l'activité sismique et volcanique mondiale s'y trouve concentrée. Leur répartition corr […] Lire la suite

ARCTIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 830 mots
  •  • 6 médias

L'océan Arctique constitue l'essentiel de la Méditerranée arctique, la plus importante des mers bordières de l'océan Atlantique. Il s'ouvre sur celui-ci, sur 400 km de largeur, entre le Spitzberg et le Groenland ; sa surface totale est de l'ordre de 12 millions de kilomètres carrés. La plus grande partie de cette mer intérieure, dont le pôle Nord occupe approximativement le centre, est couverte d […] Lire la suite

ATLANTIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 8 380 mots
  •  • 7 médias

L'océan Atlantique est le deuxième par la surface des trois grands golfes de l'océan mondial, et le seul à recevoir des eaux froides boréales. Il sépare l'Eurafrique de l'Amérique et du Groenland, et il est né de cassures d'âge secondaire, qui n'ont cessé de s'élargir depuis. Sa surface, sans les mers bordières, est de l'ordre de 82 millions de kilomètres carrés, et sa profondeur moyenne est pro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard GRAU, Lucien MONTADERT, Claude SALLÉ, « OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Étude des fonds sous-marins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-geologie-sous-marine-etude-des-fonds-sous-marins/