BOHR NIELS (1885-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie des réactions nucléaires

Les réactions induites par impact de neutrons lents sur les noyaux présentent, pour un intervalle donné de valeurs de l'énergie du neutron incident, une grande prédominance de la capture de celui-ci par le noyau-cible : cela ne pouvait s'expliquer si l'on représentait l'interaction entre le neutron et le noyau par un simple potentiel attractif. En 1936, Bohr se rendit compte que pour sortir de l'impasse il fallait envisager le processus d'un point de vue radicalement différent. Les probabilités de capture observées indiquaient que le premier stade de la réaction devait consister en la formation d'un noyau composé de vie moyenne relativement longue – formation due à la distribution de l'énergie du neutron incident entre tous les nucléons constitutifs du noyau-cible par suite des collisions mutuelles de ces nucléons ; en raison de cette dispersion de l'énergie, aucun des nucléons du noyau composé ne possède en moyenne assez d'énergie pour s'échapper, et la désintégration du noyau composé ne peut se produire que par suite d'une fluctuation statistique, conduisant à la concentration fortuite d'une quantité suffisante d'énergie sur l'un des modes possibles de désintégration du système. Le stade final de la réaction est donc le résultat statistique d'une compétition entre ces modes de désintégration : émission de rayonnement ou émission de fragments formés d'un ou de plusieurs nucléons. Cette théorie rend compte non seulement des réactions dues à l'impact de neutrons lents, mais d'une classe très étendue d'autres réactions des types les plus divers ; de plus, elle suggère la comparaison des états excités du noyau à ceux d'une gouttelette liquide portée à une température élevée, analogie qui, malgré ses limitations évidentes, s'est également révélée extrêmement féconde : elle a notamment conduit (1952) à la prédiction de modes d'excitation collective des noyaux, liés à la déformabilité de ceux-ci.

Un des modes possibles de désintégration d'un noyau composé suffisamment lourd est la fission de ce noyau [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut nordique de physique atomique théorique, Copenhague

Classification

Autres références

«  BOHR NIELS (1885-1962)  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « 1900-1950 : les débuts de l'astronomie contemporaine »  : […] Il est quelque peu arbitraire de faire commencer avec le xx e  siècle l'astronomie contemporaine et ses grands instruments. Les premiers grands télescopes sont bien antérieurs, puisque ceux de William Herschel datent de la fin du xviii e  siècle et que William Parsons (lord Rosse, 1800-1867) achève en 1845 en Irlande un télescope géant de 182 centimètres d'ouverture, le plus grand télescope à miro […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'atome de Bohr »  : […] En 1913, Niels Bohr a fait accomplir un pas très important à la physique atomique moderne. Il a montré que la conception quantique introduite par Planck dans l'étude du rayonnement thermique, et par Einstein pour décrire la structure de la lumière, était fondamentale pour tous les phénomènes atomiques. Le modèle atomique proposé par Rutherford ne permettait pas de surmonter une difficulté radicale […] Lire la suite

BOHR ATOME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le premier, paru le 5 avril dans le Philosophical Magazine , est titré « Sur la constitution des atomes et des molécules ». Bohr prend pour point de départ la découvert […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle de Bohr »  : […] En 1913, Bohr développa une théorie très ingénieuse des atomes qui associait la mécanique classique et les idées de quantification. Un système atomique ne peut exister qu'à certaines valeurs discrètes de l'énergie, appelées niveaux d'énergie et notés E 1 , E 2 ,... , E i ,... Ces énergies sont déterminées en modifiant la mécanique classique par des conditions de quantification : seules les énerg […] Lire la suite

COPENHAGUE ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Bernard d' ESPAGNAT
  •  • 730 mots
  •  • 2 médias

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement. La description statistique des phénomènes atomiques et nucléaires doit- […] Lire la suite

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants britanniques, allemands et néerlandais (dont P. Zeeman […] Lire la suite

DESCRIPTION DE L'ATOME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 104 mots

Ernest Rutherford (1871-1937) propose en 1911 un modèle planétaire de l'atome. L'interprétation des résultats expérimentaux obtenus par ses collaborateurs Hans Geiger et Ernest Marsden sur la déviation violente des rayons α une mince feuille d'or lui permet de comprendre qu'un atome est constitué d'un noyau extrêmement dense et chargé positivement, entouré par des électrons. En 1913, le physicien […] Lire la suite

HEISENBERG WERNER KARL (1901-1976)

  • Écrit par 
  • Léon ROSENFELD
  •  • 3 503 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mécanique quantique »  : […] Au moment où Heisenberg arrivait à Copenhague, en 1924, Bohr et Kramers consacraient leurs efforts à l'examen de la portée du principe de correspondance. On peut analyser le mouvement classique des électrons d'un atome en ses composantes périodiques et leurs harmoniques (multiples entiers m ω des fréquences ω) et calculer les amplitudes q (1) m , q (2) m de ces composantes, qui déterminent l'inte […] Lire la suite

HYDROGÈNE (physique)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 166 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le spectre de l’atome d’hydrogène et l’avènement de la mécanique quantique »  : […] L’observation d’un arc-en-ciel introduit à la notion de spectre d’un rayonnement. La lumière du soleil, en traversant un nuage de gouttelettes d’eau, se décompose en rayons de couleurs différentes, du rouge au violet, c’est-à-dire en ondes électromagnétiques de diverses longueurs d’onde. Le spectre du soleil semble continu, mais des physiciens du xix e  siècle – dont le plus connu est le Danois An […] Lire la suite

LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)

  • Écrit par 
  • Yakov SMORODINSKI
  •  • 2 075 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une carrière remarquable »  : […] Lev Landau est né le 22 janvier 1908 à Bakou, au bord de la mer Caspienne, centre pétrolier en pleine expansion. Son père était ingénieur et travaillait dans une compagnie pétrolière. Sa mère était médecin. Lev Landau se passionne très tôt pour les sciences. Il est à peine âgé de treize ans lorsqu'il termine ses études secondaires. Trop jeune pour entrer à l'université, il commence, à la demande d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Léon ROSENFELD, « BOHR NIELS - (1885-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-bohr/