NIELLAGE ou NIELLURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nielle est une substance noire constituée de sulfure d'argent et de boraxe auxquels on ajoute parfois du plomb et du cuivre. On l'utilise pour incruster certains métaux. On nielle en général l'or, l'argent ou le cuivre (l'argent pouvant être doré ensuite). Les motifs et les traits destinés à être remplis de nielle sont préalablement creusés dans la pièce de métal, puis remplis de la pâte de sulfure d'argent et portés au feu pour faire fondre le nielle. Une fois refroidie et durcie, la surface niellée est polie pour l'amener au même niveau que celui du métal. Le résultat obtenu joue ainsi sur le contraste du noir brillant et du métal blanc ou jaune. On a essayé d'obtenir le même effet avec d'autres techniques. L'émail de niellure, par exemple, consiste à remplir les creux d'émail bleu foncé en laissant des réserves de métal. La fausse niellure est une technique moderne consistant à recouvrir entièrement une plaque de métal avec du sulfure d'argent et à gratter les traits ou surfaces qui doivent garder leur aspect métallique.

La technique de la niellure est fort ancienne. Les Romains la désignaient aussi sous le nom d'émail. À partir du xiiie siècle, la niellure, technique luxueuse et délicate, est fréquemment employée pour les objets précieux (objets de culte, vaisselle). Le nielle est à l'origine de la gravure à la taille douce. En effet, si l'on remplace le nielle par de l'encre d'imprimerie, on peut tirer une épreuve sur du papier, du tissu, etc. À partir du xviie siècle, le nielle n'est plus guère employé que dans les pays orientaux ou en Russie ; il retrouvera une certaine faveur au cours du xixe siècle.

—  Catherine ARMINJON

Écrit par :

  • : conservateur de l'Inventaire, responsable des Objets mobiliers à l'Inventaire général

Classification


Autres références

«  NIELLAGE ou NIELLURE  » est également traité dans :

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les arts somptuaires »  : […] L' aiguière dite de Charlemagne conservée au trésor de Saint-Maurice d'Agaune, monastère prestigieux de la vallée du Rhône, montre le goût subtil de l'époque. D'or fin, ornée sur la panse circulaire et sur les faces du col, d'émaux, de cabochons, de palmettes et de filigranes, l'aiguière représente une synthèse de toutes les techniques utilisées à l'époque carolingienne. Mais les émaux avec leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_12092

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Un art profane »  : […] L'appel de l'or exista de tout temps en Chine, même s'il ne parvint jamais à détrôner le prestige ineffable du jade. Parmi les plus anciens objets chinois en or qui nous soient parvenus figurent les feuilles d'or découvertes dans les tombes de Xinzheng au Henan ( viii e - vi e  s. av. J.-C.). Ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_12092

DUVET JEAN (1485-1570)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 203 mots

Fils d'un orfèvre bourguignon assez connu, Jean Duvet est né à Dijon. Il devient d'abord orfèvre ( Buste-reliquaire de saint Mammès , 1524, cathédrale de Langres). Il travaille également comme décorateur et ordonnateur de fêtes fastueuses lors des entrées royales (1521 et 1533) ; ses premières gravures ( Le Jugement de Salomon , env. 1519) sont influencé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duvet/#i_12092

ÉGÉEN MONDE

  • Écrit par 
  • Olivier PELON
  •  • 11 168 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le mobilier des tombes »  : […] À l'extrême dénuement des tombes mésohelladiques, sans aucun doute délibéré car il n'est pas de famille si pauvre même à cette époque qui ne possède un collier de coquillages et de cailloux ou une épingle en os à placer près du mort, s'opposent l'abondance et la richesse du mobilier funéraire des tombes à fosse. Ces objets donnent une image assez complète de cette première civilisation « mycénienn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monde-egeen/#i_12092

FINIGUERRA MASO (1426-1464)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 233 mots

Orfèvre, nielleur et dessinateur florentin. Maso Finiguerra travaille dans l'atelier de son père, puis à Santa Maria del Fiore à Florence. On lui attribue la découverte de l'art de la niellure. Il fit une Paix (plaque de métal que le célébrant donne à baiser aux membres du clergé pendant les messes solennelles) que Vasari a considérée comme étant à l'origine de la gravure sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maso-finiguerra/#i_12092

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Langage et signification »  : […] L'intérêt de la gravure et sa richesse viennent en grande partie de ce que ses fonctions utilitaires ne l'ont jamais empêchée d'être simultanément un art original et non fonctionnel. De là les insolubles querelles entre graveurs et artistes, qui se reproduisirent en 1839 entre graveurs et photographes, pour savoir si la gravure appartient ou non à un art. Cette réticence vient surtout de la prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_12092

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

Dans le chapitre « Polychromie »  : […] Jusqu'à une date relativement avancée du xii e  siècle, les artistes mosans firent un usage modéré de la polychromie. Celle-ci est à base de plaques orfévrées, avec pierreries disposées en quinconce et filigranes, et d' émaux. Sur le mobilier liturgique, les émaux sont incrustés en compositions rosacées qui déploient les « types » ou symboles de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_12092

RAIMONDI MARCANTONIO, dit MARC-ANTOINE (1480 env.-entre 1527 et 1534)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 290 mots

Né à Bologne, Marc-Antoine Raimondi est l'élève de Francia, qui lui apprend l'art du nielle et de la gravure. Ses premières œuvres personnelles ou ses gravures de reproduction (il grave trente-trois pièces d'après Francia) sont marquées par son premier maître mais aussi par l'art de Florence et de Padoue. Sous l'influence de Lucas de Leyde, il souligne durement les contours. En 1506, lors d'un séj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcantonio-raimondi/#i_12092

Pour citer l’article

Catherine ARMINJON, « NIELLAGE ou NIELLURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/niellage-niellure/