NICOLA PISANO (1210 env.-av. 1284)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On ignore la date et le lieu de la naissance du sculpteur Nicola Pisano ; dans un document siennois de 1266, il est nommé « Nicolaus Pietri de Apulia », sans que l'on puisse savoir si ce nom de lieu désigne un lieu-dit des faubourgs de Lucques (où la présence de Nicola est attestée dès 1258) ou le duché de Pouilles en Italie méridionale. Il semble en tout cas que dès 1250 le sculpteur était établi à Pise où il exerça la charge de maître d'œuvre de la cathédrale. Encore mentionné en 1278, il est indiqué comme décédé dans un acte relatif à son fils le 13 mars 1284. Sa plus ancienne œuvre certaine connue est la chaire du baptistère de Pise (1260) ; viennent ensuite la chaire de la cathédrale de Sienne (contrat du 29 septembre 1265), l'Arca de saint Dominique à Bologne (commandée en 1264 et exécutée par ses élèves) et la Fontana maggiore de Pérouse, commencée en collaboration avec son fils Giovanni en 1277-1278. Le rôle de Nicola Pisano a été déterminant dans l'évolution ultérieure de la sculpture italienne : rompant avec l'héritage de Benedetto Antelami et des sculpteurs de l'Italie du Nord, il se tourne plus nettement vers les modèles antiques sans négliger toutefois les créations des sculpteurs contemporains de l'Europe du Nord ; ses liens directs avec les ateliers « frédériciens » d'Italie du Sud, où, dans un contexte limité (Foggia, Castel del Monte, Capoue), s'opérait une exceptionnelle synthèse entre l'Antiquité et les nouveautés gothiques, restent problématiques. Le caractère durable de l'action de Nicola s'explique en partie par la qualité de ses disciples : son propre fils Giovanni Pisano, Arnolfo di Cambio, mais aussi Fra Guglielmo, qui eut peut-être une part déterminante dans l'exécution de l'Arca de Bologne, et Lapo, qui exécuta le bénitier de San Giovanni Fuorcivitas à Pistoia (1273).

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  NICOLA PISANO (1210 env.-av. 1284)  » est également traité dans :

GIOVANNI PISANO (av. 1250-apr. 1314)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 332 mots
  •  • 3 médias

Né à Pise, Giovanni Pisano fut associé très jeune aux entreprises de son père Nicola Pisano, puisque dès 1265 il figure dans le contrat passé entre celui-ci et l' Opera del Duomo de Sienne pour l'exécution de la célèbre chaire. On le retrouve ensuite, toujours comme collaborateur de son père, à la Fontana Maggiore de Pérouse en 1278. De 1284 à 1314 (date de sa dernière mention dans les documents […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'Italie gothique »  : […] L'Italie des xiii e et xiv e  siècles soulève le délicat problème de ses choix stylistiques. Au xiii e  siècle, comme on l'a récemment mis en lumière, des références nordiques se font jour ; au xiv e  siècle, la tendance sera inversée, les artistes nordiques s'ouvrent à l'esthétique nouvelle venue de la Péninsule. L'épisode d'Avignon qui fait appel à Simone Martini apparaît comme l'aboutissement […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une « renaissance » avant la Renaissance ? »  : […] La première renovatio de l'art toscan n'est pas un phénomène florentin. À Pise, avec la construction de la piazza dei Miracoli, formée de la cathédrale dont la façade a des allures de temple, conçue en 1063, après la victoire de Palerme, complétée par le baptistère commencé en 1153, puis par le campanile à l'inclinaison contrôlée sur ce terrain instable (1173-1350), et enfin par le cimetière du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « NICOLA PISANO (1210 env.-av. 1284) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicola-pisano/