NEIGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Métamorphose de la neige humide

On parle de neige humide en présence d’eau liquide. Les trois phases de l’eau (vapeur, liquide, solide) peuvent alors interagir. Cette situation s’observe quand les températures sont élevées ou lors de la survenue d’une pluie sur la surface enneigée.

En raison de leur forte convexité, les grains les plus petits ont tendance à fondre. L’eau liquide migre alors, par capillarité, vers les grains de glace restants, qui deviendront ainsi plus gros au moment du regel. Tant que la quantité d’eau liquide n’est pas très importante, les forces de cohésion capillaires maintiennent une bonne cohésion entre ces grains. La couche de neige est alors assez stable.

Si cette neige humide subit un refroidissement, l’eau liquide gèle progressivement en créant de solides liaisons de glace entre les grains. La neige prend alors l’aspect d’une croûte de glace et possède une excellente cohésion, comme on peut fréquemment en observer au printemps avec l’alternance des réchauffements diurnes et des refroidissements nocturnes.

Lorsque la quantité d’eau liquide est importante, on assiste à une croissance très rapide des grains. La masse volumique de la neige peut alors dépasser 500 kg/m3. Mais la disparition des ponts de glace qui soudaient les grains provoque une forte diminution de la cohésion globale de la couche. On a alors affaire à de la neige mouillée, ou neige gorgée d’eau. Les skieurs parlent de « soupe ». Ce type de situation est propice aux avalanches dites de neige humide, particulièrement fréquentes au printemps, en période de fonte.

Neige : grains ronds

Neige : grains ronds

Photographie

Des grains ronds dans une neige signifient que cette dernière a été humidifiée sous l'effet du soleil ou de températures douces, ou bien encore de la pluie (fonte). Cette neige peut être molle (plus ou moins, selon la quantité d'eau liquide qu'elle contient) ou, au contraire, très dure si... 

Crédits : Météo-France

Afficher

La capacité́ de rétention en eau d’une couche de neige varie de 7 p. 100 à 15 p. 100, suivant sa densité. Si cette capacité est dépassée, et si la couche ne repose pas sur une surface imperméable, l’eau liquide excédentaire s’évacue. Sinon, une couche liquide se forme et rend la couche de neige superficielle extrêmement instable.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Cristaux de glace en gros plan

Cristaux de glace en gros plan
Crédits : Saiko3p/ Shutterstock

photographie

Neige : morphologie des cristaux

Neige : morphologie des cristaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Cristaux de glace

Cristaux de glace
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neige : cristaux en étoile

Neige : cristaux en étoile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NEIGE  » est également traité dans :

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 430 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les forages profonds »  : […] Les mesures et prélèvements effectués dans les bases établies sur la côte et à l'intérieur de l'Antarctique, complétés par ceux acquis lors de raids terrestres et désormais par des observations satellitaires de plus en plus nombreuses, permettent d'avoir une bonne connaissance des conditions climatiques (températures, vents, précipitations) et environnementales (composition de l'atmosphère) qui rè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antarctique/#i_21222

AVALANCHES

  • Écrit par 
  • Gérard BRUGNOT
  •  • 3 094 mots
  •  • 1 média

Une avalanche est le mouvement qui, à partir d'un point, se communique à tout ou partie de la neige déposée sur une pente de montagne. On appelle aussi avalanche le mouvement qui suit le départ en bloc d'une masse de neige déposée sur la même pente. Les avalanches se produisent dans toutes les régions où les conditions de pente et d'enneigement sont réunies. Cependant, les régions les plus touchée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avalanches/#i_21222

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Les dépressions thermiques tropicales ou polaires »  : […] Les dépressions tropicales se développent à des latitudes qui s’étendent entre 40 0  nord et 35 0  sud. Lorsque la force du vent associé est comprise entre 63 et 118 km/h, on parle de « tempêtes tropicales ». Lorsqu’elle dépasse 118 km/h (force 12, échelle de Beaufort), on parle de « cyclones tropicaux ». D’un diamètre généralement compris entre 400 et 1 000 kilomètres, accompagnés de vent dépas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-meteorologie/#i_21222

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

L'homme a connu et baptisé la forme solide de l' eau depuis les temps les plus reculés, ce qui nous vaut des noms très différents selon les langues : glace, ghiaccio, hielo... dans les langues latines ; is, Eis, ice... dans les langues germaniques ; led, lod... dans les langues slaves. Si cette découverte avait été le fait des naturalistes, nous n'utiliserions que deux mots universels, l'un pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_21222

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 12 998 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Analyse des données de bilan »  : […] Le bilan mesuré à une balise est-il vraiment représentatif d'une zone étendue : un hectare pour fixer les idées ? Juste après une chute de neige poudreuse, le vent la charrie, et de très faibles ondulations de la surface peuvent beaucoup modifier la masse de neige déposée, que l'on appelle accumulation. En zone d'ablation, la fonte de la glace peut être très différente à quelques mètres de distan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glaciers/#i_21222

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 801 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historique de la recherche sur l'état de la matière »  : […] L'expérience immédiate de la matière est commune à tous les hommes, depuis qu'ils sont doués de raison. La distinction entre solide et liquide était certainement présente à l'esprit de nos ancêtres de la préhistoire. Cependant, on peut se contenter de faire remonter les interrogations scientifiques sur les différents états de la matière à plusieurs lignes d'observations ou d'activités humaines, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etats-de-la-matiere/#i_21222

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 6 610 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les précipitations de cristaux de glace  »  : […] Les précipitations de cristaux de glace sont le poudrin de glace et la neige. Le poudrin de glace tombe par ciel clair. Il est constitué de minuscules cristaux, si ténus qu’ils semblent en suspension dans l’atmosphère. La neige, en revanche, est générée par des nuages. Elle est composée de cristaux isolés ou soudés qui s'agglomèrent en flocons dont la taille est généralement comprise entre 2 et 5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteores/#i_21222

MONTAGNES - Le milieu montagnard

  • Écrit par 
  • Pierre BARRERE
  •  • 2 856 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'abondance des précipitations et de l'enneigement »  : […] Les masses d'air qui abordent les chaînes subissent une ascendance qui entraîne un double refroidissement, par détente et par contact avec l'air froid et les parois froides d'altitude. En exagérant la pente des fronts et la turbulence, la montagne en renforce les effets. L'accroissement des précipitations peut alors se manifester sur une bande de plusieurs dizaines de kilomètres ; cette ombre plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montagnes-le-milieu-montagnard/#i_21222

NUAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON, 
  • André VIAUT
  •  • 5 903 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Nimbostratus »  : […] Formé d'une couche nuageuse grise, souvent sombre, et d'aspect rendu flou par des chutes plus ou moins continues de pluie ou de neige, le nimbostratus est partout assez épais pour masquer complètement le Soleil. Le nimbostratus fait généralement suite à une couche de plus en plus épaisse d'altostratus et peut aussi provenir de l'étalement de cumulonimbus. Cette couche épaisse se double de nuages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuages/#i_21222

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les orages de pluie, de neige, de grêle »  : […] Les orages de pluie peuvent être d'une intensité peu commune. Selon qu'ils éclatent à la campagne, sur la ville ou bien sur un camping, leurs conséquences peuvent être très différentes. Les uns passeront inaperçus, alors que les autres seront à l'origine de sérieux dégâts, voire de catastrophes. Les pluies les plus fortes recueillies à la surface de la planète ont toujours un caractère orageux tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orages/#i_21222

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanisme de Bergeron »  : […] Une explication rationnelle fut proposée en 1936, en premier lieu, par Tor Bergeron. Lorsque, au cours de son développement vertical, le nuage atteint des températures négatives, la surfusion des microgouttelettes devient la règle et seuls quelques rares éléments peuvent se congeler ; la fréquence d'apparition de la phase glace croît d'ailleurs lorsque la température s'abaisse. C'est alors qu'int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_21222

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « NEIGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neige/