Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NAQSHABANDIYYA

Confrérie religieuse musulmane, centrée sur la ville de Bokhārā (en Ouzbékistan soviétique), où le fondateur est mort et fut enterré en 1388, la Naqshabandiyya est un ordre asiatique — à l'exception des Comores (Anjouan) et, à partir du xvie siècle, des Serbes islamisés de Yougoslavie — qui est représenté en Turquie (soixante couvents ou tekke à Istanbul), en Iran (chez les Kurdes sunnites), en Inde (au Panjāb et au Kashmir depuis 1600) et jusqu'en Chine (au Gansu).

En Russie, un affilié naqshabandī, Darmand Darvish Bahā-ud-Din Vaisov, fonda une « maison de prières » à Kazan, sur la Volga, en 1862 ; il prêchait le refus de l'impôt, ce qui le fit entrer en relations avec Tolstoï. Son fils, ‘Inān (Ginan en transcription cyrillique) Vaisov, dirigea le Régiment de Dieu, s'engagea aux côtés des bolcheviks contre les autonomistes tatares (oct. 1917) et mourut au combat contre les musulmans, avec ses « vaisites », en février 1918. À Samarkand et surtout Boukhara, les Naqshabandiyya étaient assez nombreux pour qu'à la fin du xixe siècle quinze mille murīd (disciples) au moins aient pu suivre l'enterrement de leur maître (ishān). Les femmes étaient admises. Au Daghestan (à l'ouest de la Caspienne), la Naqshabandiyya a soutenu l'insurrection d'indépendance nationale du prince awar Shāmil (Chamyl) contre les Russes, de 1834 à 1859.

Le rituel de la confrérie est caractérisé par la récitation à voix basse des litanies et par l'oraison mentale. Cependant, en Indonésie (où la Naqshabandiyya s'est introduite à Sumatra, en pays minangkabau, depuis 1830, après la guerre dite de Paderi entre pèlerins puritains et conservateurs attachés à la coutume), ce sont des membres de la Naqshabandiyya (et de la Qādiriyya) qui, au nord-ouest de Java, au moment des fêtes anniversaires du Prophète (mulud), participent à des séances de dabus, ou coups de dague qu'on s'inflige réciproquement, avec un accompagnement de prières musulmanes.

— Vincent MONTEIL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...rurales pour la plupart et constituées autour d'une famille de religieux souvent liée, au moins nominalement, à des confréries religieuses, en général naqshbandi. Ils parachevaient ensuite leurs études au Pakistan, également en zone pachtoune, puis pour les meilleurs, à Lahore et Karachi. Les madrasas...
  • CONFRÉRIES MUSULMANES

    • Écrit par Charles-Robert AGERON
    • 1 554 mots
    ...l'islam. Elle compta des fidèles dans tous les pays musulmans, du Maghreb à la Chine, et demeure vivante en Afrique du Nord, au Soudan et au Sénégal ; la Naqchabandīya, fondée au milieu du xive siècle, rayonna du Caucase au Turkestan et à l'Inde ; elle a inspiré les muroud qui ont résisté aux...
  • ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

    • Écrit par Françoise AUBIN, Olivier CARRÉ, Nathalie CLAYER, Universalis, Andrée FEILLARD, Marc GABORIEAU, Altan GOKALP, Denys LOMBARD, Robert MANTRAN, Alexandre POPOVIC, Catherine POUJOL, Jean-Louis TRIAUD
    • 31 426 mots
    • 12 médias
    ...Nord-Ouest, et sporadiquement dans le reste du pays, ils étaient liés – et le sont maintenant encore – à l'un des quatre courants soufis de l'Asie centrale : au premier rang, la Naqshbandiyya, représentée en Chine par deux branches ennemies, la Khafiyya (en chinois Hufeiye) dite « Vieille Religion » ou « Vieille...

Voir aussi