MYTHOLOGIES Dieux des peuples "barbares"

Mythologies des Slaves

Pour tenter de décrire ce que fut la mythologie des Slaves, il faudrait être mieux informé, d'abord, sur la personnalité même de ces peuples – et l'histoire comme l'archéologie sont, à cet égard, d'une fâcheuse indigence ; en second lieu, nous manquons de sources sûres, les principaux documents écrits sur lesquels il nous faut nous fonder émanant d'observateurs étrangers qui ont écrit à une époque récente (Procope de Césarée : De bello gothico, iii, 14, vi e s. ; Saxo Grammaticus : Gesta Danorum, fin xii e s. ; Adam de Brême : Gesta Hammaburgensis, fin xi e s. ; Côme de Prague : Chronica Boemorum, début xii e s. ; Knytlinga saga noroise, fin xiii e s.) ou de témoins prévenus, sinon hostiles, parce que chrétiens (divers homiliaires comme celui, tchèque, d'Opatovice ; la Chronique de Thietmar de Merseburg, vers 1015 et la Chronique des Slaves du curé Helmold, vers 1170), quand ils ne sont pas fragmentaires (telle la Chronique dite Primaire ou de Nestor, qui a été écrite au xii e siècle et ne s'intéresse qu'à une partie des Slaves). Reste un folklore très riche et très vivant mais qui pose, ici comme ailleurs, de délicats problèmes d'interprétation.

L'archéologie pourrait également nous aider, mais les quelques sanctuaires exhumés, à Rügen en particulier, ou à Ptuj en Slovénie, les idoles de Husiatyn, en Galicie (une tête à quatre faces perchée au haut d'une colonne carrée de 2,70 m de haut) restent d'une authenticité « slave » contestée.

De plus, il convient, en raison des contacts et influences subis, de distinguer entre Slaves méridionaux, orientaux et occidentaux ; mais il est souvent difficile de dégager les traits spécifiques de chaque groupe au-delà des collusions étroites avec les cultures, respectivement byzantine, celtique et germanique. Ainsi, le rôle que joue le coq, bien attesté partout, pourrait remonter aux Celtes ; la divinité Mokoš évoque bien fort la Grande Déesse scythe ; l'oiseau-dieu Simurgh ne peut guère qu'avoir été emprunté au bestiaire iranien par l'intermédiaire des Sarmates, et le chamanisme informe tout un complexe de représentations, métamorphiques notamment.

On tentera ici, à titre d'hypothèse, de discerner quelques grands caractères communs à ces peuplades, incontestablement indo-européennes, à l'origine agricoles, sédentaires et foncièrement pacifiques, dont la seule constante est un culte prononcé de la famille, au sens large (rod, pluriel rody). Il n'est pas impossible non plus de retracer, diachroniquement, une évolution plausible.

Du culte des ancêtres à celui de la nature

En premier lieu, il semble que le stade archaïque, primitif de cette religion ait été le mânisme : un texte russe du xi e siècle établit que les Slaves (orientaux en l'occurrence, mais la généralisation est permise) sacrifièrent « d'abord » aux rody et aux rožanicy (dérivé du précédent – les deux mots désignant les mânes ou esprits des ancêtres défunts), puis « aux fleuves, aux nymphes et à d'autres esprits », enfin « à Perun, leur Dieu ». C'est ce que dit Procope de Césarée : « Ils considèrent qu'un seul dieu, le créateur de l'éclair, est le maître du monde ; ils lui offrent en sacrifice des bœufs et autres animaux [...]. Ils offrent aussi un culte aux fleuves, aux nymphes et à d'autres esprits. » En bons Indo-Européens, ils ne mettaient pas en doute l'existence d'une vie après la mort, ce qu'atteste l'archéologie des tombes où le défunt était pourvu de tous les biens nécessaires à son autre existence. Et sans doute croyaient-ils en la réincarnation, la continuité du clan familial étant ainsi assurée par l'éternel retour des défunts.

Par la suite, d'ailleurs, l'individualisation[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Régis BOYER : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • E.U. : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
  • Pierre-Yves LAMBERT : agrégé de grammaire, docteur d'État, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Pour citer cet article

Régis BOYER, E.U., Pierre-Yves LAMBERT, « MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares" », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Le Chaudron de Gundestrup

Le Chaudron de Gundestrup

Le Chaudron de Gundestrup

Le Chaudron de Gundestrup, découvert démonté dans un marécage danois. Treize plaques d'argent ornées…

Autres références

  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, E.U.
    • 75 023 mots
    • 2 médias
    Dans la Chine antique, toute ville seigneuriale avait deux fondateurs : l'ancêtre du seigneur et le « saint patron » du prévôt des marchands, qui avaient défriché ensemble le domaine, à l'imitation du laboureur divin, de l'inventeur de l'agriculture, Shennong. Or ce démiurge[...]
  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 19 850 mots
    • 3 médias
    [...]dans des approches qui, en articulant désormais la forme et la fonction des objets, traitent des processus de leur fabrication et de leur mise en scène. Sur la base de ses observations des façades peintes des maisons cérémonielles en Nouvelle-Guinée, Anthony Forge déconstruit l’idée selon laquelle l’art[...]
  • ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

    • Écrit par René LARGEMENT
    • 23 477 mots
    • 5 médias
    Les Assyro-Babyloniens rencontrent leurs dieux à la limite de leurs possibilités d'action sur les éléments naturels : divinités astrales : Anu et Antu (divinités du ciel), Shamash et Sîn (dieu solaire et lunaire), Ishtar (déesse vénusienne) ; dieux de l'atmosphère : [...]
  • ASTROLOGIE

    • Écrit par Jacques HALBRONN
    • 73 203 mots
    Est-ce que les mythologies se sont constituées à partir des planètes ? Elles sont certainement antérieures à leur découverte, tout comme on nomme les nouveaux astres en puisant dans un panthéon inépuisable de dieux et de déesses, voire de figures littéraires. On n'a pas inventé le dieu [...]
  • AZTÈQUES (notions de base)

    • Écrit par E.U.
    • 19 446 mots
    • 13 médias
    Le panthéon mexicain apparut aux Espagnols comme une cohorte d'innombrables démons : en effet, le polythéisme aztèque est illimité. À l'époque de la Conquista, le panthéon s'ordonne autour de deux traditions principales : d'un côté, les anciens dieux telluriques autochtones, divinités d’agriculteurs[...]
  • Afficher les 55 références

Voir aussi