MYCOBACTÉRIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Espèces majeures

Espèces majeures
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Groupes de Runyon

Groupes de Runyon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paroi

Paroi
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Génomique comparative

La détermination de la séquence complète du génome de Mycobacterium leprae, qui a été publiée en février 2001 (S. T. Cole et al, « Massive Gene decay in the leprosy bacillus 2001 », in Nature, no 409, pp. 1007-1011, 2001), devrait permettre d'y voir un peu plus clair dans les propriétés de ce proche parent du bacille de la tuberculose, Mycobacterium tuberculosis. D'abord, son génome séquencé est plus petit, d'un quart environ, que celui de M. tuberculosis. Ensuite, son potentiel de codage est encore réduit par le fait qu'un quart de ce petit génome est occupé par des pseudogènes, c'est-à-dire des gènes inactifs, incapables de coder pour une protéine, mais dont on trouve les analogues chez M. tuberculosis. En d'autres termes, leur fonction s'est perdue. En fait, M. leprae a perdu presque la moitié des gènes de M. tuberculosis au cours de leur évolution divergente. Ce phénomène a été constaté aussi dans le cas de Yersinia pestis (dont le génome a été séquencé en 2001) et chez des bactéries intracellulaires obligées : les gènes devenus inutiles dans un environnement riche comme une cellule sont progressivement perdus par la bactérie, comme dans les chlamydiae et les rickettsies.

La connaissance du génome du bacille de la lèpre permet-elle de comprendre les propriétés singulières de la bactérie et en particulier sa croissance lente et sa pathogénicité ? Sans doute, mais pas tout de suite. Pour le moment, et en ce qui concerne la relation immédiate avec la cellule hôte, on sait que le bacille code pour une paroi moins complexe que celle de M. tuberculosis, mais est doté de ce qu'il faut pour être neurotrope. Le bacille tire son énergie des acides gras de l'hôte mais son équipement enzymatique est des plus minces : ce qui peut expliquer les conditions de sa croissance lente. Comme d'autres bactéries, M. leprae a besoin de fer pour être pathogène et dispose de l'appareillage nécessaire, encore qu'il soit restreint par rapport à celui de son cousin. La comparaison d'avec d'autres mycobactéries, comme le BCG, montre une évolution assez rapide de ces s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur de microbiologie et de génétique moléculaire à la faculté de médecine, université de Louvain
  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  MYCOBACTÉRIES  » est également traité dans :

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 467 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Actinomycètes pathogènes »  : […] Peu de maladies des plantes sont provoquées par les Actinomycètes. Notons une gale de la pomme de terre ( potato scab ) causée par Streptomyces scabies et une gale de la patate douce ( S. ipomoeae ). Des Streptomyces peuvent aussi s'attaquer à la betterave à sucre et à de jeunes plants de pommiers et d'érabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinomycetes/#i_91275

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiologie des populations bactériennes »  : […] Les cellules bactériennes sont capables de se multiplier dans des milieux de culture liquides ou sur milieux solides artificiels, dans des conditions physico-chimiques approchant les conditions de leur écosystème naturel. Cependant, certaines espèces bactériennes ne sont pas cultivables sur milieux artificiels ; c'est le cas de Mycobacterium leprae , agent de la lèpre, ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_91275

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les principales bactéries pathogènes »  : […] Dans l'extrême diversité du monde bactérien, certaines espèces se sont imposées comme des pathogènes authentiques ; chez l'individu exposé à ces bactéries le risque d'induction d'une maladie infectieuse est très élevé, même chez des sujets aux fonctions immunitaires préservées ; le déterminisme de la virulence et de la pathogénicité de ces bactéries n'est pas toujours connu. Au contraire, la path […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_91275

DÉFICIENCE IMMUNITAIRE AUTO-IMMUNE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 625 mots

L' immunodéficience est caractérisée par un affaiblissement des défenses immunitaires, qui peut être primitif, présent dès la naissance, comme dans le cas des immunodéficiences d'origine génétique, ou acquis, quand il se déclare à la suite d'un événement pathogène. Ces immunodéficiences acquises peuvent être induites par des médicaments, comme les immunosuppresseurs ou les corticoïdes à forte dose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficience-immunitaire-auto-immune/#i_91275

LEDERER EDGAR (1908-1988)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 810 mots

Les soubresauts du xx e  siècle n'ont pas épargné Edgar Lederer, chimiste français né à Vienne le 5 juin 1908. Fuyant l'antisémitisme de la capitale autrichienne où il avait obtenu son doctorat, le jeune homme trouva refuge à Heidelberg en 1930, mais dut quitter l'Allemagne en hâte lors de la venue des nazis au pouvoir en 1933. Réfugié à Paris, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-lederer/#i_91275

LÈPRE

  • Écrit par 
  • Nicole BOURCART
  •  • 2 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Agent pathogène de la lèpre »  : […] Le bacille, agent pathogène de la lèpre, a été découvert dans les lésions de malades norvégiens, par A. Hansen, en 1873 (au tout début de l'ère pasteurienne, et avant même la découverte du bacille tuberculeux), d'où l'appellation courante de « bacille de Hansen ». Dénommé Mycobacterium leprae , il appartient comme le bacille tuberculeux au genre des mycobactéries (classe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepre/#i_91275

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bactéries, Champignons et Végétaux proprement dits »  : […] Dans cet ensemble, 95 p. 100 des plantes parasites sont des Champignons appartenant à tous les grands groupes fongiques. Les 5 p. 100 qui restent sont des Bactéries ( Eubacteria et Mycobacteria seulement ; cf.  bactéries ), des Algues (très peu nombreuses : quelques Dinophycées, Chlorophycées et Rhodophycées), une Gymnosperme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_91275

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Tuberculose pulmonaire »  : […] L'infection tuberculeuse est une des plus graves et des plus redoutées qui aient frappé le genre humain, jusqu'aux découvertes du xx e  siècle qui ont permis de la guérir à peu près totalement par les antibiotiques et de la prévenir par la vaccination. Elle a été ainsi nommée parce qu'elle donne lieu à la formation, à la surface ou à l'intérieur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_91275

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bacille tuberculeux »  : […] Le bacille tuberculeux appartient, comme le bacille de la lèpre, le bacille tuberculeux bovin et les nombreux bacilles apparentés dits atypiques, au genre des mycobactéries. On appelle bacille de Koch (B.K.), du nom du savant allemand qui l'a découvert en 1882, le germe pathogène responsable de la tuberculose humaine. Certaines tuberculoses animales (bovine, par exemple) en dépendent néanmoins. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_91275

TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 982 mots
  •  • 2 médias

La tuberculose est une maladie grave provoquée par une mycobactérie appelée Mycobacterium , appartenant au groupe tuberculosis , découverte par Robert Koch en 1882. Elle affecte surtout les poumons, mais peut atteindre les os (mal de Pott) et de nombreux autres organes. Maladie à évolution en général lente, souvent fatale – comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose-multiresistante/#i_91275

Voir aussi

Pour citer l’article

Carlo COCITO, Gabriel GACHELIN, « MYCOBACTÉRIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycobacteries/