MUSIQUES DE LA LOUISIANE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Descendants des Acadiens, les cajuns sont des francophones de la Louisiane. Influencé par la musique populaire créole puis par le country, le cajun fait la part belle au violon, aux voix puis à l'accordéon. Le zydeco constitue une variante développée par les Noirs de la musique cajun.

En 1755, les Acadiens, installés dans le Canada oriental, subissent un second exil, « Le Grand Dérangement », et s'installent en Louisiane. Faute d'avoir pu emporter avec eux des instruments volumineux comme la vielle à roue ou la cornemuse, ils commencent à élaborer une musique spécifique où le violon d'un côté et les voix de l'autre jouent un rôle important. Au xixe siècle, cette population francophone commence à sortir du bayou et à communiquer avec d'autres communautés : Noirs, Indiens, Blancs de La Nouvelle-Orléans. Les « bals de maison » du samedi soir et les « fais do-do » sont populaires. On y danse, au son du violon, des dérivés du quadrille (contredanses, rondes...) mais aussi des polkas, des gigues, et le two-step*.

À la fin du xixe siècle, les premiers accordéons diatoniques sont apportés en Louisiane, sans doute par des immigrants juifs allemands. Au début du xxe siècle, la région subit un bouleversement économique avec la découverte de gisements de pétrole, qui entraîne l'arrivé massive de yankees, bouleversant les rapports paisibles entre les communautés installées.

Dans les années 1920, on utilise de plus en plus d'instruments à percussion comme les cuillères (spoons), la planche à laver (washboard de bois) et le frottoir métallique. À cette époque, deux ouvriers agricoles, l'accordéoniste noir Amédé Ardoin (1899 environ - 1942) et le violoniste blanc Dennis McGee (1893-1989), opèrent la fusion entre les influences africaines et créoles et les chansons acadiennes, qui tiennent beaucoup des traditions populaires françaises. Une décennie plus tard, Ardoin va être influencé par le blues mais aussi par les field* hollers et par la tradition africaine toujours vivace.

Après la crise de 1929, les premiers disques de chants cajuns sont enregistrés par Joseph Falcon (1900-1965), un virtuose de l'accordéon, et son épouse, Cléoma Breaux (1906-1941), chanteuse et guitariste. Mais, à partir de 1936, la vague du western swing et du country and western déferle sur le pays acadien et les musiciens cajuns délaissent les strings* bands. Lorsque Harry Choates (1922-1951) devient le plus célèbre des violonistes de country cajun, le hillbilly* a gagné du terrain, gommant les particularismes locaux et remplaçant le violon par la guitare. En 1946, son succès Jole Blonde (« Jolie Blonde »), inspiré par une chanson écrite et enregistrée par Amédé Breaux (1900-1973), Ma blonde est partie, fait le tour des États-Unis et contribue à la redécouverte de l'accordéon, qui se prolongera avec Iry LeJeune (1928-1955) et Nathan Abshire (1913-1981).

Dans les années 1960, swamp pop et rockabilly cajun réactivent le genre. Favorisés par leur relative intégration en pays cajun, les Noirs de Louisiane développent une sorte de blues imprégné du rythme des danses françaises. Prenant sa source dans la « musique la-la », forme rurale de musique créole, le zydeco (de l'expression créole « les haricots sont pas salés ») s'impose dans la communauté noire. Clifton Chenier (1925-1987), le maître du « blues français », y apporte une touche d'électrification et de rock and roll.

Les grandes figures de la musique cajun moderne sont Michael Doucet (né en 1951), qui redécouvre les racines, pendant que son compagnon Zachary Richard (né en 1950) se laisse tenter par les fusions diverses (créole, rock, zydeco...). Le groupe Beausoleil revisite le répertoire des anciennes chansons de l'Acadie.

Les frères Neville (Arthur, Charles, Aaron et Cyril), en solo ou sous les noms de Meters ou de Neville Brothers, jouent une sorte de funk rock du bayou, alors que Dr. John (1940-2019), un brillant poly-instrumentiste, réussit à enfanter un style métissé parfois appelé gumbo : son rock, oscillant entre le psychédélique et le funk (Right Place, Wrong Time), subit les apports afro-américains du blues, des musiques vaudoues, créo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MUSIQUES DE LA LOUISIANE  » est également traité dans :

CHENIER CLIFTON (1925-1987)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 617 mots

Pour différentes raisons socio-historiques, la musique des Noirs de la Louisiane francophone ne s'est que très tardivement distinguée de celle des Blancs cajuns. D'abord appelée « la-la », cette musique noire s'est écartée de la musique cajun à mesure que celle-ci se rapprochait de la country music. Dans les années 1940, les Noirs créent leur propre genre musical, qui prendra le nom de zydeco. Ce […] Lire la suite

Les tracas du Hobo Blues, BREAUX (Amédé)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 164 mots

Membre d'une famille de musiciens prolifiques, Amédé Breaux (1900-1973) est un accordéoniste et chanteur de musique cajun traditionnelle dans la lignée de la musique des «fais do-do», ces réunions qui, après les maisons particulières, avaient investi les salles de bal. Cette chanson est à cet égard significative d'une forme où il fallait réussir à couvrir le bruit des danseurs dans des locaux de g […] Lire la suite

Le vieux soûlard et sa femme, FALCON (Joseph)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 198 mots

Joseph Falcon (1900-1965) et son épouse Cléoma Falcon (née Cléoma Breaux, 1906-1941) sont des figures légendaires de la musique de la Louisiane. Ils enregistrent les premiers 78-tours de musique cajun en 1929. Joseph Falcon, chanteur et compositeur, va écrire de nombreux standards du genre avant de se retirer en 1936, au moment où la musique country américaine prend trop d'importance. Comme en att […] Lire la suite

NOUVELLE-ORLÉANS LA

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 121 mots
  •  • 3 médias

Située sur le delta du Mississippi, à 150 kilomètres de son embouchure sur le golfe du Mexique, entre le fleuve et le lac Pontchartrain, La Nouvelle-Orléans (New Orleans) est la plus grande agglomération de Louisiane avec 1,28 million d’habitants (2017), dont 393 000 dans la ville-centre . Surnommée Crescent City (« la ville-croissant »), en référence au méandre que dessine le fleuve lorsqu’il la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « MUSIQUES DE LA LOUISIANE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-de-la-louisiane/