CRÉOLE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tony Ballard

Tony Ballard
Crédits : Yale Joel/ Time Life Pictures/ Getty

photographie

Danses de salon

Danses de salon
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


En matière musicale, la colonisation des Amériques et des Caraïbes a provoqué un processus de créolisation : de nouveaux instruments et de nouvelles formes ont été introduits ou ont pris naissance dans une société où voisinent Amérindiens et groupements créoles comme les Black Karibs, ladinos, caboclos brésiliens, esclaves noirs et colons européens.

Les instruments étrangers importés

Les Amérindiens ont emprunté au Pérou et au Mexique une harpe rustique, sans pédale, le charango, sorte de mandoline à cinq cordes doubles dont la caisse sonore est constituée d'une carapace de tatou ; on retrouve cet instrument du Mexique à l'Argentine. Les Africains ont importé les arcs musicaux (carimba ou caramba au Guatemala et au Honduras), des instruments à percussion (cajón du Pérou) et, surtout, la marimba, sorte de xylophone très populaire dans les Caraïbes occidentales : il s'agit d'une adaptation locale du balafon par des populations déjà sensibilisées aux sonorités voisines du teponaztli des anciens peuples du Mexique, tambour de bois à deux langues correspondant à deux sons distincts.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification


Autres références

«  CRÉOLE MUSIQUE  » est également traité dans :

LÉLÉ GRANMOUN (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Un des maîtres du maloya réunionnais. Le maloya, à la fois chant et danse, est une sorte de blues gai au rythme ternaire ; il serait issu d'une musique de tambours accompagnant un rituel funéraire malgache appelé service (« sevis malgas » ou « sevis kabars »). Musique des esclaves puis des exclus, symbole de la culture créole, le maloya est interdit de 1946 à 1962 par les autorités françaises. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granmoun-lele/#i_44429

Voir aussi

Pour citer l’article

Oruno D. LARA, « CRÉOLE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-creole/