LÉLÉ GRANMOUN (1930-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des maîtres du maloya réunionnais. Le maloya, à la fois chant et danse, est une sorte de blues gai au rythme ternaire ; il serait issu d'une musique de tambours accompagnant un rituel funéraire malgache appelé service (« sevis malgas » ou « sevis kabars »). Musique des esclaves puis des exclus, symbole de la culture créole, le maloya est interdit de 1946 à 1962 par les autorités françaises. Granmoun (« grand-père ») Lélé (de son vrai nom Julien Philéas) a composé l'essentiel de son répertoire – plus de deux cents chansons évoquant le quotidien et le rêve – dans sa case de Bras-Fusil. Ouvrier ou journalier dans les plantations de canne à sucre, il fonde en 1977 sa propre troupe et enregistre, à l'instigation du Parti communiste réunionnais, quatre titres sur un 45-tours, le premier du genre avec celui de Firmin Viry. Il ne sera connu que tardivement hors de son île natale, lors de tournées et par ses albums Namouniman (1993), Soleye (1995), Dan Ker Lélé (1998) et Zelvoula (2003).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« LÉLÉ GRANMOUN - (1930-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/granmoun-lele/