CRÉOLE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tony Ballard

Tony Ballard
Crédits : Yale Joel/ Time Life Pictures/ Getty

photographie

Danses de salon

Danses de salon
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


La musique créole des Caraïbes

Dans le sillage de la colonisation fondée sur le système esclavagiste jusqu'au xixe siècle, la musique africaine a imposé ses rythmes, ses instruments et ses genres, surtout en Haïti, à Cuba, dans les îles et au Brésil. Dans les archipels caraïbes, les Amérindiens, ayant disparu, victimes de la conquête, influencèrent moins la musique populaire que les indigènes du continent, qui échappèrent en partie au massacre. Toutefois, un mélange de Nègres et d'Amérindiens, les Black Karibs de Saint-Vincent, déportés au Honduras en 1796, s'établit au Belize, au Guatemala, au Honduras et au Nicaragua. On distingue dans leur musique les genres dansés et ceux qui ne le sont pas. Parmi les premiers, citons les genres berusu (chants à la guitare), abaimahani (version féminine), arumahini (version masculine), eremuna egi (chants de travail avec accompagnement de tambours, shaka [crécelles] ou guitare) et hungu (hu) ngu. La musique des Karibs Garifunas différencie la punta, dansée en couples, de la wanaragua, danse pour hommes, et de la chumba, danse pour femmes, sur accompagnement de tambours.

Les influences amérindiennes, hispaniques et africaines se combinent dans les Caraïbes occidentales. On les retrouve dans les instruments de musique du Venezuela : fotuto – trompe en coquillage –, botuto – trompette en terre cuite –, cumaco – tambour –, les instruments à percussion d'origine nègre (furruca, curveta – tambour – et son). De nombreuses danses sont d'ascendance africaine et hispanique au Venezuela : corrido et galerón (romances), tomo (chansons polyphoniques), joropo (chanson à trois temps). De telles influences sont perceptibles en Colombie, dans les danses : porro (danse binaire), guabina (danse ternaire), pasillo (alternance de rythmes 3/4 et 6/8), tornellino (tourbillon), bamb [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification


Autres références

«  CRÉOLE MUSIQUE  » est également traité dans :

LÉLÉ GRANMOUN (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Un des maîtres du maloya réunionnais. Le maloya, à la fois chant et danse, est une sorte de blues gai au rythme ternaire ; il serait issu d'une musique de tambours accompagnant un rituel funéraire malgache appelé service (« sevis malgas » ou « sevis kabars »). Musique des esclaves puis des exclus, symbole de la culture créole, le maloya est interdit de 1946 à 1962 par les autorités françaises. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granmoun-lele/#i_44429

Voir aussi

Pour citer l’article

Oruno D. LARA, « CRÉOLE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-creole/