Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OUVRIER MOUVEMENT

Un lointain héritage

Pauvres contre riches

On ne peut séparer l'histoire du mouvement ouvrier des luttes ouvrières qui ont précédé sa formation. Il n'y a pas de solution de continuité. Certaines formes de lutte et certains types d'organisation se sont maintenus longtemps après qu'aient disparu les conditions qui les avaient fait naître. Des mentalités anciennes survivent qui peuvent contribuer à la formation de la conscience de classe.

À travers les âges, le monde du travail, quelle que soit sa forme d'organisation, s'est trouvé en opposition avec ceux qui profitaient du labeur ouvrier.

Il n'est pas besoin d'évoquer les temps lointains de la XVIIIe dynastie égyptienne qui, selon la chronique, virent « les nobles en deuil » et « les plébéiens exulter », ou la révolte de Spartacus dont le nom a souvent servi de symbole au prolétariat révolutionnaire. Le Moyen Âge à l'aube des temps modernes est suffisamment évocateur ; à cette époque, les ouvriers proprement dits se distinguent mal du « commun » et du « menu peuple ». Henri Pirenne tombe dans l'anachronisme lorsqu'il écrit qu'il n'est « pas exagéré de dire qu'aux bords de l'Arno comme aux bords de l'Escaut les révolutionnaires ont voulu imposer à leurs adversaires la dictature du prolétariat » (Histoire de la Belgique). Toutefois, le vocabulaire médiéval est très significatif de la nature de ces affrontements sociaux. D'un côté, les « petits », les « maigres », les « mécaniques », la « gent vile et de petit estat », les « ongles bleus », les « mains calleuses », le « popolo minuto », les « ciompi », les « populari », les « vilains », les « Jacques », les « croquants », le « fol peuple », etc. De l'autre côté, les « grands », les « gros », les « gras », les « mains blanches », les « bonshommes », les « hommes véritables », etc. Autant de mots qui, s'agissant du petit peuple, distinguent mal les urbains des ruraux, mais témoignent clairement de l'opposition entre les pauvres et les riches.

Premières luttes

Ces siècles sont jalonnés d'« effrois » et de « commotions », avec des années particulièrement dures : la décennie 1375-1385 marquée par la révolte de Gand (1379), celle des ciompi florentins (1378), celle de Wat Thyler en Angleterre (1381).

Au sein des métiers, des grèves sont signalées aux xive et xve siècles. Si l'idée que l'arrêt du travail est l'arme efficace entre les mains de ceux qui travaillent est fort ancienne, le mot grève apparaît tardivement. La définition qu'en donne le Littré en 1865 demeure toujours valable : « Coalition d'ouvriers qui refusent de travailler tant qu'on ne leur aura pas accordé certaines conditions qu'ils réclament ». Antérieurement, les mots varient suivant les régions et les époques. On parle de taquehan,de coquehan, de tric, de cabale, de cloque, d'herelle, de monopole, etc. À la fin du xiie siècle, on trouve dans les Coutumes du Beauvaisis de Beaumanoir une définition du takehan qui ne laisse aucun doute sur cette forme de lutte : « Alliance faite contre le commun profit quand aucunes manières de gens s'accordent qu'ils ne travailleront plus à si bas prix comme avant, mais croissent le prix, de leur autorité, et s'accordent qu'ils ne travailleront pas pour moins et mettent entre eux peines ou menaces contre les compagnons qui ne tiendront pas leur alliance ». En Angleterre, le mot strike avec le sens d'« arrêt du travail » n'apparaît guère qu'au début du xixe siècle. Mais l'expression to strike work (arrêter le travail) est utilisée au xviiie siècle.

Dans les temps modernes, à mesure que se développe l'industrie, les affrontements sociaux dans les villes prennent de plus[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur émérite de science politique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Karl Marx</it>

Karl Marx

Manifeste du Parti communiste

Manifeste du Parti communiste

Autres références

  • ABSTENTIONNISME

    • Écrit par Daniel GAXIE
    • 6 313 mots
    • 3 médias
    L'affaiblissement des mouvements ouvrier et catholique a joué un rôle important dans la progression de l'abstention des milieux populaires. Du fait de la désindustrialisation, des délocalisations, du chômage, du démantèlement des communautés ouvrières et de l'effondrement du communisme, les multiples...
  • ADLER MAX (1873-1937)

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 648 mots

    Longtemps occulté par la prépondérance de l'idéologie bolchevique, le rôle de Max Adler, l'un des principaux représentants de l'austro-marxisme, s'éclaire d'une importance accrue à mesure qu'on redécouvre les tendances anti-autoritaires apparues dans l'évolution de la doctrine marxiste....

  • AFL-CIO (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

    • Écrit par Claude JULIEN, Marie-France TOINET
    • 6 913 mots
    • 2 médias
    ...Avant même la Déclaration d'indépendance (1776), les artisans se regroupent en sociétés d'entraide pour parer à la maladie ou au décès des adhérents. Très rapidement, à la fin du xviiie siècle, des organisations de défense se constituent, par métier (charpentiers, imprimeurs ou cordonniers) dans les...
  • AMIENS CHARTE D' (1906)

    • Écrit par Paul CLAUDEL
    • 865 mots

    Motion votée au IXe congrès confédéral de la C.G.T., tenu du 8 au 16 octobre 1906, la Charte d'Amiens est considérée comme le texte fondamental du syndicalisme révolutionnaire.

    La C.G.T. avait été créée au congrès de Limoges en 1895 par la Fédération des Bourses du travail...

  • Afficher les 87 références

Voir aussi