MOON MOUVEMENT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réflexions sociologiques

La manière dont on a exposé ici les croyances du mouvement met en relief leur aspect judéo-chrétien. En tant que commentaire, explication et explicitation de l'Ancien et du Nouveau Testament, la doctrine mooniste peut bénéficier d'une certaine plausibilité dans les pays occidentaux. Le caractère strict du genre de vie du mouvement ; l'air de ressemblance qu'il entretient avec les ordres religieux actifs ; le rapport évident de la distribution du pouvoir en son sein avec le modèle hiérarchique du catholicisme ; la clarté de son éthique, très traditionnelle ; la simplicité des buts qu'il propose à l'action ; tout cela permet d'esquisser une explication de son succès, très relatif cependant, en Occident. Le parallélisme entre sa phase de diffusion aux États-Unis et en Europe et le retrait de la protestation socio-politique des années soixante sur des bases religieuses et communautaires mérite d'être souligné. Toute explication du phénomène renvoie donc aux problèmes de la jeunesse contemporaine, en particulier de celle qui est issue des couches moyennes et de la petite bourgeoisie. L'enchevêtrement des motifs politiques et religieux, caractéristique de nombreux groupes de cette nature, se retrouve dans le moonisme, en tant que messianisme. De tels mouvements reposent, en effet, sur une promesse de bonheur terrestre et collectif. Ils revêtent toujours une signification politique, même lorsqu'ils insistent principalement sur les aspects du royaume attendu.

L'accent mis par le moonisme sur la famille et sur les vertus individuelles (ascétisme et devoir de perfectionnement) rejoint les aspirations de plus d'un mouvement actuel dans les domaines religieux et politique. On peut en dire autant de son éthique sexuelle, qui est sévère. Sa pratique communautaire et les ruptures qu'il provoque dans les liens familiaux « naturels » ne contredisent pas mais renforcent, au contraire, ces tendances. Son respect de l'ordre établi dans les pays démocratiques, son insistance sur la subordination des rôles sociaux et sur celle de la femme par rapport à l'homme, le paternalisme qui préside à sa conception des rapports entre patrons et employés mettent en évidence son caractère socialement conservateur. En ce sens, et après les années de la « contre-culture », il faut le classer au nombre des mouvements ou des tendances inspirateurs, en Occident, d'un « retour aux normes ».

Les récentes dénonciations du moonisme en Europe (en France en particulier) sont intéressantes comme « révélateurs sociaux ». Les instances idéologiques (religieuses et aussi politiques) défendent, semble-t-il, surtout leur monopole spécifique – de façon parfois curieusement œcuménique – lorsqu'elles s'en prennent à ce mouvement et font autour de lui un bruit sans rapport avec son importance actuelle, qui est très réduite. Les arguments utilisés à son sujet rappellent ceux des anticléricaux d'il y a cinquante ans contre les ordres religieux, ou, de la part des catholiques ou des protestants, ceux qui étaient mis en avant il y a vingt ans contre Témoins de Jéhovah ou pentecôtistes.

En tant que messianisme encore, le moonisme donne un sens à l'histoire récente de la Corée : sujétion aux Japonais, alliés du nazisme, jusqu'en 1945 ; division depuis la guerre de 1950-1951 ; position dans la stratégie des « deux blocs », etc. Tout cela prend valeur et signification dans la perspective de Moon, qui prédit aussi à son pays un rôle de premier plan, en compensation, dans la « restauration » finale. En tant que produit de la situation particulière de l'Extrême-Orient après 1945, le moonisme doit être étudié comme un des multiples phénomènes du même genre apparus en Corée et au Japon (S. J. Palmer). En Extrême-Orient, les disciples de Moon mettent l'accent, dans leurs enseignements et leurs pratiques, sur les aspects shamanistes, bouddhistes et confucéens des Principes divins, aspects qui n'ont pas été soulignés ici. Le mouvement, on le constate, est divers, ondoyant et malléable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MOON MOUVEMENT DE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 707 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les réactions à l'encontre des nouveaux venus »  : […] Les régimes autoritaires et conservateurs latino-américains ont bien accueilli ces mouvements, indifférents aux réalités sociales et pour certains anticommunistes militants. Le pentecôtisme a ainsi fortement progressé au Chili après le coup d'État du général Pinochet. Les militaires uruguayens accordèrent quant à eux des facilités à Sun Myung Moon qui cherchait un point d'ancrage en Amérique lati […] Lire la suite

SECTES

  • Écrit par 
  • Louis HOURMANT, 
  • Jean SÉGUY
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’exotisme sectaire entre contre-culture et réaction »  : […] Au début des années 1970 commence une deuxième période, caractérisée par la floraison de ce qu'on appelle alors les « nouvelles sectes », qui apparaissent dans le sillage de la contre-culture américaine, même si c'est de manière parfois réactive contre quelques-uns des idéaux et des valeurs visés par celle-ci. Ce phénomène concerne d'abord le continent nord-américain ; il ne touchera l'Europe qu' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-27 juin 2008 Zimbabwe. Réélection du président Robert Mugabe

Le 4, l'opposant Morgan Tsvangirai, chef du Mouvement pour un changement démocratique (M.C.D.), qui est arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle en mai, est brièvement arrêté pour avoir participé à une réunion électorale non autorisée. Le 12, le secrétaire général et numéro deux du M.C.D., Tendai Biti, est arrêté à son retour d'exil et inculpé de trahison. […] Lire la suite

9-27 juin 2007 Israël – Autorité palestinienne. Mainmise du Hamas sur la bande de Gaza

Le Premier ministre israélien annonce la libération prochaine de deux cent cinquante prisonniers palestiniens, le transfert des 600 millions de dollars de droits de douanes et de taxes destinés à l'Autorité et retenus par Israël, et l'amélioration « significative » de « la liberté de mouvement des Palestiniens en Cisjordanie » où l'armée israélienne contrôle quelque cinq cents barrages. […] Lire la suite

23-30 janvier 2007 Liban. Conférence internationale et poursuite des violences

Ban Ki-moon, de la secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice et des représentants d'une trentaine d'États et d'organisations internationales. Plus de 7,6 milliards de dollars de dons et de prêts sont offerts lors de cette réunion, en contrepartie de la présentation par le gouvernement libanais d'un programme de réformes, la dette publique du pays s'élevant à 41 milliards de dollars. […] Lire la suite

2-28 janvier 2007 Irak – États-Unis. Renforcement des effectifs américains

Le 25, le mouvement de Moqtada Al-Sadr déclare se rallier au plan américain de sécurisation de Bagdad et se dit « prêt à déposer les armes ». Le 27, à Washington, une centaine de milliers de manifestants réclament l'arrêt de la guerre en Irak et demandent au Congrès de refuser les crédits visant à financer les renforts en effectifs. Le 28, au nord de la ville de Nadjaf, des affrontements entre des miliciens chiites et les forces de la coalition font plus de deux cents morts dans les rangs des premiers. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean SÉGUY, « MOON MOUVEMENT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-de-moon/