MORMONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de mormons désigne, de façon courante, les adeptes de la secte religieuse qui s'intitule Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (Church of Jesus Christ of Latter-day Saints). Elle a tenu une grande place, depuis le milieu du xixe siècle, tant sur le plan simplement religieux qu'historique, car elle est intimement liée à la colonisation de l'Ouest américain.

La naissance des mormons en tant que secte se rattache à la renaissance religieuse, revivalism, qui caractérise les zones proches de la frontière dans les premières décennies du xixe siècle. Partout apparaissent des manifestations d'une religiosité qui s'incarne dans diverses sectes nouvelles, dont celle des mormons. En 1820, un jeune garçon de quatorze ans, Joseph Smith, déclara avoir eu une vision du Seigneur, par l'intermédiaire d'un messager, Moroni, qui lui indiqua l'emplacement de tablettes d'or cachées entre Palmyra et Manchester, dans l'État de New York. Elles contenaient la transcription d'un livre sacré, vieux de deux millénaires environ, œuvre d'une tribu issue du peuple hébreu. On l'appela le Livre de Mormon, en souvenir d'un prophète supposé être le transcripteur de ces plaques. On le découvrit en 1827, et, trois ans après, une première édition en était publiée à Palmyra.

Les mormons reconnaissent deux sources d'inspiration, de même valeur, la Bible et le « Livre de Mormon ». Ils croient en la continuité de la révélation, mais pensent qu'il appartenait à Joseph Smith, grâce à celle qu'il avait eue, de ressusciter l'Église. Si chacun peut avoir des visions d'origine divine, la direction de la secte appartient à un individu qui détient les « clés du Royaume ». Il n'existe cependant aucun clergé professionnel, car tout mâle de plus de douze ans peut célébrer le culte. Les principes essentiels du christianisme sont admis, entre autres la Trinité, consistant en trois personnes différentes unies dans la même substance divine. La différence la plus notable est que tous les humains semblables à Dieu peuvent s'assimiler à Lui, selon le dogme : « L'homme est ce que Dieu était. Ce que Dieu est, l'homme peut le devenir. » Ce qu'Il a fait pour son fils Jésus-Christ, Il le fait pour tous. C'est dans cette espérance de résurrection générale que réside la dynamique des mormons, et que s'explique leur succès.

Congrès annuel mormon

Photographie : Congrès annuel mormon

Près de 20 000 fidèles ont assisté à l'ouverture de la 179e conférence générale de l'Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, le 4 avril 2009, dans le nouveau centre de conférence de l'Église édifié à Salt Lake City. 

Crédits : G. Frey/ Getty

Afficher

Sectaires, polygames et colons

Dès 1830, sous la direction de Joseph Smith, la secte s'organisa et prit peu à peu ses contours définitifs : à la tête de l'Église, une présidence, effective en 1833, assistée d'un Conseil supérieur (1834) et d'un « Quorum des Douze Apôtres » (1835). Plus tard, elle fut divisée en stakes, ou diocèses, et en wards, ou paroisses, et son siège établi à Salt Lake City. Les mormons témoignent de leur activité religieuse par des missions, dépêchées dans le monde pour la conversion des non-croyants, et par de nombreuses organisations, les Associations mutuelles pour l'amélioration des jeunes gens et des jeunes filles. Ils attachent beaucoup d'importance à l'éducation, à la fois religieuse et laïque. Les premières années de la communauté furent très difficiles jusqu'à la migration en Utah, loin des « gentils ». On leur manifestait de l'hostilité, sans doute du fait de leur sectarisme, peut-être aussi parce qu'ils pratiquaient la polygamie, que rien n'interdisait. À la suite d'opérations financières et foncières qui se terminèrent mal, en raison de la crise de 1837, certains fidèles apostasièrent, d'autres préférèrent se réfugier dans des régions plus hospitalières ; ils quittèrent l'État de New York pour l'Ohio, puis pour le Missouri. D'abord bien reçus, ils se heurtèrent à la population qui voyait en eux des abolitionnistes forcenés. Quelques-uns furent massacrés, puis, en 1838, tous furent chassés. En plein hiver, ils décidèrent de s'installer dans le sud-ouest de l'Illinois, à Nauvoo, où fut construite sur un site marécageux une cité de vingt mille habitants, qui servit de refuge. Joseph Smith, accusé de favoriser la polygamie, d'avoir des ambitions politiques, son frère, Hyrum, et un certain nombre de leurs partisans furent arrêtés, en 1844. La prison fut prise d'assaut par une foule déchaînée qui massacra tous les chefs de la secte, à l'exception d'un seul (27 juin 1844).

Le Conseil des Douze Apôtres élut comme successeur de Joseph Smith le plus âgé de ses membres, Brigham Young, qui négocia avec les autorités de l'État l'évacuation de Nauvoo. Les mormons avaient choisi de s'installer dans le désert voisin du Grand Lac Salé, en Utah, loin des « gentils ».

Brigham Young

Photographie : Brigham Young

Brigham Young (1801-1877), au centre, fut élu à la tête des mormons après la mort du fondateur de la secte, Joseph Smith (1805-1844). 

Crédits : Smith Collection/ Gado/ Getty Images

Afficher

Pour arriver dans la Terre promise, à Zion, il fallait traverser plus de deux mille kilomètres à travers des territoires peu connus et peu hospitaliers. Il y eut deux expéditions, l'une par terre, l'autre par mer, et le départ fut fixé au 4 février 1846. La première dut s'arrêter pendant l'hiver 1846-1847 dans l'actuel Nebraska en attendant la belle saison, car on n'avait pas prévu que cette expédition serait si rude et si longue. En Iowa, les maladies contagieuses causèrent des centaines de morts : Brigham Young tira la leçon de cette expérience et prépara soigneusement la seconde partie du trajet. L'avant-garde arriva sur les bords du Grand Lac Salé en juillet 1847. À la fin de l'année, environ mille six cents émigrants étaient établis dans la « vallée », c'est-à-dire sur les bords du Grand Lac. Ils avaient suivi, entre le Nebraska et le South Pass, le tracé de l'Oregon Trail, ancienne route des fourrures et voie classique de pénétration vers le nord-ouest. À partir de South Pass, leur trajet se dirigeait franchement vers le sud-ouest, selon un tracé nouveau qui fut désormais appelé le Mormon Trail. Ce fut la voie classique de pénétration pour les immigrants, estimés à quatre-vingt mille en 1869, au moment où le chemin de fer transcontinental franchit pour la première fois les Rocheuses à travers l'Utah.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Congrès annuel mormon

Congrès annuel mormon
Crédits : G. Frey/ Getty

photographie

Brigham Young

Brigham Young
Crédits : Smith Collection/ Gado/ Getty Images

photographie

Temple mormon à Salt Lake City

Temple mormon à Salt Lake City
Crédits : Paul Grebliunas/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  MORMONS  » est également traité dans :

AARON

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 385 mots
  •  • 1 média

On ne sait guère d'où vient le nom d'Aaron, peut-être d'Égypte comme celui de Moïse, dont, selon la Bible, Aaron aurait été le frère. Les traditions le concernant doivent être soumises à la critique et bien discernées l'une par rapport à l'autre. La figure postexilique d'Aaron est plus complexe et plus élaborée que celle d'avant l'Exil. Dans les divers récits du Pentateuque, le nom d'Aaron est sou […] Lire la suite

ARCHIVES

  • Écrit par 
  • Françoise HILDESHEIMER
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre histoire et administration : la pratique archivistique contemporaine »  : […] Du xix e  siècle à nos jours, tandis que l'archivistique, science auxiliaire de l'histoire née au xvii e  siècle avec l'érudition, devenait partie prenante des « sciences de l'information », les réalisations institutionnelles ont été nombreuses : création de services d'archives sur tous les continents, construction de bâtiments techniquement adaptés à la conservation, promulgation de lois spécifiq […] Lire la suite

FAR WEST

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 2 781 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Définition géographique et historique »  : […] Les limites topographiques sont fort imprécises, dans la mesure où le Far West couvre l'espace situé entre le Middle West, à l'est, et la côte du Pacifique, à l'ouest. Il correspond donc à peu près aux États ou parties d'États situés dans les montagnes Rocheuses, ainsi qu'à leurs prolongements au contact des plaines, dans les deux Dakotas, et la partie occidentale du Nebraska entre la frontièr […] Lire la suite

MESSIANISME

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 7 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence et non-violence »  : […] Il est assez rare de ne pas déceler, même dans les micromillénarismes, une intention d'absorber finalement, par la logique même de la non-coopération, la société dans les marges de laquelle le mouvement s'inscrit. Réciproquement, on trouve assez souvent dans un macromillénarisme la constitution d'un corps minoritaire sélectionné, soumis à une discipline propre et destiné à actionner ou contrôler l […] Lire la suite

SALT LAKE CITY

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Ville américaine de 200 000 habitants en 2017 (1,2 million dans l’agglomération) située à l’ouest des États-Unis et capitale de l’État d’Utah, Salt Lake City occupe un site de contact, à 1 300 mètres d’altitude, entre les monts Wasatch, bordure occidentale des Rocheuses, à l’est, et le désert du Grand Lac Salé, frange orientale des hauts plateaux du désert du Grand Bassin des États-Unis, à l’oues […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, « MORMONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mormons/