ATHOS MONT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cœur de l'orthodoxie

Dans un Orient chrétien qui n'a cessé de se diversifier par essaimage d'Églises sœurs, l'Athos a exprimé, au niveau spirituel, l'unité et l'universalité de l'orthodoxie, qu'il a sauvée deux fois, autour de 1300, puis vers 1800.

Monastère Saint-Pantéléimon, mont Athos, Grèce

Photographie : Monastère Saint-Pantéléimon, mont Athos, Grèce

Photographie

Le monastère Saint-Pantéléimon, au mont Athos, la montagne sainte de l'Église orthodoxe. 

Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

Afficher

À la fin du xiiie siècle, après une phase de décadence, saint Grégoire le Sinaïte ranime à l'Athos la tradition hésychaste de la « prière de Jésus », invocation intériorisée à l'aide des rythmes du souffle et du cœur, selon la formule alors fixée : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur. » Ce renouveau permet aux athonites du xive siècle, dont le porte-parole est saint Grégoire Palamas, de maintenir, contre des interprétations rationalistes, le réalisme de la déification, et de fonder ainsi une théologie expérimentale des énergies incréées. L'Athos mène donc à son terme le cycle pneumatologique de la pensée byzantine et permet une véritable réforme intérieure de l'Église.

Sous la domination turque, l'Athos sauvegarde son autonomie moyennant tribut. La discipline se relâche dans les monastères avec la généralisation du système « idiorythmique », qui supprime toute vie commune en dehors des offices. Toutefois, dans la seconde moitié du xviiie siècle, le mouvement des collyvades apparaît (de collyves, gâteaux funéraires ; les collyvades, ainsi surnommés par leurs adversaires, interdisaient tout rite funéraire après la liturgie eucharistique du dimanche). Ce mouvement marque la renaissance de l'hésychasme, et les résistances qu'il rencontre à l'Athos même vont entraîner sa diffusion dans l'ensemble du monde orthodoxe. Saint Nicodème l'Hagiorite (de hagios oros, « sainte montagne ») rédige la Philocalie (mot à mot : « amour de la beauté »), vaste anthologie mystique que le starets Paï [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Grèce : carte physique

Grèce : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moines du mont Athos (Grèce), vers 1930

Moines du mont Athos (Grèce), vers 1930
Crédits : Hulton Getty

photographie

Monastère Saint-Pantéléimon, mont Athos, Grèce

Monastère Saint-Pantéléimon, mont Athos, Grèce
Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification

Autres références

«  ATHOS MONT  » est également traité dans :

ATHANASE L'ATHONITE (entre 925 et 930-1002)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 369 mots

Abraamios, le futur Athanase, naît à Trébizonde, où, orphelin, il grandit, épris de vie intérieure, dans la meilleure société. Après 945, il fait à Constantinople une brillante carrière universitaire, mais rompt avec le siècle après avoir rencontré un grand spirituel, Michel Maléïnos, higoumène du mont Kymina, où Abraamios devient moine sous le nom d'Athanase (vers 952). Hésychaste accompli, il cr […] Lire la suite

GRÉGOIRE LE SINAÏTE (1255-1346)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 292 mots

La vie de Grégoire, originaire d'Asie Mineure, n'est longtemps qu'une quête « initiatique » qui le mène notamment au Sinaï (d'où son surnom), où il recueille l'héritage de saint Jean Climaque. À l'Athos, où dominent alors de grandes communautés idiorythmiques, il engage une véritable croisade hésychaste et compte parmi ses disciples les futurs patriarches de Constantinople, Isidore et Calliste (ce […] Lire la suite

GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Le défenseur de l'hésychasme »  : […] Au tournant des xiii e et xiv e  siècles, l'Église d'Orient connaît un renouveau spirituel auquel la culture byzantine, vigoureuse malgré l'effondrement politique de l'Empire, permet une prise de conscience intellectuelle. La tradition mystique des « silencieux » (hésychastes, de ἡσυχιά, état de quiétude), animée par l'invocation méthodique du nom de Jésus, s'actualise au Mont-Athos, gagne de […] Lire la suite

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'encadrement juridique : le monachisme byzantin »  : […] Au v e  siècle, le monachisme est presque partout fortement urbanisé. Il constitue une sorte de classe immense et mal définie. Ni clerc ni vraiment laïc, le moine n'entre dans aucune catégorie. La disparate est complète : conventuels, qui casaniers, qui en proie à un prurit chronique de « pèlerinage », succédané du désert perdu ; ermites répandus dans la nature ; reclus emmurés dans une ruine ou d […] Lire la suite

NICODÈME L'HAGIORITE saint (1748-1809)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 432 mots

Principal rénovateur de la tradition hésychaste dans le monde grec à la fin du xviii e  siècle, Nicodème, né à Naxos, fit ses études à Smyrne, bénéficiant de la renaissance intellectuelle grecque de l'époque. En particulier, il apprit le latin, l'italien et le français. Sa force devait consister à faire servir ses connaissances à l'élucidation de la grande tradition patristique et byzantine, qui é […] Lire la suite

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les initiatives œcuméniques »  : […] La question du droit d'initiative, si elle est difficile à régler à l'intérieur de l'orthodoxie, apparaît moins aiguë si l'on considère les relations de l'orthodoxie ad extra . Au moment de la conférence de Rhodes, en 1960, la décision avait été prise, avec l'approbation des Russes, d'envoyer des observateurs orthodoxes au II e  concile du Vatican, dont les assises étaient proches. Restait à proc […] Lire la suite

PIERRE L'ATHONITE saint (IXe s.)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 228 mots

Initiateur de l'expérience érémitique au sein du monachisme athonite, Pierre appartient à la « préhistoire », assez mal connue, de celui-ci, dont l'histoire proprement dite commence avec la fondation de la Grande Laure par saint Athanase en 963. Dès le ix e  siècle, des ermites font leur apparition sur la « sainte montagne », vivant d'abord dans des cavernes, puis dans des huttes ; au siècle suiva […] Lire la suite

SLAVES DU SUD (ART DES)

  • Écrit par 
  • Athanas BOJKOV, 
  • Vajislav DJURIC
  •  • 7 399 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un art national »  : […] La conquête de la Bulgarie par les Turcs en 1396 change radicalement les conditions de la production artistique : de nombreux artistes s'enfuient en Roumanie, en Serbie et en Russie, et la plupart des œuvres anciennes sont détruites. Mais les traditions ne sont pas oubliées partout – les cycles de fresques de l'église des Saints-Pierre-et-Paul à Tirnovo ( xv e  s.), du cloître Orlitza, du monastèr […] Lire la suite

VOULGARIS EUGÈNE (1716-1800)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 300 mots

Représentant majeur de la philosophie des Lumières dans la pensée grecque du xviii e  siècle, Eugène Voulgaris, né a Corfou, alors possession vénitienne, étudia en Italie et en Allemagne, acquit une excellente connaissance du français, puis devint moine à Patmos. Il illustre de manière typique le monachisme « éclairé », l'ouverture à l'esprit critique et le libre exercice de la rationalité que fav […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « ATHOS MONT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mont-athos/