MIYAZAKI HAYAO (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao.

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao.
Crédits : Studio Ghibli/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao
Crédits : Studio Ghibli/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie


L'univers de l'animation japonaise (dite « animée » en japonais, ce qui la distingue du « manga », bande dessinée inanimée), naguère réservé aux fanatiques du genre, a fini par obtenir la reconnaissance des médias et du public, favorisant l'accès aux meilleurs représentants du genre, en particulier Miyazaki Hayao, Takahata Isao, et Oshii Mamoru (auteur de Ghost in the Shell et Avalon). Victime d'une mauvaise image véhiculée par les séries bas de gamme, l'animé a ainsi gagné ses lettres de noblesse. Devenu en quelque sorte « l'empereur » de l'animation japonaise, Miyazaki Hayao est comparable dans son propre domaine à Kurosawa Akira, qui admirait son œuvre.

Se considérant comme un « artisan » et non un auteur, il est maintenant à la tête d'un petit empire de l'animation, dont les deux pièces maîtresses sont le studio Ghibli (créé en 1985) et le musée Ghibli, ouvert en octobre 2001, et qu'il a conçu à l'image de ses propres films.

La formation d'un univers

Né en 1941, Miyazaki Hayao est rapidement emmené par ses parents à la campagne, afin d'échapper aux bombardements américains sur Tōkyō – un épisode qui marquera certains aspects de son œuvre, notamment Mon Voisin Totoro. Sa rencontre décisive avec le cinéma d'animation remonte à 1958, lorsqu'il découvre le premier long-métrage d'animation japonais, Le Serpent blanc, réalisé par Yabushita Taiji pour la Compagnie Toei. Bien que diplômé en sciences économiques, le jeune Miyazaki, passionné de manga, se tourne vers l'industrie naissante de l'animé. Il entre aux studios Toei en 1963, où il pratique toutes les techniques de « l'image par image ». Il y fait également la connaissance de Takahata Isao, qui deviendra son meilleur ami et collaborateur, et réalisera des films dont l'esprit est parfois proche de ceux de Miyazaki (Le Tombeau des lucioles, Pompoko, ou Mes Voisins les Yamada). Après avoir collaboré à plusieurs films formatés de la Toei, Miyazaki finit par réaliser en 1968 un long-métrage vraiment p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MIYAZAKI HAYAO (1941- )  » est également traité dans :

LE VENT SE LÈVE (Miyazaki Hayao)

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN
  •  • 1 049 mots
  •  • 1 média

« Le vent se lève ! il faut tenter de vivre ! » Ce vers du Cimetière marin de Paul Valéry est cité à plusieurs reprises (en français) dans ce qui sera – le cinéaste l’a annoncé – le dernier long-métrage de Miyazaki Hayao. Le maître de l’animation japonaise contemporaine signe donc ici un film un peu particul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-vent-se-leve/#i_30524

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les principaux mangas de 1980 à 2001 »  : […] Les années 1980 et 1990 sont marquées par une profusion de mangas pour adolescents, qui pour la plupart relèvent soit de l'anticipation, soit du fantastique, soit de l'histoire sentimentale, certains pouvant appartenir en partie à deux de ces catégories, voire aux trois. Dans le domaine de la science-fiction, les grands succès sont Akira (1982), j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_30524

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Spécial Japon »  : […] Pendant une bonne décennie (les années 1970), l'animation japonaise s'est vue réduite à un genre qui se résume à sa propre caricature : la « série-télé », avec Goldorak pour les garçons, Candy pour les filles. D'un côté, le cyborg hérissé d'armes redoutables, icône d'un Japon fier de sa combativité ; de l'autre, la mièvre héroïne de Shojo Manga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-animation/#i_30524

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d’une époque »  : […] La deuxième décennie du xxi e  siècle est marquée par la mort, respectivement en 2013 et 2012, d’Oshima Nagisa, chef de file de la nouvelle génération, et de Wakamatsu Koji, trouble-fête du cinéma de genre et provocateur politique. Shinoda Masahiro et Yoshida Koji (anciennement Yoshishige), maintenant octogénaires, ne tournent plus. Le cinéma clas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-le-cinema/#i_30524

TAKAHATA ISAO (1935-2018)

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN
  •  • 807 mots

Né le 29 octobre 1935 à Ise, diplômé de littérature française à l’université de Tōkyō en 1959, Takahata Isao entre la même année à la Toei Doga, le plus grand studio de dessin animé du Japon où il débute comme assistant réalisateur. Contrairement à son futur confrère Miyazaki Hayao, avec qui il fondera le studio Ghibli, il ne dessine pas. C’est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/takahata/#i_30524

Voir aussi

Pour citer l’article

Max TESSIER, « MIYAZAKI HAYAO (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miyazaki/