MIYAZAKI HAYAO (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mythe au présent

À partir de Nausicaa, Miyazaki entame une série de films de plus en plus personnels, qui sont autant d'expressions d'un univers à la fois hanté par les anciens mythes japonais et par des préoccupations écologiques, nées de l'effroi du cinéaste devant la destruction de la nature par le Japon industriel. Nausicaa ayant connu un énorme succès au Japon, Miyazaki et Takahata fondent en 1985 le studio Ghibli, situé à Mitaka, dans une banlieue de Tōkyō. Avec cette structure artisanale d'envergure, Miyazaki va se consacrer à une série de films de qualité, dont il sera le plus souvent auteur, scénariste et réalisateur : Laputa, le château dans le ciel (1986), Mon Voisin Totoro (1988), Le Service de livraison de la sorcière (1989), Porco Rosso (1992), dont le héros est un cochon aviateur, et enfin Princesse Mononoké, où il revisite les mythes fondateurs du Japon, et Le Voyage de Chihiro, sorte de version personnelle d'Alice au pays des merveilles, qui confronte une petite fille à l'univers des dieux nippons. Ce film sera le plus grand succès historique au Japon, avec plus de 24 millions d'entrées. Il reprend le thème favori de Miyazaki, celui d'une petite fille ou d'une princesse aux prises avec le monde extérieur, réel ou imaginaire. Cette trame, proche du conte d'initiation, se retrouve dans Le Château ambulant : ici, l'héroïne doit découvrir un secret afin de se libérer d'une malédiction.

Le succès local et international qu'il connaît n'affecte pas Miyazaki Hayao, qui continue de réaliser des films personnels et populaires en restant fidèle aux techniques d'animation traditionnelle à la main, et en réduisant au minimum le recours au graphisme sur ordinateur. Japonais authentique et « fils du cinéma », il est à la fois respecté par ses confrères, adoré par le public, et idolâtré à l'étranger, grâce à la création d'un univers graphiquement original, qui nous renvoie aux obsessions d'un monde en crise, un thème plus que jamais présent dans son dernier film, Le vent se lève (2013).

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao.

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao.

Photographie

À la fois ange et démon, l'avion hante le jeune héros du film de Miyazaki, Le vent se lève

Crédits : Studio Ghibli/ The Kobal Collection/ Picture Desk

Afficher

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao

Photographie

Présenté comme le dernier film de Miyazaki, Le vent se lève brosse un sombre tableau de notre temps. Les destinées humaines y sont balayées par les tourmentes de l'histoire, les rêves les plus élevés dénaturés par la mégalomanie des puissants. 

Crédits : Studio Ghibli/ The Kobal Collection/ Picture Desk

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao.

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao.
Crédits : Studio Ghibli/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao

Le vent se lève, de Miyazaki Hayao
Crédits : Studio Ghibli/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MIYAZAKI HAYAO (1941- )  » est également traité dans :

LE VENT SE LÈVE (Miyazaki Hayao)

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN
  •  • 1 049 mots
  •  • 1 média

« Le vent se lève ! il faut tenter de vivre ! » Ce vers du Cimetière marin de Paul Valéry est cité à plusieurs reprises (en français) dans ce qui sera – le cinéaste l’a annoncé – le dernier long-métrage de Miyazaki Hayao. Le maître de l’animation japonaise contemporaine signe donc ici un film un peu particulier, celui […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les principaux mangas de 1980 à 2001 »  : […] Les années 1980 et 1990 sont marquées par une profusion de mangas pour adolescents, qui pour la plupart relèvent soit de l'anticipation, soit du fantastique, soit de l'histoire sentimentale, certains pouvant appartenir en partie à deux de ces catégories, voire aux trois. Dans le domaine de la science-fiction, les grands succès sont Akira (1982), jeune seigneur de la guerre dans une mégalopole dév […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Spécial Japon »  : […] Pendant une bonne décennie (les années 1970), l'animation japonaise s'est vue réduite à un genre qui se résume à sa propre caricature : la « série-télé », avec Goldorak pour les garçons, Candy pour les filles. D'un côté, le cyborg hérissé d'armes redoutables, icône d'un Japon fier de sa combativité ; de l'autre, la mièvre héroïne de Shojo Manga (B.D. pour jeunes filles) avec de grands yeux en […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d’une époque »  : […] La deuxième décennie du xxi e  siècle est marquée par la mort, respectivement en 2013 et 2012, d’Oshima Nagisa, chef de file de la nouvelle génération, et de Wakamatsu Koji, trouble-fête du cinéma de genre et provocateur politique. Shinoda Masahiro et Yoshida Koji (anciennement Yoshishige), maintenant octogénaires, ne tournent plus. Le cinéma classique a disparu en 2008 avec son dernier représent […] Lire la suite

TAKAHATA ISAO (1935-2018)

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN
  •  • 807 mots

Né le 29 octobre 1935 à Ise, diplômé de littérature française à l’université de Tōkyō en 1959, Takahata Isao entre la même année à la Toei Doga, le plus grand studio de dessin animé du Japon où il débute comme assistant réalisateur. Contrairement à son futur confrère Miyazaki Hayao, avec qui il fondera le studio Ghibli, il ne dessine pas. C’est un film français de Paul Grimault, La Bergère et le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Max TESSIER, « MIYAZAKI HAYAO (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miyazaki/