MIXTÈQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle organisation politique

La disparition de Monte Alban, entité dominante de la vallée de Oaxaca voisine, entraîne des changements dès 750 après J.-C. À partir de cette date, on constate la formation de petites unités politiques – appelées señoríos – qui marquent le début de l'étape des cités-États. Ce terme désigne un groupe de communautés organisées autour d'un centre recteur dans un territoire délimité, dont le pouvoir centralisé accentue la hiérarchie politique et sociale. Cette époque de l'histoire préhispanique régionale est la mieux connue, grâce à l'existence des manuscrits pictographiques. En effet, ces codex décrivent l'histoire de plusieurs royaumes, dont quelques-uns ont été identifiés avec les sites archéologiques. Après l'abandon de Monte Alban, la croissance de la population mixtèque ne se circonscrit plus à son propre territoire : elle investit la zone côtière, occupée jusqu'alors par le groupe Chatino, mais aussi la vallée de Oaxaca, auparavant fief exclusif des Zapotèques. Sur le plan architectural, Mitla, dans la vallée de Oaxaca, est le site le plus représentatif de cette expansion. Disposés autour de vastes cours, des ensembles de palais, aux façades couvertes de mosaïques de petites dalles de pierre qui dessinent des grecques, surmontent de grandes tombes cruciformes, dont certaines ont conservé des traces de polychromie.

L'emplacement de ces cités rappelle celui de l'étape Villageoise, proche des sources d'eau, sur les terres fertiles des vallées, indice d'une expansion assez pacifique, ou d'une puissance incontestée. La capitale de chaque entité regroupe le centre religieux, politique et économique où résident ses dirigeants, qui constituaient la classe noble. Autour de cette capitale sont réparties les communautés d'importance mineure, administrées aussi par des nobles d'un rang moins important. À la tête de la noblesse se trouve le seigneur, considéré comme un être à part, pour lequel on utilisait un vocabulaire particulier, notamment pour désigner les parties de son corps. Il héritait du pouv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  MIXTÈQUES  » est également traité dans :

MONTE ALBÁN

  • Écrit par 
  • Jacques SOUSTELLE
  •  • 329 mots
  •  • 2 médias

À deux kilomètres au sud-est de la ville actuelle d'Oaxaca, les vestiges de Monte Albán couvrent une superficie de 40 km 2 . Ce site a été occupé pendant deux mille cinq cents ans environ, depuis le ~ viii e siècle jusqu'à la conquête espagnole. La phase la plus ancienne (~ 700-~ 300) révèle la présence ou tout au moins une forte influence des Olmèques, dont le style marque les bas-reliefs connu […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 156 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le Préclassique récent, et la mise en place des grandes civilisations »  : […] Au cours du vi e  siècle avant J.-C., les cités olmèques déclinent ou sont abandonnées, ce qui n'implique d'ailleurs pas un dépeuplement régional. La civilisation olmèque cède la place à d'autres, qui vont faire fructifier ses innovations. Dans les plaines du Tabasco, continuent à prospérer des communautés, qui s'enrichissent de nouveaux apports. Le site de Tres Zapotes est occupé jusqu'au début […] Lire la suite

ZAPOTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 3 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'émergence des chefferies »  : […] Bien qu'avec une population très réduite, Monte Albán continue à fonctionner au-delà de 800 après J.-C. et, de la même manière que les autres communautés de la région zapotèque, entre dans une période d'effacement. On enregistre très peu de constructions monumentales, les anciens dieux sont remplacés par de nouveaux, certains venus de régions lointaines, la côte du golfe ou le centre du Mexique. L […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rosario ACOSTA, « MIXTÈQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mixteques/