MIXTÈQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les styles artistiques des terres chaudes

Archéologiquement, une culture peut être identifiée à travers un style artistique qui constitue l'une de ses expressions matérielles. C'est le cas de la culture Nuiñe, dont le nom, en mixtèque, signifie terre chaude et qui apparaît dans la Mixteca Baja vers 350 apr. J.-C. Cet ensemble de structures sociales, religieuses et intellectuelles fut d'abord identifié par une conjonction de manifestations artistiques, que les chercheurs ont baptisée du même nom. Le trait nuiñe le plus marquant est lié à l'architecture. Il s'agit d'une technique de construction appelée de bloque y laja, constituée d'un bloc de pierre travaillée de forme rectangulaire de 20 sur 30 cm environ, entouré de petites dalles de 2 cm d'épaisseur moyenne, superposées horizontalement. Une autre caractéristique est un système de glyphes qui semble dérivé de l'écriture zapotèque, dont les motifs gravés sur des dalles de calcaire se trouvent exclusivement dans la Mixteca Baja. La céramique régionale présente aussi des traits spécifiques, parmi lesquels l'addition de morceaux minuscules de mica, minéral spécifique de cette région et exporté jusqu'à Teotihuacan. Le récipient le plus représentatif est l'urne funéraire, décorée de peinture rouge, orange, jaune et verte, qui représente des divinités. Dans le domaine funéraire aussi, des dalles polies comme des miroirs, dont la fonction reste inconnue, accompagnent les défunts inhumés sous les sols des maisons.

Les traits nuiñe intéressent particulièrement les archéologues puisqu'ils représentent un style majeur, susceptible de fournir des informations socioculturelles sur la Mixteca Baja, qui reste, encore de nos jours, mal connue pour l'étape des centres urbains.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MIXTÈQUES  » est également traité dans :

MONTE ALBÁN

  • Écrit par 
  • Jacques SOUSTELLE
  •  • 329 mots
  •  • 2 médias

À deux kilomètres au sud-est de la ville actuelle d'Oaxaca, les vestiges de Monte Albán couvrent une superficie de 40 km 2 . Ce site a été occupé pendant deux mille cinq cents ans environ, depuis le ~ viii e siècle jusqu'à la conquête espagnole. La phase la plus ancienne (~ 700-~ 300) révèle la présence ou tout au moins une forte influence des Olmèques, dont le style marque les bas-reliefs connu […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 165 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le Préclassique récent, et la mise en place des grandes civilisations »  : […] Au cours du vi e  siècle avant J.-C., les cités olmèques déclinent ou sont abandonnées, ce qui n'implique d'ailleurs pas un dépeuplement régional. La civilisation olmèque cède la place à d'autres, qui vont faire fructifier ses innovations. Dans les plaines du Tabasco, continuent à prospérer des communautés, qui s'enrichissent de nouveaux apports. Le site de Tres Zapotes est occupé jusqu'au début […] Lire la suite

ZAPOTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 3 292 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'émergence des chefferies »  : […] Bien qu'avec une population très réduite, Monte Albán continue à fonctionner au-delà de 800 après J.-C. et, de la même manière que les autres communautés de la région zapotèque, entre dans une période d'effacement. On enregistre très peu de constructions monumentales, les anciens dieux sont remplacés par de nouveaux, certains venus de régions lointaines, la côte du golfe ou le centre du Mexique. L […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rosario ACOSTA, « MIXTÈQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mixteques/