MITANNI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom d'un vaste empire qui apparaît brusquement au ~ xvie siècle lorsque aux royaumes hourrites et sémitiques qui constellaient la haute Mésopotamie réussirent à s'imposer de nouveaux groupes de Hourrites mêlés à des Indo-Aryens. Les noms des rois du Mitanni, les dieux qu'ils invoquent, certains termes de la charrerie ou du dressage des chevaux, les noms des neuf premiers chiffres sont indo-aryens. Il semble donc qu'une aristocratie indo-européenne se soit imposée aux populations hourrites. L'archéologie permet de situer au ~ xvie siècle l'apparition des nouveaux venus. Il a dû s'agir d'un phénomène pacifique comme il ressort du fait que la langue du Mitanni ne cesse d'être le hourrite, langue asiatique de type agglutinant encore imparfaitement explorée, et que les membres de la famille royale portent parfois des noms hourrites. On suppose donc que la vague migratoire qui allait susciter le royaume du Mitanni était constituée de groupes indo-aryens et de groupes hourrites intimement mêlés.

Mettant à profit le déclin du royaume hittite, le Mitanni, sous l'impulsion du roi Saustatar, réussit à s'étendre du Zagros à la Méditerranée en englobant la Syrie du Nord. Il avait assujetti l'Assyrie dont il avait pillé la capitale, Assur. Sa puissance faisait obstacle aux projets des pharaons de la xviiie dynastie qui ambitionnaient de reprendre le contrôle des anciennes marches égyptiennes de Palestine et de Syrie ; elle menaçait la Babylonie et le Hatti.

Il n'est pas étonnant, dans ces circonstances, que l'Égypte ait vu dans la neutralisation du Naharina ou de Hanigalbat (termes qui, dans les textes égyptiens, désignent le territoire de l'Empire mitannien), le moyen le plus sûr de reconquérir durablement ses provinces asiatiques. Le pharaon Thoutmès III s'engagea, de ~ 1482 à ~ 1463, dans une série de dix-sept campagnes. La huitième fut décisive et lui permit de défaire sur son territoire le roi du Mitanni, tandis que les neuf autres furent employées à réduire des révoltes locales et à consolider l'occupation des vastes territoires conquis. En fait, la puissance mitannienne avait été vaincue, mais non détruite.

Dignitaire, Égypte, Nouvel Empire

Diaporama : Dignitaire, Égypte, Nouvel Empire

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, époque de Thoutmosis III, Dignitaire, calcaire. Staatliche Museen, Berlin. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Si l'Empire asiatique de l'Égypte resta intact sous les deux successeurs de Thoutmès III, Amenhotep II (~ 1450-~ 1425) et Thoutmès IV (~ 1425-~ 1408), ces deux monarques durent néanmoins y réprimer des révoltes. Les opérations de pacification revêtirent parfois une certaine ampleur sans toutefois amener les troupes égyptiennes à se heurter au Mitanni qui, sans doute, incitait secrètement à la rébellion. D'ailleurs, dès le règne d'Amenhotep II, le Mitanni, dont les forces déclinaient tandis que s'accroissaient celles de Hatti, de l'Assyrie, de Kardouniaš (le royaume cassite de Babylone), tenta de se rapprocher de ses adversaires égyptiens que l'évolution de la situation en Asie Mineure n'était pas sans inquiéter. Ce ne fut pourtant que sous le règne de Thoutmès IV que les deux États parvinrent à instaurer entre eux une entente cordiale destinée à maintenir l'équilibre oriental. Thoutmès IV épousa la fille d'Artatama Ier, roi du Mitanni. En ~ 1408, Amenhotep III, fils de Thoutmès IV et de son épouse mitannienne, accéda au trône sans avoir de révolte à réprimer en Asie. L'alliance égypto-mitannienne fut renforcée par de nouveaux mariages royaux. Amenhotep III épousa Giluheba, sœur du roi du Mitanni, Tušratta, puis Taduheba, fille du même souverain. Après la mort d'Amenhotep III, Taduheba devint l'épouse de son fils et successeur Akhenaton.

Toutefois le royaume de Mitanni, dont Tušratta avait pris la charge, était un royaume affaibli par des dissensions internes. Le frère et prédécesseur de Tušratta, Artaššumara, avait été assassiné, mais les droits à la couronne du Mitanni avaient été revendiqués par un prince du nom d'Artatama II qui était peut-être un autre frère du roi Tušratta et qui semble avoir été impliqué dans le meurtre d'Artaššumara. Contraint de fuir le Mitanni avec son fils Šuttarna, Artatama II fit appel au roi hittite Šuppiluliumaš dès son accession au trône. Šuppiluliumaš (~ 1380-~ 1346), qui allait être l'artisan de la renaissance hittite, décida d'intervenir militairement en faveur d'Artatama II. Cette expédition, sur laquelle les sources hittites sont muettes, se solda par un échec sérieux dont nous informe du côté mitannien une lettre de Tell el-Ama [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MITANNI  » est également traité dans :

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Guerres civiles et dominations étrangères (XVIIIe-XVe s.) »  : […] Cet empire, trop étendu, cerné de voisins hostiles, repose sur un seul homme et s'écroule après sa mort. Les colonies assyriennes disparaîtront définitivement d'Anatolie ; Iasmah-Adad est chassé de Mari par le roi d'Alep, qui restaure l'héritier légitime de Yahdoun-Lim. L'autre fils de Shamshi-Adad, Ishmé-Dagan, se voit disputer la partie orientale des domaines de son père par les Hourrites, les r […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Extension et organisation de l'Empire »  : […] L'histoire de la XVIII e dynastie, durant deux siècles, n'est que celle d'une série de triomphes, aboutissant à l'apogée de la puissance et de la civilisation égyptiennes . Thoutmosis I er , après plusieurs campagnes en Asie, franchit l'Euphrate, sans doute non loin de Karkémich (l'actuelle Djerablous) et dresse une stèle. La mort de Thoutmosis II et le règne d'une femme, Hatshepsout, sans inte […] Lire la suite

HARRAN

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 400 mots

Ancien centre commercial de la Mésopotamie septentrionale, sur le Balikh, au croisement des routes caravanières qui menaient de Babylone en Syrie, en Égypte et en Asie Mineure. Harran et son temple consacré à Sin, le dieu Lune, sont mentionnés dans une tablette de Mari (~ 2000). Le nom de la cité apparaît ensuite dans les textes hittites de Boǧazköy. Harran, possession mitanienne depuis le ~ xvii […] Lire la suite

HITTITES

  • Écrit par 
  • Maurice VIEYRA
  •  • 7 201 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pacification de l'empire »  : […] Au moment où Souppilouliouma prend en main le destin de l'empire, la situation du pays est des plus critiques, la révolte est à peu près générale. Alep est occupée par les Mitanniens qui regroupent les anciens États hourrites ; le Kizzouwatna, l'Arzawa passent à l'offensive, suivis par les populations des pays d'Isouwa, à l'est de l'Euphrate, d'Azzi-Hayasa, et par les Gasgas qui réussissent à s'e […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'art

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 3 072 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'art babylonien »  : […] L'histoire du II e  millénaire mésopotamien est celle d'un rééquilibrage des centres politiques au profit des régions septentrionales. L'empire de la III e  dynastie d'Ur avait été fondé au début du xxi e  siècle sur l'idée d'une renaissance du pays sumérien ; pendant un siècle, il brilla de tous ses feux comme centre politique, mais aussi comme foyer principal de la création intellectuelle et art […] Lire la suite

THOUTMOSIS III - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 163 mots

Vers — 1478 Mort de Thoutmosis II, pharaon de la XVIII e  dynastie, régence d'Hatchepsout. Vers — 1471 Couronnement d'Hatchepsout. Vers — 1458 Mort d'Hatchepsout, règne personnel de Thoutmosis III. Vers — 1456-— 1455 Siège et prise de la ville de Meggido, au pied du mont Carmel. Vers — 1453 Arrivée en Égypte de spécimens de la faune et de la flore syriennes que le roi fait reproduire dans le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « MITANNI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mitanni/