INTERPLANÉTAIRE MILIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Comète McNaught

Comète McNaught
Crédits : European Southern Observatory

photographie

Le programme Luna

Le programme Luna
Crédits : Hulton Getty

photographie

Vent solaire

Vent solaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Protubérance solaire

Protubérance solaire
Crédits : E. Gibson/ MPI/ Getty Images

photographie

Tous les médias


La turbulence dans le vent solaire

La description fluide ou magnétohydrodynamique de l'écoulement du vent solaire que nous venons de présenter est largement idéalisée : elle ne serait valable que si le libre parcours moyen des particules était inférieur aux dimensions des structures formées dans l'écoulement. Un des points les plus discutés du modèle de Parker fut précisément que les libres parcours moyens dans le milieu interplanétaire sont de l'ordre de 1 unité astronomique alors qu'il existe dans le vent solaire des structures de dimensions beaucoup plus faibles, par exemple les chocs qui se forment en amont des atmosphères planétaires. Le caractère de ces chocs dépend de l'existence ou non d'un champ magnétique planétaire, de la nature neutre ou ionisée de l'atmosphère planétaire ; mais, dans tous les cas, ils traduisent un comportement « fluide » de l'écoulement supersonique du vent solaire autour des environnements planétaires. Toutefois, autour des corps sans atmosphère et de petite dimension comme la Lune, on ne trouve plus de structure à caractère fluide : la Lune se comporte comme un obstacle bombardé sur la face côté Soleil par les particules individuelles du vent solaire ; mais derrière l'autre face, c'est le vide quasi absolu. Cela montre que, pour des structures ayant la dimension de la Lune, le vent solaire se trouve à la limite entre le comportement fluide et le comportement cinétique. La réduction du libre parcours moyen des particules par rapport à la valeur de 1 unité astronomique prévue pour un tel plasma s'explique par deux raisons : d'une part, le champ magnétique interplanétaire empêche l'amplitude des mouvements transversaux de dépasser de beaucoup le rayon gyromagnétique (40 km pour les protons, 2 km pour les électrons) ; d'autre part, de nombreuses instabilités sont déclenchées dans ce plasma non collisionnel, qui couplent les mouvements des ions et des électrons aux ondes qu'ils sont susceptibles d'exciter. Cela conduit à une turbulence qui raccourcit efficac [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  INTERPLANÉTAIRE MILIEU  » est également traité dans :

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 237 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les rayons cosmiques dans le système solaire »  : […] Grâce aux sondes spatiales, nous connaissons l'existence des rayons cosmiques dans l'espace interplanétaire bien au-delà de l'orbite de Neptune. Des sources locales de rayons cosmiques ont été découvertes dans le système solaire. Le Soleil émet des rafales de particules énergiques durant certaines éruptions chromosphériques. Le caractère transitoire de l'arrivée de ces particules sur la Terre et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/#i_82889

SOLEIL

  • Écrit par 
  • Pierre LANTOS
  •  • 5 471 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Phénomènes éruptifs »  : […] Les éruptions dans une région active correspondent à la libération brusque (en quelques minutes) d'une énergie importante (jusqu'à 10 25  joules). Cette libération d'énergie donne lieu à l'échauffement du plasma (10 8  K) et à l'accélération de particules (électrons, protons, ions). On détecte alors des émissions intenses dans tout le domaine spect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soleil/#i_82889

TURBULENCE

  • Écrit par 
  • Fabien ANSELMET, 
  • Michel COANTIC, 
  • Gérard TAVERA
  •  • 24 115 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les turbulences fluide et M.H.D. des milieux interstellaires et interplanétaires »  : […] Nous avons déjà indiqué que les nuages interstellaires de gaz et de poussières sont turbulents : cette turbulence est entretenue par les explosions de supernovæ, l'expansion supersonique des régions ionisées issues des étoiles chaudes, la rotation différentielle de la galaxie, les jets de matière extrêmement puissants émis par les étoiles en formation, et probablement d'autres causes encore. Compt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbulence/#i_82889

ZODIACALE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • René DUMONT
  •  • 3 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Motifs d'intérêt, comme signal ou comme bruit »  : […] Historiquement, le nuage interplanétaire a toujours bénéficié d'un intérêt lié aux interrogations sur la formation et l'évolution du système solaire. Au milieu du xix e  siècle, la théorie de Robert Mayer n'attribuait rien moins que l'entretien de l'énergie solaire aux impacts de matière météoritique. Actuellement, le problème le plus ardu est cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere-zodiacale/#i_82889

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COUTURIER, Jean-Louis STEINBERG, « INTERPLANÉTAIRE MILIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interplanetaire/