INTERPLANÉTAIRE MILIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement des observations

À partir des années 1960, physiciens solaires, géophysiciens externes et physiciens des plasmas de laboratoire ont associé leurs efforts dans l'étude du vent solaire. Des programmes d'observations coordonnées ont été mis en œuvre, associant moyens au sol et moyens spatiaux. Au sol les interféromètres et les spectrographes radio permettent de suivre les sursauts radio solaires qui nous renseignent sur les manifestations de l'activité solaire dans la couronne à la base du vent solaire ; la lumière diffusée par les électrons coronaux peut être distinguée de celle qui est diffusée par les micropoussières grâce à des mesures de polarisation derrière les coronographes ou lors des éclipses (fig. 3). Il est ainsi possible de voir les structures coronales entraînées par le vent solaire jusqu'à des distances de 4 à 8 rayons solaires. Les spectrographes X ou ultraviolet, embarqués sur satellites pour s'affranchir de l'écran constitué par l'atmosphère terrestre, permettent d'observer directement la matière coronale soit dans des raies d'atomes fortement ionisés, soit par le rayonnement thermique, et de détecter les inhomogénéités coronales qui modulent l'expansion du vent solaire.

L'observation in situ a permis de déterminer les caractéristiques moyennes de ce plasma, résumées dans le tableau. Avec des moyens de diagnostic sophistiqués, le vent solaire a été ausculté depuis 0,3 u.a. (1 unité astronomique = distance Terre-Soleil) jusqu'à plus de 100 u.a. (en juillet 2008, la sonde Voyager-1 était à plus de 106 u.a. du Soleil, Voyager-2 à plus de 86 u.a.).

Vent solaire

Tableau : Vent solaire

Paramètres caractéristiques du vent solaire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les sondes interplanétaires voient passer, à des vitesses comprises entre 300 et 1 000 kilomètres par seconde, un plasma raréfié et très turbulent. Il faut donc pousser à l'extrême la précision et la rapidité d'acquisition des instruments de mesure. Les détecteurs de particules chargées mesurent la fonction de distribution des vitesses des particules dans les trois directions de l'espace. Les trois composantes du champ magnétique sont fournies par les magnétomètres avec une précision du dixième de γ (1 γ = 10—9 T). Les composantes des champs électriques sont mesurées avec une précision du dixième de millivolt par mètre. Les récepteurs radioélectriques étudient les champs électromagnétiques depuis quelques hertz jusqu'à plusieurs mégahertz. Pour analyser le rayonnement des atomes neutres d'origine interstellaire qui pénètrent dans l'héliosphère, on utilise des cellules à absorption d'hydrogène ou d'hélium qui, embarquées sur des engins spatiaux, peuvent observer sans être « polluées » par les émissions des éléments neutres de l'atmosphère terrestre. Enfin, le rayonnement cosmique d'origine solaire ou galactique est étudié avec des détecteurs de particules de haute énergie depuis quelques kiloélectronvolts jusqu'à plusieurs gigaélectronvolts.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Comète McNaught

Comète McNaught
Crédits : European Southern Observatory

photographie

Le programme Luna

Le programme Luna
Crédits : Hulton Getty

photographie

Vent solaire

Vent solaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Protubérance solaire

Protubérance solaire
Crédits : E. Gibson/ MPI/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INTERPLANÉTAIRE MILIEU  » est également traité dans :

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 241 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les rayons cosmiques dans le système solaire »  : […] Grâce aux sondes spatiales, nous connaissons l'existence des rayons cosmiques dans l'espace interplanétaire bien au-delà de l'orbite de Neptune. Des sources locales de rayons cosmiques ont été découvertes dans le système solaire. Le Soleil émet des rafales de particules énergiques durant certaines éruptions chromosphériques. Le caractère transitoire de l'arrivée de ces particules sur la Terre et […] Lire la suite

SOLEIL

  • Écrit par 
  • Pierre LANTOS
  •  • 5 475 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Phénomènes éruptifs »  : […] Les éruptions dans une région active correspondent à la libération brusque (en quelques minutes) d'une énergie importante (jusqu'à 10 25  joules). Cette libération d'énergie donne lieu à l'échauffement du plasma (10 8  K) et à l'accélération de particules (électrons, protons, ions). On détecte alors des émissions intenses dans tout le domaine spectral, depuis les rayons X jusqu'aux ondes radioélec […] Lire la suite

TURBULENCE

  • Écrit par 
  • Fabien ANSELMET, 
  • Michel COANTIC, 
  • Gérard TAVERA
  •  • 24 133 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les turbulences fluide et M.H.D. des milieux interstellaires et interplanétaires »  : […] Nous avons déjà indiqué que les nuages interstellaires de gaz et de poussières sont turbulents : cette turbulence est entretenue par les explosions de supernovæ, l'expansion supersonique des régions ionisées issues des étoiles chaudes, la rotation différentielle de la galaxie, les jets de matière extrêmement puissants émis par les étoiles en formation, et probablement d'autres causes encore. Compt […] Lire la suite

ZODIACALE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • René DUMONT
  •  • 3 660 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Motifs d'intérêt, comme signal ou comme bruit »  : […] Historiquement, le nuage interplanétaire a toujours bénéficié d'un intérêt lié aux interrogations sur la formation et l'évolution du système solaire. Au milieu du xix e  siècle, la théorie de Robert Mayer n'attribuait rien moins que l'entretien de l'énergie solaire aux impacts de matière météoritique. Actuellement, le problème le plus ardu est celui du bilan évolutif entre les apports cométaires o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COUTURIER, Jean-Louis STEINBERG, « INTERPLANÉTAIRE MILIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interplanetaire/