LOMONOSSOV MIKHAÏL VASSILIEVITCH (1711-1765)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pierre le Grand avait tenté de répandre chez ses sujets quelques éléments de civilisation. Il s'agissait, en vérité, de leur enseigner les bonnes manières et certains rudiments de technologie : l'heure des beaux-arts, d'une recherche scientifique et d'une littérature nationales n'avait pas encore sonné. Un demi-siècle plus tard, Catherine II tenait à compléter l'œuvre de Pierre Ier en accordant son soutien à tous ceux dont le talent contribuait à imposer l'image d'une Russie devenue l'égale de l'Europe dans la diffusion des Lumières. Occupant de son activité proprement encyclopédique l'intervalle qui sépare les deux règnes, Lomonossov représente avec éclat le type même de l'intellectuel, inconnu jusqu'alors dans un pays aux traditions culturelles presque exclusivement populaires et religieuses : « Il fut à lui seul notre première Université », disait Pouchkine.

Une vie au service du savoir

Né près de Kholmogory, dans le gouvernement d'Arkhangelsk, fils de pêcheur, Mikhaïl Vassiliévitch Lomonossov apprit à lire auprès d'un paysan, dévora les quelques livres du voisinage, et gagna Moscou à pied en décembre 1730. Il apprit les langues anciennes, surtout le latin qui lui servit de moyen de communication avec les savants européens, à l'Académie slavo-gréco-latine, où les conditions d'existence étaient plutôt misérables : « Touchant une bourse de trois kopecks par jour, je ne pouvais en consacrer plus d'un demi au pain, un autre demi au kvas, réservant le reste pour le papier, les chaussures et autres nécessités de l'existence. J'ai passé ainsi cinq années sans renoncer à la science. » Au début de 1736, il fut envoyé à l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, qui lui permit d'accroître ses connaissances à l'étranger. À Marbourg, il étudia la physique avec Christian Wolff (1679-1754), et cultiva en même temps les belles lettres. En 1739, à Freyberg, il s'initia à la chimie, à la géologie et à l'industrie minière. Rentré en Russie en 1741, il ne tarda pas à être remarq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  LOMONOSSOV MIKHAÏL VASSILIEVITCH (1711-1765)  » est également traité dans :

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 257 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « L'influence européenne sur la vie culturelle »  : […] l'Ouest. Une langue littéraire s'est formée, dont les bases grammaticales sont posées par Lomonosov, élève de génie des universités allemandes et type de ces Russes savants qui ont peu à peu refoulé les influences étrangères dans la vie nationale et russifié la culture. L'Académie des sciences, créée par Pierre le Grand, n'est plus cinquante ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_25091

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 24 122 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature européenne en Russie (1730-1825) »  : […] littérature exige la mise au point des normes d'une langue écrite profane nettement distincte du slavon d'église. À cette mise au point, qui se poursuivra jusqu'à Pouchkine, Lomonosov aura apporté une contribution décisive en soulignant, dans son Avant-propos sur l'utilité des livres ecclésiastiques dans la langue russe (Predislovie o pol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_25091

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CADOT, « LOMONOSSOV MIKHAÏL VASSILIEVITCH - (1711-1765) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-vassilievitch-lomonossov/