MAKARIOS III, MIKHAÍL KHRISTÓDHOULOS MOUSKOS (1913-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Án o Panagkia, près de Páfos, dans une famille paysanne, le jeune Mikhaíl Khristódhoulos Mouskos ne peut faire des études que grâce à l'assistance d'un monastère. Après des études secondaires à Nicosie, il est, en 1938, ordonné diacre de l'Église orthodoxe grecque. De 1938 à 1943, il étudie le droit et la théologie à Athènes et assure des prédications dans une église du Pirée. Ordonné prêtre en 1946 — il reçoit le nom de Makarios (Bienheureux) —, il poursuit avec l'aide du Conseil mondial des Églises ses études à Boston (1946-1948). À son retour, il est nommé évêque de Kition (Kéti) et dès lors participe activement au mouvement des Chypriotes grecs revendiquant le rattachement de leur île à la Grèce. Élu en 1950 archevêque de Chypre, il devient également « ethnarque » — c'est-à-dire chef — de la communauté grecque orthodoxe de l'île ; attribuée par l'administration ottomane aux chefs des communautés religieuses de l'Empire, la charge comportait à la fois, outre l'exercice de pouvoirs temporels, des pouvoirs administratifs, économiques et fiscaux, ainsi que des responsabilités en matière d'éducation, de représentation politique et même d'organisation militaire. L'Église de Chypre étant autocéphale, Makarios avait droit au titre de chef de la communauté orthodoxe et pouvait, par sa position, influer grandement sur le devenir politique de l'île. La population grecque de Chypre ayant demandé huit mois plus tôt par plébiscite l'union à la Grèce, l'Enôsis, Makarios se fait leader de ce mouvement nationaliste et parcourt les pays occidentaux pour faire connaître et confirmer les justes raisons de la revendication des Chypriotes ; l'administration britannique feint d'ignorer la demande, puis en 1955-1956 laisse le gouverneur de Chypre, sir John Harding, engager des négociations avec Makarios et, pour couper court aux manifestations populaires, déporte en 1956 Mgr Makarios aux îles Seychelles. L'action terroriste de l'E.O.K.A. (Organisation nationale des combattants chypriotes), créée en 1955 par le colonel chypriote grec Grivas, n'avait pas été pour rien dans la décision britannique ; toutefois, Makarios préconisait que l'on ne recoure qu'aux manifestations pacifiques et désavouait l'E.O.K.A. La relégation du leader chypriote s'étant opérée dans des conditions fort particulières — son avion est détourné par les Anglais vers les Seychelles, alors que celui-ci se rendait traiter des conditions de l'autodétermination avec Londres —, le terrorisme s'accroît dans l'île ; la communauté musulmane de l'île prend de son côté les armes contre l'E.O.K.A. et réclame son rattachement à la Turquie. Londres et Washington ne voulant pas d'un conflit entre deux membres de l'O.T.A.N., des négociations entre la Turquie et la Grèce s'ouvrent à Athènes ; libéré, Makarios prend part aux négociations ; préconisant une solution pacifique, il obtient l'indépendance de l'île et devient en décembre 1959 chef de ce nouvel État.

Makarios III

Photographie : Makarios III

Mikhail Khristodhoulos Mouskos (1913-1977), ici en 1954, fut élu archevêque de Chypre en 1950 sous le nom de Makarios III. 

Crédits : Haywood Magee/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)

Photographie : Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)

Né de la volonté des Chypriotes grecs (près de 80 p. 100 de la population d'après le recensement de 1954) de réunir l'île à la mère patrie, le mouvement de l'Enosis prit toute son ampleur dans les années 1950 grâce au soutien de l'archevêque orthodoxe grec Makarios III, qui, réclamant... 

Crédits : Alex Dellow/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Action terrorriste à Chypre, 1955

Photographie : Action terrorriste à Chypre, 1955

Le refus britannique d'appliquer le rattachement de Chypre à la Grèce (Enosis) impliqua l'engagement de l'Organisation nationale des combattants chypriotes (E.O.K.A.) dans une lutte armée. Sous l'impulsion de son chef, le colonel Georges Grivas, l'île connut, à partir de 1955, une vaste... 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Makarios III à Chypre, années 1950

Photographie : Makarios III à Chypre, années 1950

L'archevêque de Chypre, Makarios III (au centre) appelle à combattre pacifiquement pour l'union de l'île à la Grèce, laissant la conduite de la lutte armée au général Grivas. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Devant affronter très vite les partisans du rattachement à la Grèce — le général Grivas avec l'E.O.K.A. et une partie de l'Église chypriote animée par Mgr Kyprianos —, il neutralise Grivas en lui confiant le commandement des forces armées et œuvre au rapprochement des communautés orthodoxe et musulmane. En 1964, prenant occasion de l'arrivée au pouvoir à Athènes de forces centristes animées par Georges Papandréou et devant faire face à des affrontements sanglants entre les communautés, il demande la révision des accords définissant le statut de Chypre et tente de faire admettre une formule réalisant l'Enôsis. La chute de Papandréou et la prise de position de Grivas en faveur des colonels le font alors se retrancher dans une volonté d'indépendance complète de l'île qui respecte l'existence des deux communautés. Plébiscité aux élections de 1968 et soutenu par le centre travailliste et par la gauche communiste (A.K.E.L.), il rompt avec les nationalistes de Grivas et épure l'Église des prélats nationalistes. Il échappe à plusieurs attentats, mais la mort de Grivas en janvier 1974 lui permet d'envisager une action qui le libère des actions nationalistes. Makarios demande à la Grèce de rappeler les officiers grecs qui encadrent la garde natio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Makarios III

Makarios III
Crédits : Haywood Magee/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)

Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)
Crédits : Alex Dellow/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Action terrorriste à Chypre, 1955

Action terrorriste à Chypre, 1955
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Makarios III à Chypre, années 1950

Makarios III à Chypre, années 1950
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAKARIOS III, MIKHAÍL KHRISTÓDHOULOS MOUSKOS (1913-1977)  » est également traité dans :

CHYPRE

  • Écrit par 
  • Marc AYMES, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Gilles GRIVAUD, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 10 306 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une division inévitable »  : […] Cet édifice céda à la première crise : elle survint à la fin de 1963. La minorité turque réclamait des administrations municipales distinctes dans les agglomérations urbaines à population mixte et la majorité grecque voyait là une menace pour la liberté des individus et une atteinte à l'autorité de l'État. Le président de la République proposait d'amender la Constitution, ce que refusa la Turquie […] Lire la suite

CLÉRIDÈS GLAFCOS (1919-2013)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 730 mots

Président de la République de Chypre de 1993 à 2003, Glafcos Cléridès (ou Glafkos Kliridis) est né le 24 avril 1919 à Nicosie, capitale de l’île de Chypre, alors colonie britannique. Son père, Ioannis Kliridis, était avocat et participait à la vie politique de la communauté chypriote grecque de l’île, laquelle représentait à l’époque plus de 80 p. 100 de la population. Glafcos Cléridès s’engage v […] Lire la suite

GRIVAS GEORGES (1898-1974)

  • Écrit par 
  • Nikos ATHANASSIOU, 
  • Liliane PRINCET
  •  • 840 mots
  •  • 2 médias

Après des études secondaires au gymnase panchypriote de Nicosie, Georges Grivas, né à Trikomo (Chypre), opte pour la nationalité grecque et suit les cours de l'Académie militaire d'Athènes, dont il sort en 1919 lieutenant d'artillerie. En 1926-1927 puis en 1932-1934, il suit des stages de perfectionnement à l'École supérieure de guerre de Paris. Il est chargé des cours de tactique à l'École d'appl […] Lire la suite

RÉPUBLIQUE TURQUE DE CHYPRE DU NORD (R.T.C.N.)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

La République turque de Chypre du Nord (R.T.C.N.), appelée parfois République turque du nord de Chypre, est le résultat de l’invasion du nord de l’île de Chypre par l’armée turque durant l’été de 1974. Cette entité n’est reconnue internationalement que par la Turquie. Dès l’Antiquité, l’île de Chypre, ou l’île d’Aphrodite, est peuplée de Grecs. Les Ottomans prennent l’île aux Vénitiens en 1571 e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU, « MAKARIOS III, MIKHAÍL KHRISTÓDHOULOS MOUSKOS (1913-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-khristodhoulos-makarios-iii/