CLÉRIDÈS GLAFCOS (1919-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République de Chypre de 1993 à 2003, Glafcos Cléridès (ou Glafkos Kliridis) est né le 24 avril 1919 à Nicosie, capitale de l’île de Chypre, alors colonie britannique. Son père, Ioannis Kliridis, était avocat et participait à la vie politique de la communauté chypriote grecque de l’île, laquelle représentait à l’époque plus de 80 p. 100 de la population. Glafcos Cléridès s’engage volontairement dans la Royal Air Force dès la fin de 1939. Son avion est abattu lors d’une mission au-dessus de l’Allemagne en 1942. Il est fait prisonnier et reste en captivité jusqu’au printemps de 1945. Il rejoint alors le Royaume-Uni où il s’inscrit au King College. Diplômé en 1948, il devient avocat en 1951.

Le 1er avril 1955 éclate à Chypre la lutte armée contre les Britanniques, dirigée par l’Organisation nationale des combattants chypriotes (E.O.K.A.), composée à 95 p. 100 de Chypriotes grecs. Cléridès ne participe pas à la lutte armée, mais est membre clandestin de l’organisation sous le pseudonyme de « Ypereides ». En effet, il est officiellement l’avocat des emprisonnés de l’E.O.K.A. Il ne pourra empêcher la pendaison de neuf résistants – dont la plupart ont moins de vingt ans – par les Britanniques en mai 1956. L’O.N.U. s’empare de la question, dans le cadre « des pays à décoloniser ». Glafcos Cléridès rédige le mémorandum sur « La violation des droits de l’homme par les Britanniques à Chypre ».

Il participe en mars 1959 à la conférence de Londres qui aboutira à l’indépendance de l’île en 1960. Une indépendance non désirée, puisque les Grecs veulent « l’Enosis », le rattachement à la mère patrie grecque tandis que les Turcs souhaitent le « Taksim », le partage de l’île en deux, entre Athènes et Ankara.

Cléridès est ministre de la Justice d’avril 1959 à juillet 1960 dans le gouvernement intérimaire chargé de préparer l’indépendance. Aux premières élections législatives de 1960, il est élu député du parti de l’ethnarque Makarios III. Il sera président du Parlement de juillet 1960 à juillet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  CLÉRIDÈS GLAFCOS (1919-2013)  » est également traité dans :

CHYPRE

  • Écrit par 
  • Marc AYMES, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Gilles GRIVAUD, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 10 306 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une division inévitable »  : […] Cet édifice céda à la première crise : elle survint à la fin de 1963. La minorité turque réclamait des administrations municipales distinctes dans les agglomérations urbaines à population mixte et la majorité grecque voyait là une menace pour la liberté des individus et une atteinte à l'autorité de l'État. Le président de la République proposait d'amender la Constitution, ce que refusa la Turquie […] Lire la suite

Les derniers événements

16 février - 11 mars 2003 Chypre. Élection du candidat de l'opposition Tassos Papadopoulos à la présidence

Glafcos Cléridès, gêné par la candidature d'un autre membre de son parti, Alekos Markidès, n'obtient que 38,8 p. 100 des voix. Tassos Papadopoulos se dit favorable à la réunification de l'île. Le 27, à l'issue d'une ultime visite dans la région en vue d'inciter les parties chypriotes grecque et turque à accepter son plan de réunification de l'île sur […] Lire la suite

2-14 janvier 2003 Chypre. Divisions dans les deux parties de l'île

Glafcos Cléridès, qui a décidé de se représenter. Le 8, le chef d'état-major turc, le général Hilmi Özkök, apporte son soutien à Rauf Denktash sur la question de la réunification de l'île. Le 14, quelque 40 000 Chypriotes turcs manifestent à Nicosie en faveur de la réunification de l'île et du départ de Rauf Denktash. Il s'agit de la plus importante […] Lire la suite

15 février 1998 Chypre. Réélection du président Glafcos Cléridès

Glafcos Cléridès à la tête de l'État pour un second mandat de cinq ans, par 50,8 p. 100 des suffrages. Le président conservateur était opposé à George Iacovou, ancien ministre, qui était soutenu par le Parti progressiste des travailleurs (communiste) et le Parti démocratique. Les deux hommes avaient largement distancé les autres candidats au premier […] Lire la suite

7-28 février 1993 Chypre. Élection de Glafcos Cléridès à la présidence de la République

Glafcos Cléridès, président du Rassemblement démocratique (droite), qui recueille 36,74 p. 100 des suffrages, et Paschalis Pascalidès, candidat du Front des forces combattantes (centre droit et socialistes), qui obtient 18,64 p. 100 des voix. Le 14, à la suite du désistement de Paschalis Pascalidès en sa faveur, Glafcos Cléridès est élu au second tour […] Lire la suite

14-21 février 1988 Chypre. Élection de Georges Vassiliou à la présidence de la République

Glafcos Cléridès, président du Rassemblement démocratique (D.I.S.Y., droite conservatrice) ; Vassos Lyssaridès, dirigeant du Parti socialiste (E.D.E.K.) et président de l'Assemblée nationale. Au terme d'une campagne dominée par la question de la partition de l'île entre Grecs et Turcs, Glafcos Cléridès obtient 33,34 p. 100 des voix, suivi de G. Vassiliou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « CLÉRIDÈS GLAFCOS - (1919-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/glafcos-clerides/