GRIVAS GEORGES (1898-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études secondaires au gymnase panchypriote de Nicosie, Georges Grivas, né à Trikomo (Chypre), opte pour la nationalité grecque et suit les cours de l'Académie militaire d'Athènes, dont il sort en 1919 lieutenant d'artillerie.

En 1926-1927 puis en 1932-1934, il suit des stages de perfectionnement à l'École supérieure de guerre de Paris. Il est chargé des cours de tactique à l'École d'application de Salonique quand éclate la Seconde Guerre mondiale. Il participe à la campagne d'Albanie (1940-1941) en tant que chef d'état-major de la 2e division. Durant l'occupation allemande, il se retire à Athènes. À une date imprécise, il fonde un mouvement de résistance connu sous le nom d'Organisation X. Toutefois, ce mouvement n'est pas rattaché à ceux de la résistance grecque contre l'occupant allemand ; il ne semble pas davantage avoir été en rapport avec la mission anglaise auprès de la résistance grecque, ni avec les autorités grecques en exil au Moyen-Orient. Il se livre à une intense activité clandestine anticommuniste, qui se révèle ouvertement en 1944 par un conflit armé avec l'E.L.A.S. (Armée populaire unifiée de la libération).

Mis à la retraite en mars 1945, le colonel Grivas tente d'entreprendre une carrière politique. Soutenu par l'Organisation X qu'il a transformée en parti, il se présente aux élections de 1946 : le résultat est, pour lui, un échec cuisant. Même échec en 1950-1951. Les « xistes », en effet, n'ont de parti que le nom ; c'est essentiellement une formation paramilitaire extrémiste qui se livrera de 1945 à 1947 à des attentats politiques contre les partisans de gauche en vue de préparer le retour du roi.

On considère que c'est à partir de 1948 que Grivas songe à entreprendre à Chypre une lutte armée contre les Anglais qui refusent depuis plus de vingt ans d'accorder à l'île le rattachement à la Grèce (Enosis) réclamé avec insistance par les 80 p. 100 helléniques de la population. C'est seulement en 1954 que le leader politique chypriote de l'Enosis, l'ethnarque Makarios III, donne son accord pour la lutte armée et charge le colonel Grivas de l'organiser.

Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)

Photographie : Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)

Né de la volonté des Chypriotes grecs (près de 80 p. 100 de la population d'après le recensement de 1954) de réunir l'île à la mère patrie, le mouvement de l'Enosis prit toute son ampleur dans les années 1950 grâce au soutien de l'archevêque orthodoxe grec Makarios III, qui, réclamant... 

Crédits : Alex Dellow/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Grivas met sur pied l'E.O.K.A. (Organisation nationale des combattants chypriotes) dont il assume la direction. Il se révèle un chef exemplaire. Vivant dans une clandestinité absolue, il échappe à toutes les recherches, ce qui lui confère une auréole symbolisée par son surnom de guerre « Dighenis » (héros mythique byzantin). La lutte (1er avril 1955-20 février 1959) aboutit à l'indépendance de Chypre et non à l'Enosis et Grivas, déçu dans ses espoirs, rentre à Athènes en mars 1959 où il est réintégré dans l'armée grecque avec le grade de général.

Action terrorriste à Chypre, 1955

Photographie : Action terrorriste à Chypre, 1955

Le refus britannique d'appliquer le rattachement de Chypre à la Grèce (Enosis) impliqua l'engagement de l'Organisation nationale des combattants chypriotes (E.O.K.A.) dans une lutte armée. Sous l'impulsion de son chef, le colonel Georges Grivas, l'île connut, à partir de 1955, une vaste... 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le nom du général Grivas reste indissolublement attaché à l'E.O.K.A., qu'il a créée de toutes pièces, et à la guerre contre la Grande-Bretagne. Les qualités et les défauts mêmes du personnage se complètent pour lui assurer une redoutable efficacité. Considéré comme un excellent soldat, sérieux, sévère, méthodique, il possède en outre de grands talents d'organisateur, une santé de fer, des mœurs frugales, un caractère implacable et passionné. Ces éléments, très positifs tant qu'il s'agit de diriger la guérilla, se révèlent, une fois la paix signée, destructeurs. L'anticommunisme « viscéral » du général Grivas et son incompétence politique en font, à son insu, un adversaire redoutable de la cause qu'il entend défendre.

Après la première crise intercommunautaire à Chypre (1963), Grivas est envoyé par Athènes dans l'île où il devient commandant de la garde nationale chypriote.

Il choisit alors de se séparer « idéologiquement » du président Makarios et de n'accepter que les ordres d'Athènes : durant les dix dernières années de sa vie, il ne sera plus que le jouet des adversaires de Makarios. Rappelé à Athènes en 1967 après l'échec d'une de ses initiatives, il revient clandestinement dans l'île en 1971 avec la mission d'organiser une seconde E.O.K.A. (E.O.K.A. B), qui se rebelle cette fois contre le gouvernement chypriote légal du président Makarios. Le consensus populaire lui faisant défaut, l'action du général Grivas est vouée à l'échec, mais elle entretient une insécurité permanente, pervertit le légalisme des troupes et justifie a posteriori la méfiance de la communauté turque que Grivas ignore délibérément ou menace ouvertement.

Il semble bien, néanmoins, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)

Graffiti en faveur de l'Enosis (Chypre, 1955)
Crédits : Alex Dellow/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Action terrorriste à Chypre, 1955

Action terrorriste à Chypre, 1955
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRIVAS GEORGES (1898-1974)  » est également traité dans :

MAKARIOS III, MIKHAÍL KHRISTÓDHOULOS MOUSKOS (1913-1977)

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 858 mots
  •  • 4 médias

Né à Án o Panagkia, près de Páfos, dans une famille paysanne, le jeune Mikhaíl Khristódhoulos Mouskos ne peut faire des études que grâce à l'assistance d'un monastère. Après des études secondaires à Nicosie, il est, en 1938, ordonné diacre de l'Église orthodoxe grecque. De 1938 à 1943, il étudie le droit et la théologie à Athènes et assure des prédications dans une église du Pirée. Ordonné prêtre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikos ATHANASSIOU, Liliane PRINCET, « GRIVAS GEORGES - (1898-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-grivas/