MICRO-ONDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La découverte du phénomène d'échauffement par rayonnement micro-onde remonte aux années 1950, lorsqu'il a été constaté que des objets, situés à proximité d'antennes utilisées en télédétection radar, connaissaient un échauffement intense et en profondeur sous l'effet des rayonnements électromagnétiques à très haute fréquence. Dans les fours à micro-ondes, les fréquences usuelles sont situées entre 800 et 3 000 MHz, soit des longueurs d'onde de l'ordre du décimètre.

L'échauffement d'un produit grâce au rayonnement micro-onde est provoqué par la dissipation sous forme de chaleur d'une partie de l'énergie contenue dans cette onde électromagnétique. Pour éviter toute interférence avec les systèmes de télécommunication, une fréquence spécifique a été attribuée par la législation mondiale aux applications industrielles, médicales et domestiques (ν = 2 450 MHz, λ = 12,2 cm).

L'utilisation des micro-ondes concerne spécialement les matériaux diélectriques, c'est-à-dire isolants ou mauvais conducteurs d'électricité (par exemple le bois, les denrées alimentaires et les matières plastiques). Le meilleur exemple est la molécule d'eau dont la constante diélectrique est très élevée par rapport à la plupart des liquides. Le matériau polaire (molécule dont la répartition de la charge est dissymétrique) étant chauffé « de l'intérieur », la répartition finale de la température est plus régulière qu'en chauffage classique. Les micro-ondes ne chauffent ni les gaz, ni les métaux qui ont la propriété de réfléchir les ondes électromagnétiques, ce qui permet de réaliser des enceintes confinant l'énergie là où elle doit être utilisée, comme celle des fours domestiques.

La technique d'échauffement par irradiation micro-onde concerne de nombreux secteurs industriels, parmi lesquels notamment : l'agro-alimentaire, l'industrie des caoutchoucs et des plastiques (vulcanisation, polymérisation), la pharmacie (préparation puis séchag [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  MICRO-ONDES  » est également traité dans :

FOUR À MICRO-ONDES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

En 1967 est mis sur le marché le premier four à micro-ondes à usage domestique, par la firme américaine Amana Corporation. La technique de la cuisson des aliments par micro-ondes – reposant sur la chaleur créée par l’agitation des molécules d’eau des aliments soumises aux micro-ondes – a été mise au point vingt ans auparavant par Percy LeBaron Spencer (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/four-a-micro-ondes/#i_91841

SYNTHÈSE CHIMIQUE PAR MICRO-ONDES

  • Écrit par 
  • Jack HAMELIN, 
  • Françoise TEXIER-BOULLET
  •  • 388 mots

Bien connu du public, le chauffage par micro-ondes est utilisé pour la cuisson, le séchage, la stérilisation, l'élaboration de matériaux et de polymères, la vulcanisation du caoutchouc, etc. De nombreuses réactions de synthèse organique sont plus rapidement effectuées dans des fours à micro-ondes domestiques que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-chimique-par-micro-ondes/#i_91841

BOOT HENRY ALBERT HOWARD (1917-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 353 mots

Physicien britannique, inventeur du magnétron à cavité. Fils d'un ingénieur électricien, Henry Albert Howard Boot, né le 29 juillet 1917 à Birmingham (Grande-Bretagne), fait ses études à l'université de cette ville et y soutient sa thèse de doctorat en 1941. Il est immédiatement engagé au département de physique de cette université pour travailler sur la mise au point de générateurs de micro-ondes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-albert-howard-boot/#i_91841

HYPERFRÉQUENCES

  • Écrit par 
  • Louis DUSSON
  •  • 9 960 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Maser amplificateur »  : […] Le fonctionnement des masers est fondé sur la création d'un milieu amplifiant les micro-ondes qui le traversent. Ce milieu amplifiant est obtenu par le phénomène d'émission stimulée dans un système d'atomes dont les populations ont été inversées. L'énergie correspondant aux hyperfréquences par la relation E = hf est de l'ordre de 10 -5 eV. Pour trouver les états dont les énergies propres diffère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperfrequences/#i_91841

IMAGERIE TÉRAHERTZ

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 424 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’émission térahertz, un développement récent »  : […] On définit la gamme térahertz (ou THz) des ondes électromagnétiques par les fréquences situées entre 100 gigahertz (10 11  Hz) et 10 térahertz (10 THz = 10 13  Hz, rappelons que la lumière visible a une fréquence de l’ordre de 500 THz), c’est-à-dire les longueurs d’onde comprises entre 30 micromètres et 3 millimètres. Ce domaine électromagnétique est intermédiaire entre l’infrarouge – très employ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-terahertz/#i_91841

MASER

  • Écrit par 
  • Maurice ARDITI, 
  • Claude AUDOIN
  •  • 2 315 mots
  •  • 2 médias

Le mot « maser » ( Microwave Amplification  by  Stimulated  Emission  of Radiation ) signifie amplification de micro-ondes par émission induite de rayonnement. Les masers présentent un très grand intérêt historique. Celui à ammoniac, réalisé par Charles H. Townes et ses collaborateurs en 1954, a constitué la première preuve expérimentale de l'émission induite ou stimulée dont l'existence avait ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maser/#i_91841

Pour citer l’article

André LOUPY, « MICRO-ONDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/micro-ondes/