ROCARD MICHEL (1930-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une stature d’homme d’État

Après la victoire de François Mitterrand lors de l’élection présidentielle de 1981, il devient ministre d'État, ministre du Plan et de l'Aménagement du territoire dans les deux premiers gouvernements dirigés par Pierre Mauroy. Il est nommé ministre de l'Agriculture en 1983, mais il démissionne en avril 1985 pour manifester son opposition à l’instauration du mode de scrutin proportionnel pour les élections législatives de 1986. Il retrouve alors son siège de député.

Malgré leurs nombreuses divergences, François Mitterrand, réélu pour un second septennat en 1988, choisit Michel Rocard comme Premier ministre. À la tête du gouvernement, ce dernier signe les accords de Matignon qui mettent fin aux violences en Nouvelle-Calédonie et met en œuvre des mesures qui feront date comme l’instauration du revenu minimum d’insertion (RMI) en 1988 et de la contribution sociale généralisée (CSG) deux ans plus tard – ce qui n’empêche pas François Mitterrand de le congédier en 1991 pour le remplacer par Édith Cresson.

Lors des élections législatives de 1993, qui voient le PS subir une lourde défaite, Michel Rocard perd son siège de député. Élu premier secrétaire du parti en octobre de la même année, il prend la tête de la liste socialiste aux élections européennes de juin 1994. Alors qu’il est élu au Parlement européen à l’issue du scrutin, le piètre résultat de la liste qu’il mène permet à Henri Emmanuelli de l’évincer de la direction du PS. La perspective d’une candidature à l’élection présidentielle de 1995 s’éloigne. Élu sénateur des Yvelines en 1995, il renonce à son siège en 1997 pour éviter le cumul avec ses fonctions de député européen.

En janvier 2009, Michel Rocard choisit de démissionner du Parlement européen où il siège depuis quinze ans, avant d’être nommé, en mars, ambassadeur de France chargé de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique par le président de la République, Nicolas Sarkozy, qui lui confie également la présidence d’une conférence d'experts sur l'institution d'une contribution climat-énergie, dite aussi « taxe carbone ». Alors qu’il intervient encore très régulièrement dans le débat public, Michel Rocard s’éteint le 2 juillet 2016. Un hommage national présidé par le chef de l’État, François Hollande, lui est rendu le 7 juillet dans la cour d'honneur des Invalides, à Paris. Le même jour, une cérémonie est organisée au siège du PS, close par une intervention d’un de ses principaux héritiers politiques, le Premier ministre Manuel Valls.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROCARD MICHEL (1930-2016)  » est également traité dans :

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « Les régimes dérogatoires »  : […] Toutefois, par dérogation, les pouvoirs publics peuvent instituer unilatéralement des associations obligatoires soumises en principe à la loi de 1901 mais dont les modalités d'organisation et de fonctionnement, fixées impérativement par la loi, ne suivent guère les schémas traditionnels. Tel est le cas de l'association sportive, créée par la loi du 16 juillet 1984 dans tous les établissements du s […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Élection de l'héritier du gaullisme »  : […] Après l'échec référendaire et après la démission de Charles de Gaulle, Georges Pompidou, l'héritier « naturel » du gaullisme, annonce donc sa candidature à la fonction suprême dès le 29 avril 1969. Il s'assure rapidement le soutien du parti gaulliste, des Républicains indépendants et du groupe centriste Progrès et démocratie moderne. Il veut à la fois être un président dans la continuité du ga […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle et les législatives de 1988 »  : […] D'après les sondages faits en 1987, le président est donné nettement gagnant de l'élection s'il se représente. Il est très tenté de le faire et fait préparer sa « candidature implicite » dès l'été de 1987. Cette période est marquée par l'organisation d'appels variés à sa réélection et l'apparition de ce qu'on a appelé une « tontonmania », le peuple de France semblant avoir un besoin irrépressible […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Jacques Chirac à la conquête du pouvoir présidentiel »  : […] La conjoncture électorale de 1995 est favorable à la droite puisque les socialistes ont subi des défaites électorales très importantes aux législatives de 1993 et aux européennes de 1994. Ils ont, dans ce contexte, beaucoup de mal à trouver un candidat crédible. Jacques Chirac, bien qu'il préside le parti ayant le plus de députés dans la majorité parlementaire élue en 1993, n'a pas alors souhaité […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 702 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une crise économique et sociale grave en quête de réponses »  : […] La France a été, comme les autres pays, touchée par la crise économique, sociale et financière, même si l'importance de la fonction publique et le système social en ont amorti le choc (diminution du P.I.B. de 2,3 p. 100 en 2009 contre plus de 3 p. 100 en moyenne dans la zone euro). La récession se traduit par de nombreuses faillites d'entreprises, engendrant plus de trois cent cinquante mille des […] Lire la suite

GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 10 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La préparation de la conquête du pouvoir (1971-1981) »  : […] N’ayant pas été en mesure de se présenter en 1969, François Mitterrand comprend l’importance cruciale de la maîtrise des partis politiques. Sa prise de pouvoir au Parti socialiste est la première étape de la présidentialisation de l’organisation. Lors du congrès d’Épinay de 1971, François Mitterrand est désigné de justesse premier secrétaire, avec l’appui d’une partie de l’aile sociale-démocrate d […] Lire la suite

HAMON BENOÎT (1967- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 268 mots

Homme politique français. Membre du Parti socialiste (PS), Benoît Hamon a construit sa carrière par la constitution progressive d'un solide réseau de soutiens au sein du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) et à la gauche du PS, plutôt que par l'ENA et la haute fonction publique, filière la plus commune de recrutement des dirigeants socialistes. Né le 26 juin 1967 à Saint-Renan (Finistère), d'un […] Lire la suite

PS (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 698 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le PS sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par le président sortant s'impose au PS qui n'en n'a pas […] Lire la suite

VALLS MANUEL (1962- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 304 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La période militante »  : […] Né le 13 août 1962 à Barcelone, Manuel Valls est le fils d’un artiste-peintre catalan, issu de la bourgeoisie catholique, installé à Paris en 1948, et d’une institutrice originaire du Tessin, en Suisse. Il n’acquiert la nationalité française qu’en 1982 – il n’a donc pas voté à la présidentielle de 1981. Tout juste majeur lors de la victoire de François Mitterrand, Manuel Valls avait adhéré l’année […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 novembre 2009 France. Remise du rapport sur le grand emprunt national

Le 19, les coprésidents de la Commission sur l'emprunt national, Alain Juppé et Michel Rocard, remettent leur rapport au président Sarkozy. Ils préconisent que l'État investisse 35 milliards d'euros, et non 100 milliards comme le souhaitait le conseiller spécial de l'Élysée Henri Guaino, dans sept axes prioritaires qu'ils ont définis. Ceux-ci sont fondés sur l'innovation et l'économie verte et regroupent les domaines dans lesquels la France est en retard, tels que l'enseignement supérieur et la recherche, auxquels 16 milliards sont attribués tandis que les 19 autres milliards seront consacrés au développement des « secteurs et technologies où la France détient des positions fortes et qui vont structurer notre cadre de vie des vingt prochaines années ». […] Lire la suite

28 juillet 2009 France. Remise du rapport sur la contribution climat-énergie

La commission d'experts présidée par l'ancien Premier ministre Michel Rocard remet aux ministres de l'Écologie et de l'Économie son rapport sur la création d'une contribution climat-énergie, appelée également « taxe carbone ». Il propose de taxer les consommations d'énergies fossiles, dans les domaines du transport et de l'habitat, en fonction de leurs émissions de CO2. […] Lire la suite

12-18 juillet 2007 France. Lancement de la réforme des institutions

Parmi ses membres figurent notamment, au côté de l'ancien président du Conseil constitutionnel Pierre Mazeaud et de l'ancien ministre Luc Ferry, l'ancien ministre socialiste Jack Lang, l'ancien eurodéputé socialiste Olivier Duhamel, l'ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin, Olivier Schrameck, l'ancien conseiller de Michel Rocard, Guy Carcassonne, ainsi que les centristes Jean-Louis Bourlanges et Jean-Claude Casanova. […] Lire la suite

21 avril - 5 mai 1998 France. Conclusion de l'accord sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie

Les accords de Matignon signés en juin 1988 sous l'égide du Premier ministre Michel Rocard par Jacques Lafleur, président du R.P.C.R., et Jean-Marie Tjibaou, chef du F.L.N.K.S., prévoyaient l'organisation d'un référendum d'autodétermination en 1998. Après l'assassinat de Jean-Marie Tjibaou par un extrémiste indépendantiste, en mai 1989, Jacques Lafleur a tenté de convaincre le F. […] Lire la suite

21-27 novembre 1997 France. Congrès socialiste à Brest et élection de François Hollande au poste de premier secrétaire

Le bloc majoritaire, qui contrôle les instances dirigeantes du parti, est composé des partisans de Lionel Jospin, de Michel Rocard, de Martine Aubry et de Pierre Mauroy.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Blaise MAGNIN, « ROCARD MICHEL - (1930-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-rocard/