QASR

Le terme arabe de qasr désigne à l'origine un ouvrage fortifié destiné à surveiller une région. Il peut s'appliquer à des ouvrages anté-islamiques. À l'époque Umayyade (viiie s.), en Orient, le qasr est une résidence du souverain loin de la ville. C'est le château arabe du désert dont on a de nombreux exemples en Syrie et en Palestine, les plus connus étant le qasr de Djābāl al-Says, et les deux Qasr al-Hayr au sud-ouest et au nord-est de Palmyre, Miniya, près du lac de Tibériade, Mafdjar près de Jéricho. Qasr al-Kharāna et Qasr al-Tūba dans la Balqa en Jordanie.

Qasr al-Hayr al-Sharqi (château de l'enclos oriental), Syrie

Qasr al-Hayr al-Sharqi (château de l'enclos oriental), Syrie

dessin

Château de l'enclos oriental (Qasr al-Hayr al-Sharqi) : plan de la grande enceinte (d'après O. Grabar et al., «City in the Desert», Harvard, 1968). Qas ar al-Hayr al-Sharqi, situé en Syrie à une centaine de kilomètres au nord-est de Palmyre, fut connu, dès le... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Inspiré du castellum romain ou byzantin et construit en plaine, le qasr se présente comme une forteresse de plan carré dont les côtés varient de soixante à soixante-quinze mètres et dont les angles sont renforcés par de puissantes tours de flanquement intermédiaires. L'entrée se fait par une porte monumentale que protègent deux éléments saillants. À l'intérieur, des logements de plusieurs pièces s'ordonnent, sur deux étages, autour d'une vaste cour carrée. Au rez-de-chaussée, une grande salle de réception, un petit bain et une mosquée. Ces palais sont décorés de fresques et de stucs sculptés. Le terme « qasr » a connu une évolution semblable au mot « château » : désignant d'abord un ouvrage fortifié, il s'applique ensuite aux résidences situées hors les murs, dans un jardin (par exemple, Qasr al-Ablaq, élevé à l'ouest de Damas au xiiie s.), puis aux habitations spacieuses comme Qasr al-Azm (xviiie s.) à Damas, ou Qasr al-'Alī et Qasr al-Dubhara (début xixe s.) au Caire. En Espagne, le mot qasr se retrouve dans la toponymie sous la forme d'alcazar pour désigner un ouvrage fortifié. En pays berbère, sous la forme Ksar ou le pluriel Ksūr, le mot désigne un village entouré d'une muraille (Ksūr al-Barai ou Ksūr al-Kraib, par exemple).

—  Nikita ELISSÉEFF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  QASR  » est également traité dans :

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La genèse et le premier art islamique. L'art des Califes, l'art de l'empire (du VIIe à la fin du IXe s.) »  : […] Il faut également rappeler les peintures de Qusayr 'Amra et de Qasr al-Hair al-Gharbī, d'allure plutôt classique et provinciale, la statuaire en stuc de Khirbat al-Mafjar et Qasr al-Hair al-Gharbī, d'inspiration tantôt méditerranéenne, tantôt sassanide, les bas-reliefs sur bois de la mosquée al-Aqsa, ou les boîtes en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_31799

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « QASR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qasr/