MOORE MICHAEL (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec sa casquette vissée sur la tête et sa corpulence d'Américain moyen, on ne croit pas avoir affaire à un provocateur-né. Pourtant, Michael Moore, infatigable professionnel de la contestation, se plaît à perturber depuis maintenant près d'une vingtaine d'années le consensus idéologique fabriqué par les grands médias de masse aux États-Unis. Réalisateur, écrivain, journaliste, producteur d'émissions de radio et de télévision, il révèle à ses concitoyens et au monde la face sombre du « rêve américain » : les inégalités sociales, le racisme, le chômage, la répression des syndicats, les armes à feu, l'alcoolisme, etc. Aucun des maux de l'Amérique ne semble échapper à l'ironie féroce et à l'esprit satirique qui innervent ses films et ses livres.

Michael Moore est né le 23 avril 1954 à Flint dans le Michigan d'une mère secrétaire et d'un père ouvrier dans l'une des plus importantes usines de la firme automobile General Motors. Après avoir créé à l'âge de vingt-deux ans, The Flint Voice, un journal alternatif, il entre à la rédaction du fameux magazine de gauche Mother Jones. Lorsqu'en 1986 General Motors décide la fermeture de l'usine de Flint et la suppression de 30 000 emplois, Michael Moore se lance dans la réalisation d'un documentaire, Roger & Me (1989), dans lequel il poursuit le président de la firme automobile pour éviter la catastrophe humaine sociale programmée dans sa ville natale.

La « méthode Moore » est née, mélange d'investigation et de critique sociale et politique : harceler et piéger les représentants du Big Business pour obtenir d'eux des aveux ou des remords publics. Après Roger Smith, dans Roger & Me, ce sera le tour du président de Nike dans The Big One, de celui de Wal-Mart et de l'acteur Charlton Heston, président du lobby des armes à feu, la N.R.A. (National Rifle Association), dans Bowling for Columbine. Avec à chaque fois, « Mike » dans le rôle du faux Candide et vrai trouble-fête.

Le succès du film – et de sa méthode – l'encourage à réaliser une suite, Pets or Meat : The Return to Flint (1992). En 1994, il crée, sur la chaîne de télévision NBC, une émission satirique (« TV Nation »), qui ne durera qu'un an. En 1995, il réalise son seul film de fiction, Canadian Bacon, dans lequel le président des États-Unis ne trouve pas d'autre moyen de faire remonter sa cote de popularité catastrophique que de déclarer la guerre... au Canada.

Suivent alors un livre Downsize this !, en 1996, et, deux ans plus tard, un film, The Big One, qui installent définitivement Michael Moore dans le paysage de la contestation politique et sociale au États-Unis : en cause, notamment, l'exploitation des salariés par les multinationales américaines et leur peu de scrupules à faire travailler des enfants dans les pays du Tiers Monde. En creux se dessine le portrait d'une Amérique bien peu « développée », un pays où les riches s'enferment dans des gated communities (communautés fermées), où pauvres et Noirs remplissent les prisons, où la violence économique et policière finit par rendre la société invivable.

Aussi loin que le pousse sa fièvre militante, Michael Moore demeure un patriote que scandalise le cours suivi par son pays. Leader d'une nouvelle « nation », The People's Democratic Republic of Television (PDRTV), il s'engage résolument contre l'arrivée de l'équipe Bush à la Maison-Blanche avec son second livre, Stupid White Men, paru quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001. L'énorme succès du livre et du film Bowling for Columbine sortis en 2002 met brutalement Michael Moore sur le devant de la scène au moment de la guerre en Irak, en mars 2003. Porte-parole autoproclamé de l'« autre Amérique », il affiche un visage grave et tendu à la cérémonie des oscars de la même année, pour condamner une nouvelle fois la politique étrangère de son gouvernement (« Honte à vous, Mr. Bush »). Il réalise alors Fahrenheit 9/11, un violent portrait-charge de George W. Bush et de son administration, qui lui vaut d’obtenir la palme d’or au festival de Cannes 2004. En 2007, avec Sicko, il s’attaque au système de santé américain, générateur de criantes inégalités. Il réalise également Slacker Uprising (2007) et Capitalism : a love story (2009).

Michael Moore est un personnage à part aux États-Unis. En effet, dans un pays où la critique politique, économique et sociale ne parv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOORE MICHAEL (1954- )  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'hybridation des genres »  : […] Dans une période plus récente, une autre personnalité a dominé la comédie américaine moderne, faisant triompher un « humour juif » déjà illustré dans le domaine burlesque par les Marx Brothers au début du parlant, Jerry Lewis ou Mel Brooks ( Les Producteurs , 1969 ; La Folle Histoire du monde , 1981). Woody Allen crée un personnage original à fort soubassement culturel dont il ne peut se déparer […] Lire la suite

ELEPHANT (G. Van Sant)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 025 mots

Réalisateur singulier, Gus Van Sant débuta au milieu des années 1980, avec des films longtemps restés inédits en France ( Mala Noche , 1985). Également peintre, musicien et photographe, il a élu domicile à Portland, dans l'Oregon. C'est dans cette ville qu'il situe l'action de la plupart de ses films. Avec Drugstore Cowboy (1989) et My Own Private Idaho (1991), il acquiert une véritable ren […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hugues JALLON, « MOORE MICHAEL (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-moore/