MEYERBEER JAKOB LIEBMANN BEER dit GIACOMO (1791-1864)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur allemand né à Vogelsdorf, près de Berlin, et mort à Paris. Principal représentant en France du « grand opéra » du milieu du xixe siècle, Jakob Meyerbeer se produit comme pianiste dès l'âge de neuf ans, et suit l'enseignement d'un élève de Clementi, puis de Zelter, et enfin de l'abbé Vogler à Darmstadt (1810-1812), où il a comme disciple Carl Maria von Weber. Il s'essaie au théâtre dès 1812 (Jephtas Gelübde) mais n'obtient son premier grand succès, après s'être converti à l'italianisme, qu'avec Les Croisés en Égypte (Il Crociato in Egitto, Venise, 1824). Cet ouvrage ayant connu le triomphe à Paris, il décide de s'établir dans cette ville, et change encore une fois sa manière. De cette métamorphose, la révélation sera Robert le Diable (sur un texte de Scribe), dont la création à l'Opéra de Paris, en 1831, non seulement fonde la gloire du compositeur, mais bat tous les records de recettes établis jusqu'alors. Les Huguenots suivent en 1836. Nommé, en 1842, directeur de la musique (Generalmusikdirektor) de la cour de Berlin, il ne rompt pas ses contacts avec Paris, où sont créés successivement Le Prophète (1849), L'Étoile du Nord (1854), Le Pardon de Ploërmel (1859), et, surtout, un an après sa mort, L'Africaine (1865).

Jenny Lind

Jenny Lind

photographie

La soprano suédoise Jenny Lind, le célèbre "rossignol du Nord", tient le rôle d'Alice dans l'opéra de Meyerbeer Robert le Diable, à Londres, en 1847. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ses œuvres sont, en fait, très nombreuses et couvrent bien d'autres genres, vocaux et instrumentaux, sacrés et profanes. Mais sa réputation se fait, et décline, avec ses opéras. Tout en demeurant allemand pour l'harmonie, et italien pour la mélodie, il emprunte aux Français, aidé en cela par son librettiste Scribe, un rythme plus accentué reflétant les moindres détails du texte et de la charpente du drame, le côté visuel de la tragédie lyrique et les intrigues à sensation de l'opéra comique. D'où l'idolâtrie dont il fait l'objet de la part de la société de la monarchie de Juillet et du second Empire ; d'où aussi les réserves de musiciens comme Berlioz, Schumann ou Wagner, qui ont bien vu, en particulier Schumann, ce que son art avait de clinquant et d'artificiel ; d'où enfin le discrédit dont il souffrit après sa mort. Cela dit, on ne saurait nier l'efficacité ni même la grandeur de certaines de ses scènes (ainsi l'épisode de la Saint-Barthélemy des Huguenots), ni oublier l'influence qu'il a exercé sur Wagner ou sur Verdi.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEYERBEER JAKOB LIEBMANN BEER dit GIACOMO (1791-1864)  » est également traité dans :

LIND JENNY (1820-1887)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 332 mots
  •  • 1 média

Soprano britannique d'origine suédoise, née le 6 octobre 1820, à Stockholm, morte le 2 novembre 1887, à Malvern, dans le Worcestershire (Royaume-Uni), Jenny Lind fut admirée pour la pureté et le naturel de son art. Johanna Maria Lind fait ses débuts à Stockholm en 1838, dans le rôle d'Agathe ( Le Freischütz de Carl Maria von Weber), puis étudie en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jenny-lind/#i_4879

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « Le grand opéra français »  : […] Tandis que l'opéra allemand vient de se trouver, le grand opéra français, comme on l'a baptisé – mais il sera bien plus grand dans ses dimensions que dans tout autre sens –, va faire ses premières armes. Il a pour précurseur, une fois de plus, un Italien installé en France : Luigi Cherubini (1760-1842) – futur directeur du Conservatoire et, à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_4879

ROBERT LE DIABLE

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 250 mots
  •  • 1 média

Héros d'un roman médiéval français (fin du xii e  s.). Sa légende est composée de plusieurs lieux communs de la littérature médiévale : naissance extraordinaire (grâce à l'intervention du diable) ; actes de cruauté qui rappellent les atrocités commises par certains personnages de chansons de geste ; repentir, pénitence et sainteté enfin. Sa mère, B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-le-diable/#i_4879

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « MEYERBEER JAKOB LIEBMANN BEER dit GIACOMO - (1791-1864) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/meyerbeer-jakob-liebmann-beer-dit-giacomo/