IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377)

Écrivain arabe et l'un des plus grands voyageurs de tous les temps, Ibn Baṭṭūṭa est l'auteur d'un récit de voyage (Riḥla) qui, par l'ampleur du champ parcouru et les qualités du récit, constitue une des œuvres de la littérature universelle (Riḥla, édition et traduction française par C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, 4 vol., 1853-1859 ; réédition, avec préface et notes par V. Monteil, Voyages d'Ibn Baṭṭūṭa, 1968 ; édition, avec préface de K. al-Bustānī, Beyrouth, 1960 ; traduction anglaise par H. A. R. Gibb, The Travels of Ibn Baṭṭūṭa, 1958-1971).

Né à Tanger, Ibn Baṭṭūṭa est voué à un exil continu (120 000 kilomètres parcourus et vingt-huit ans d'absence) où certaines haltes, plus prolongées que d'autres, permettent de découper, un peu artificiellement, une série de voyages. Le premier, comme pour nombre de musulmans, a pour but La Mecque par l'Afrique du Nord, l'Égypte, le Haut-Nil et la Syrie ; Ibn Baṭṭūṭa y arrive en 1326. Deux mois après, quittant l'Arabie, Ibn Baṭṭūṭa se rend en Irak, puis dans l'Iran méridional, central et septentrional, revient en Irak, à Bagdad, court à Mossoul, repasse par Bagdad et se retrouve en Arabie, où il mettra à profit un séjour de trois ans (1327-1330) pour accomplir, chacune de ces trois années, le pèlerinage à La Mecque. Il part ensuite pour la mer Rouge, le Yémen, la côte africaine, Mogadiscio et les comptoirs d'Afrique orientale, revient par le ‘Umān et le golfe Persique et accomplit un nouveau pèlerinage à La Mecque en 1332. Quatrième voyage : cette fois, ce sont l'Égypte, la Syrie, l'Asie Mineure, les territoires mongols de la Horde d'or en Russie du Sud, la visite de Constantinople, le retour à la Horde d'or, la Transoxiane et l'Afghanistan, d'où Ibn Baṭṭūṭa gagne la vallée de l'Indus en 1333 et séjourne à Delhi jusqu'en 1342.

De là, Ibn Baṭṭūṭa gagne les îles Maldives, où il demeure un an et demi : ce sera son cinquième voyage. Un saut jusqu'à Ceylan, le retour aux Maldives, puis le Bengale, l'Assam, Sumatra, la Chine : Zh [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  IBN BATTUTA (1304-1368 ou 1377)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formes éparses d'une connaissance éclatée »  : […] et progressive d'un temps, d'un espace et d'une aventure individuelle. Après Ibn Ǧubayr (mort en 1217), c'est Ibn Baṭṭūṭa qui va porter la riḥla à son apogée. Par l'ampleur même de la course, d'abord : né en 1304 et parti de Tanger, sa ville natale, en 1325, Ibn Baṭṭūṭa n'y reviendra que vingt-quatre ans après, ayant parcouru environ cent vingt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_15126

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 148 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les temps difficiles »  : […] deux grands noms d'Ibn Jubayr (mort en 1217) et surtout, comme un pendant à Ibn Khaldūn, Ibn Battūta (1304-1377), l'un des plus grands globe-trotters de tous les temps. Installé pleinement dans le voyage, juge ici, commerçant ou diplomate ailleurs, mais toujours pour un temps seulement, il accumule, après un périple total de quelque cent vingt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-sciences-historiques-et-geographiques/#i_15126

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 265 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historiens et voyageurs »  : […] Al-Idrīsī est en vérité le seul géographe maghrébin, les autres ouvrages relevant de la relation de voyage. Ibn Baṭṭūta (m. en 1377) a laissé de ses longs périples en Orient, Asie Mineure, Chine, Russie, Afrique noire... un récit étonnant où le merveilleux, le fantastique et l'absurde voisinent avec des informations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_15126

Pour citer l’article

André MIQUEL, « IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-battuta/