MÉMOIRE ÉPISODIQUE ET CERVEAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mémoire épisodique et hippocampe

Le rôle de l’hippocampe dans la mémoire épisodique est divers : il intervient dans la détection de la nouveauté, dans l'encodage ainsi que dans la récupération des informations. Un modèle a d’ailleurs été proposé pour en rendre compte, le modèle HIPER (hippocampus encoding retrieval). Selon ce modèle, la partie antérieure de l'hippocampe serait préférentiellement impliquée dans l'encodage en mémoire épisodique, et la partie postérieure dans la récupération. Pour certains, l'hippocampe serait d’autant plus sollicité que les données à traiter sont complexes et de nature visuo-spatiale plutôt que verbale. Cependant, plusieurs études ont montré des activations hippocampiques lors de l'encodage de stimuli de divers types, impliquant davantage l’hippocampe gauche pour les mots, l’hippocampe droit pour les visages ou les objets, et les deux en présence de matériel spatial ou visuel complexe. Des études en IRMf événementielle, permettant de détecter l’activité cérébrale liée à l’encodage d’une information donnée, montrent que plus l’activité de l’hippocampe est importante lors de l’encodage d’un mot, plus le rappel de ce mot est probable, faisant de cette structure un site essentiel pour la réussite de la mémorisation.

L’hippocampe et ses principales connexions

L’hippocampe et ses principales connexions

Dessin

L’hippocampe, présenté sur une coupe sagittale de cerveau. Les flèches 1 à 3 représentent les connexions à distance de l'hippocampe antérieur (en rouge) et les flèches 4 à 6, celles de l’hippocampe postérieur (en jaune) [d'après un dessin original de Renaud La Joie]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au-delà de ces dichotomies relatives aux processus (encodage/récupération), ou au matériel à mémoriser (verbal/non verbal), des auteurs ont mis l'accent sur le rôle de l'hippocampe dans l'établissement d’associations (binding) entre les éléments qui constituent un souvenir. Ceci pourrait même être l’une de ses spécificités au sein du lobe temporal interne, les autres parties de cette région jouant un rôle complémentaire : le cortex périrhinal, dans la mémorisation d’items isolés, et le cortex parahippocampique, dans le traitement des informations spatiales. Ainsi, tandis que le cortex périrhinal suffit pour reconnaître des items, l’hippocampe per se est requis pour accéder à la récupération des détails contextuels, une caractéristique de la mémoire épisodique.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directrice de recherche, Institut national de la santé et de la recherche médicale

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Béatrice DESGRANGES, « MÉMOIRE ÉPISODIQUE ET CERVEAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-episodique-et-cerveau/