MÉKONG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les composantes sectorielles et territoriales de l'intégration durant la première décennie de la région du Grand Mékong (1992-2002)

Le président de la B.A.D., Mitsuo Sato, présentait ainsi en 1992 sa vision stratégique d'intégration régionale : « Le Mékong n'est plus un facteur de division mais un trait d'union, symbole d'un nouvel esprit de coopération. » Depuis l'implosion de l'Union soviétique en 1991, la situation géopolitique dans la péninsule indochinoise a en effet changé. La fracture sur le Mékong entre pays communistes et pays d'économie libérale, établie en 1975, tend à s'effacer. De fait, le Vietnam en 1995, puis le Laos et le Myanmar en 1997, et enfin le Cambodge en 1999 ont rejoint l'A.S.E.A.N., renforçant le pôle continental de l'organisation régionale de l'Asie du Sud-Est.

La méthode choisie croise la vision stratégique proposée par la B.A.D. avec les propositions des six pays de la région, discutées lors des trois réunions ministérielles tenues en 1992, 1993 et 1994. Ces réunions ont permis d'identifier six champs de coopération (transport, commerce, énergie, tourisme, environnement et ressources humaines) qui font l'objet de forums sectoriels annuels, et d'établir des plans de financement par projet avec les principales institutions de coopération internationale et bilatérale. Contrastant avec le Comité international du Mékong, cette approche originale ne nécessite aucun accord international fondateur entre pays membres, et n'exclut donc aucun partenaire potentiel. Elle ne crée pas non plus un nouvel échelon bureaucratique, puisque la coopération intergouvernementale est privilégiée. L'engagement de la B.A.D. a suffi pour crédibiliser cette initiative auprès des pays de la région comme des bailleurs de fonds.

Durant la première décennie de ce vaste programme d'intégration transnationale, quatre corridors routiers ont été sélectionnés. Deux corridors méridiens mettent d'abord en relation le Yunnan avec les pays du sud. Le premier, Kunming-Bangkok, se place sur l'axe méridien transasiatique Singapour-Pékin par voie continentale, et le second, Kunming-Hanoï-Haiphong, ouvre au Yunnan un accès à la mer de Chine méridionale ; il se prolonge par la route suivant le littoral vietnamien jusqu'au Cambodge. Deux corridors transversaux relient ensuite les façades orientale et occidentale de la péninsule indochinoise. Le premier, le corridor est-ouest, Danang-Sanvannakhet-Khon Kaen-Phitsanulok-Moulmein (ou Mawlamyine) relie les deux façades littorales de la péninsule et ne dessert que des villes de second rang ; en revanche le second, Hô Chi Minh Ville-Bangkok, qui doit être prolongé prochainement jusqu'à Tavoy sur la mer d'Andaman, dispose d'un plus grand potentiel puisqu'il relie les métropoles méridionales de la région. La priorité a donc été donnée à la reconstruction des infrastructures de transport routier et à la reconstitution des échanges mis à mal par le cloisonnement colonial puis par les décennies de guerre. Toutefois, le pont de l'Amitié, construit en 1994 sur le Mékong en aval de Vientiane, a montré qu'il ne suffit pas de disposer de l'infrastructure de transport pour libéraliser les échanges. Aussi, la crise asiatique de 1997 passée, la B.A.D. a-t-elle impérativement lié la reconstruction des infrastructures de transport à la conclusion d'accords de libre-échange, corridor par corridor, devançant l'accord généralisé de l'A.F.T.A. (A.S.E.A.N. Free Trade Area) qui sera effectif pour les nouveaux membres en 2010 seulement. Il aura fallu cinq années pour que ces accords soient finalisés et huit pour qu'ils soient opérationnels.

La même approche pragmatique, négociée avec les partenaires intéressés projet par projet, a été appliquée au domaine du transport fluvial et du tourisme. L'amélioration de la navigation sur le Mékong, cinquième corridor, permet le développement des échanges entre la Chine et la Thaïlande. Elle ouvre aussi une route touristique entre Jinghong au Yunnan et Luang Prabang, l'ancienne capitale royale lao. L'ouverture au trafic international de nouveaux aéroports diversifie l'offre touristique de la région du Grand Mékong. À partir de Chiang Mai (Thaïlande), devenu un hub régional pour le nord de la péninsule, des vols permettent de gagner Jinghong et Lijiang (via Kunming) au Yunnan, puis Luang Prabang et Paksé au Laos, Danang au Vietnam et Siem Reap au Cambodge, s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉKONG  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Diversité du peuplement »  : […] La plus grande partie de la région est peuplée de populations originaires du sud de la Chine, qui ont occupé les terres graduellement et selon un processus complexe. Les migrations austronésiennes ont acheminé, plutôt par voie maritime et via Taïwan, les populations qui peuplent aujourd'hui la majeure partie de l'Asie du Sud-Est insulaire, péninsule malaise comprise, à partir de 3000 avant notre […] Lire la suite

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 820 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les ethnies »  : […] Qu'il s'agisse des Khmers eux-mêmes ou des groupes autochtones dits « de substrat », groupes marginaux plus ou moins isolés dans les forêts ou les provinces frontières, tous appartiennent à la famille ethno-linguistique connue sous le nom de mônkhmer . Il s'agit là de langues originellement dépourvues de tons, non monosyllabiques, et, en ce qui concerne le cambodgien, admettant la dérivation part […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « Asie : pragmatisme et coopération »  : […] Les dix-huit pays membres de l'A.P.E.C. (Coopération économique des pays d'Asie-Pacifique) ont renouvelé en novembre 1995 à Ōsaka l'engagement qu'ils avaient pris un an auparavant à leur sommet de Bogor, près de Djakarta, de réaliser entre eux le libre-échange à l'horizon de 2020. Toutefois, le pragmatisme asiatique l'a emporté sur l'approche juridique et contraignante que les États-Unis voulaien […] Lire la suite

GARNIER FRANCIS (1839-1873)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 839 mots

Officier de marine, administrateur colonial et explorateur français, né le 25 juillet 1839 à Saint-Étienne, mort le 21 décembre 1873 aux portes de Hanoï. Fils d'un officier militaire, Marie Joseph François Garnier, dit Francis, intègre en 1856 l'École navale de Brest en dépit de l'opposition de ses parents. À l'issue de sa formation, il embarque comme enseigne de vaisseau sur l'un des bâtiments d […] Lire la suite

HÔ CHI MINH-VILLE, anc. SAÏGON

  • Écrit par 
  • Christian TAILLARD
  •  • 802 mots
  •  • 2 médias

Située à l'articulation du delta du Mékong et de la zone deltaïque du Dong Nai-rivière de Saigon, Hô Chi Minh-Ville, l'ancienne Saigon, dispose d'une double origine : Cholon (« le grand marché ») ville-comptoir fondée par les Chinois en 1679 et devenue une importante place marchande, et Gia Dinh, chef-lieu de province dès 1698, dotée du statut de ville ( thanh phô ) en 1772 et d'une citadelle co […] Lire la suite

LAOS

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Madeleine GITEAU, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Paul LÉVY, 
  • Christian TAILLARD
  •  • 20 134 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le corridor Est-Ouest et son double plus au sud »  : […] Les 1 450 kilomètres du corridor Est-Ouest, achevés en 2007, relient les deux façades maritimes, orientale et occidentale, de la péninsule par le col de Lao Bao, le plus bas de la cordillère Annamitique. Il met en relation le port de Danang et la ville de Hué, dans le centre du Vietnam, avec Savannakhet sur le Mékong. Il gagne ensuite Khon Kaen, dans le Nord-Est thaïlandais, puis Phitsanulok, au n […] Lire la suite

PHNOM PENH

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

Phnom Penh est une des petites capitales de l'Asie du Sud-Est, par sa population, estimée à 1,5 million d'habitants en 2008, soit près de 10 p. 100 de la population totale du Cambodge. La ville s'est développée sur un site exceptionnel de confluence hydrographique formant quatre bras, évoquant symboliquement pour les Khmers quatre visages ( chatomukh ), en référence aux quatre faces de Bouddha du […] Lire la suite

THAÏLANDE

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Achille DAUPHIN-MEUNIER, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Christian TAILLARD, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 24 714 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Intégration transnationale et développement régional »  : […] La Thaïlande cherche à imposer, parmi les deux axes méridiens concurrents reliant la Chine aux mers du Sud, celui qui, par le bassin de la Chao Phraya, gagne le golfe de Thaïlande. En revanche, la Chine a privilégié le second qui, par l'Irrawaddy, rejoint la mer d'Andaman, en finançant seule les infrastructures routières. Cet axe lui permet d'accéder à l'océan Indien et de pénétrer le marché birm […] Lire la suite

TONLÉ SAP

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 256 mots

Le Tonlé Sap est un immense réservoir de la plaine alluviale du centre du Cambodge. Pendant la saison sèche, il se déverse dans la rivière du même nom, qui traverse la plaine Veal Pok vers le sud-est pour se jeter dans le Mékong. Parfois appelé Grand Lac, il est nourri par de nombreux cours d'eau au caractère erratique, ainsi que par les rivières Sreng et Sen, tributaires septentrionaux plus régu […] Lire la suite

VIENTIANE

  • Écrit par 
  • Christian TAILLARD
  •  • 711 mots
  •  • 1 média

La capitale du Laos, Vientiane, comptait 373 000 habitants au recensement de 2005. Cette population urbanisée ne doit pas être confondue avec les 700 000 habitants de la préfecture de Vientiane, renommée Vientiane Capitale, qui comprend des districts périurbains et ruraux. La ville occupe une position originale sur la rive gauche du moyen Mékong au cœur de la péninsule, dont elle est la plus pet […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian TAILLARD, « MÉKONG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mekong/