MÉIOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conséquences génétiques de la méiose

Il serait trop long de résumer ici les nombreux faits d'ordre cytologique, biochimique et génétique qui ont permis d'établir la théorie chromosomique de l'hérédité. On admettra donc simplement que tous les caractères qui définissent un individu sont déterminés par les gènes, unités d'information génétique portés par les chromosomes, et occupant sur ce dernier une place précise ou locus. Si l'information génétique d'un gène est modifiée – on parle de mutation –, le caractère qu'il détermine est lui-même modifié, et cette modification est héréditaire. L'individu mutant diffère donc de l'individu de référence ou individu sauvage. L'un porte un gène muté et l'autre un gène sauvage : ces deux gènes homologues constituent un couple d'allèles.

Afin de concrétiser ces notions et d'aborder les lois fondamentales de la génétique, conséquence de la méiose, on considérera les résultats expérimentaux obtenus lorsqu'on réalise un croisement entre individus différant par un ou plusieurs caractères, d'une part chez un organisme à phase haploïde observable, la levure de boulanger (Saccharomyces cerevisiae), d'autre part chez un organisme où seule la phase diploïde du cycle est observable, la mouche du vinaigre (Drosophila melanogaster).

Ségrégation d'un couple d'allèles

Pour qu'un croisement entre deux souches de levure soit possible, c'est-à-dire pour qu'il y ait fécondation, il est nécessaire que les deux souches diffèrent par un couple d'allèles (appelé a/α). Si cette condition est remplie, on peut réaliser des croisements entre souches présentant de nombreuses différences génétiques. Considérons le cas d'un croisement n'impliquant qu'une seule différence, par exemple entre la souche sauvage, capable de synthétiser la leucine (acide aminé indispensable à sa croissance) et une souche mutante qui, ayant perdu cette propriété par mutation, exige pour sa croissance la présence de leucine dans le milieu de culture. Utili [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Ploïdie et méiose

Ploïdie et méiose
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Méiose

Méiose
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ségrégation d'un couple d'allèles

Ségrégation d'un couple d'allèles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ségrégation de deux couples d'allèles

Ségrégation de deux couples d'allèles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉIOSE  » est également traité dans :

MÉIOSE, en bref

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

La confirmation de la théorie cellulaire dans les années 1860 amène les biologistes à étudier la constitution et la fonction du noyau de la cellule. En 1883, le biologiste belge Edouard Van Beneden (1846-1910) découvre chez l'ascaris, un ver parasite du cheval, que le noyau des cellules sexuelles […] Lire la suite

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Fondamentalement, les animaux disposent de deux procédés de reproduction et de propagation : la reproduction sexuée et la reproduction asexuée. La reproduction sexuée est caractérisée par : l'existence de deux cellules reproductrices différentes selon le sexe, le gamète mâle et le gamète femelle, qui fusionnent lors de la fécondation en produisant une cellule œuf, à l'origine du nouvel individu. […] Lire la suite

CARYOTYPE HUMAIN

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-François MATTEI, 
  • Marie-Geneviève MATTEI, 
  • Anne MONCLA
  •  • 4 780 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Formule chromosomique normale »  : […] Le nombre de chromosomes est de 46 chez l'homme : 22 paires d'autosomes et 2  chromosomes sexuels ou gonosomes, XX chez la femme et XY chez l'homme . Chaque paire chromosomique est constituée de deux homologues, l'un d'origine maternelle, l'autre d'origine paternelle : le caryotype se définit donc diploïde dès la réunion des deux cellules sexuelles qui se sont unies pour former l'œuf humain. Ces […] Lire la suite

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Modifications de l'information »  : […] L'information d'une cellule peut être modifiée de diverses façons : changement de la séquence nucléotidique des gènes, introduction d'informations nouvelles gardant leur autonomie de réplication, réarrangement de l'information par échange ou addition de gènes d'origines variées, réarrangement par déplacement de gènes d'un site à un autre (fig. 8a) (fig. 8a). Ces changements ou mutations se tran […] Lire la suite

CELLULE - La division

  • Écrit par 
  • Marguerite PICARD
  •  • 4 983 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le contrôle de l'entrée en phase S »  : […] L'analyse génétique du cycle de division chez S. pombe avait permis d'identifier le gène cdc 2 comme un activateur bifonctionnel : non seulement son produit est nécessaire au passage G 2  → M, comme nous venons de le voir, mais il est aussi nécessaire au passage G 1  → S. Ce qui avait fait le succès de S. pombe pour l'étude de l'entrée en mitose, c'est le fait que cette levure manifeste une lon […] Lire la suite

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les oomycètes »  : […] Bien que l'usage les fasse étudier par des « mycologues », les oomycètes sont exclus du domaine des « vrais champignons », leurs spores biflagellées ou leur paroi non chitineuse les rapprochant des algues ; on les classe dans les Chromista , proches des algues brunes. Ils seront cependant traités ici, leurs fonctions biologiques étant importantes et leurs caractéristiques n'étant pas abordées dans […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Phénomènes cytologiques »  : […] Le spermatozoïde (en concurrence avec plusieurs dizaines ou centaines de ses congénères, seuls parvenus jusqu'à la trompe utérine, dans laquelle l'ovule roule doucement à leur rencontre) comporte une tête effilée en pointe, l'acrosome, qui secrète des enzymes « digestives » (leur structure est proche de celle de la trypsine pancréatique) grâce auxquelles il pourra franchir d'abord la zone pelluci […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Épigénétique et hérédité »  : […] La génétique mendélienne décrit les modalités habituelles de la transmission de l’information génétique à la descendance. Cependant, il arrive que des observations ne puissent pas être interprétées au travers du prisme de la seule génétique classique, c’est-à-dire par une information seulement portée par la séquence d’ADN. Les travaux en épigénétique cherchent à comprendre ces mécanismes alterna […] Lire la suite

GAMÈTES

  • Écrit par 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Jacques TESTART
  •  • 4 165 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Gamètes isochontés »  : […] Les gamètes isochontés ont deux, quatre ou de très nombreux flagelles égaux. Ils caractérisent les Chlorophytes primitives, c'est-à-dire toutes les « plantes vertes » que sont les Algues vertes, les Bryophytes (Mousses...), les Ptéridophytes (Fougères...) et les Préspermaphytes (Cycadacées et Ginkgo ), à l'exclusion des plantes à graines (Spermaphytes). Au niveau évolutif thallophytique des Algues […] Lire la suite

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Liaisons génétiques et cartes factorielles »  : […] Au cours de ses expériences sur le pois cultivé, Gregor Mendel n'avait rencontré que des cas de ségrégation indépendante : les hétérozygotes multiples nés de ses croisements produisaient, avec des fréquences égales, tous les types génétiques possibles de gamètes. Ce résultat, bien que rendu a priori probable par le nombre élevé de chromosomes du pois, fut en partie un accident historique. La dros […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marguerite PICARD, Denise ZICKLER, « MÉIOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meiose/