MÉDECINE ARABE

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La science de la Balance jabirienne »  : […] L'œuvre considérable de Jābir ibn Hayyān, Geber en latin, compterait trois mille traités, s'il fallait en croire la tradition et même certains orientalistes. On a supposé que Jābir dont la naissance et la mort se situent, approximativement, entre 730 et 804, aurait été le nom choisi par les Ikhwān al Safā , les « Frères de la Pureté et de la Fidélité », qui eurent leur centre à Basra et y rédigère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_94541

AVENZOAR (1090 env.-1160)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 496 mots

Fils et petit-fils de médecins arabes d'Andalousie, Avenzoar étudia d'abord la théologie avant de se tourner vers la médecine, et son renom lui valut d'être nommé vizir du sultan ‘Abd al-Mu'min ; il résida alors dans le Maghreb. Puis il revint à Séville et son enseignement est connu non seulement par les éloges qu'en fit le plus célèbre de ses élèves, Averroès, mais par ses écrits dans lesquels il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avenzoar/#i_94541

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

Dans le chapitre « Médecin et juriste »  : […] Abū l-Walīd Muḥammad ibn Aḥmad ibn Muḥammad ibn Rušd (dont le nom devint, pour l'Occident, Averroès , quand ses œuvres furent traduites en latin) naquit à Cordoue en l'an 520 de l'hégire, 1126 de l'ère chrétienne. Cordoue était le lieu d'une activité intellectuelle brillante ; la famille d'Averroès comptait des juristes célèbres (notamment son grand-père), et la philosophie chez les musulmans d'Es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroes/#i_94541

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Écrivain et homme politique »  : […] On vient de faire allusion à l'autobiographie d'Avicenne. Le récit, continué et achevé par son fidèle disciple Jūzjānī, nous permet de suivre au mieux la vie de notre philosophe. Son père sut excellemment pourvoir aux soins de son éducation : puis il aborda seul les hautes sciences. Nous apprenons que, à peine âgé de dix-sept ans, il s'était déjà assimilé toute l'encyclopédie du savoir : mathémati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_94541

BĪMĀRISTĀN ou MĀRISTĀN

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 648 mots

Le terme « bīmāristān », ou « māristān », est un emprunt au persan ; il désigne un établissement hospitalier pour les malades dont on espère la guérison. Le problème de l'origine du bīmāristān n'est pas résolu. Le calife umayyade al-Walīd (705-710) passe dans la tradition pour avoir été le premier à bâtir un bīmāristān en Islam, à y avoir nommé des médecins et à leur avoir alloué un traitement. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bimaristan-maristan/#i_94541

CANON (Avicenne)

  • Écrit par 
  • Danielle JACQUART
  •  • 223 mots

Né à Boukhara en 980, mort à Hamadan en 1037, Ibn Sīnā ou Avicenne est le modèle du philosophe médiéval, expert dans tous les domaines du savoir. Ajoutant à ses talents la qualité de médecin, il s'efforça d'embrasser dans un vaste ouvrage, auquel le titre de Canon de la médecine fut donné par la suite, toutes les connaissances médicales. Le but était de délivrer à la fois des principes généraux e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canon/#i_94541

CONSTANTIN L'AFRICAIN (1015-1087)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 689 mots

Lorsqu'il arriva à Salerne en 1076, Constantin était auréolé d'une légende facilement greffée sur une vie d'aventures : né à Carthage, il serait allé jusqu'aux Indes, mais séjourna réellement en Syrie, en Égypte, en Éthiopie et à Bagdad, apprenant le grec, l'hébreu, l'arabe, le latin, le syriaque, le persan, étudiant la grammaire, la géométrie, l'arithmétique, la musique, l'astronomie, la médecine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-l-africain/#i_94541

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Islam médiéval »  : […] Alors qu'en Europe s'installaient le marasme et la décadence, la civilisation islamique apportait à l'hygiène d'importantes contributions, trop souvent méconnues. Ce sont les savants musulmans du Moyen Âge qui ont remis en honneur le savoir grec et qui, par leurs travaux, comptent parmi les précurseurs de la science moderne. Ils ont médité sur la condition humaine, replaçant l'homme dans la sociét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hygiene/#i_94541

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « D'Ibn Sīnā à Ibn Rušd »  : […] Le premier d'entre eux est Abū ‘Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā, l' Avicenne des Latins chez lesquels il exerça à partir du xii e  siècle une influence considérable. Né en 370/980, mort en 429/1037, Ibn Sīnā mena une vie agitée entre plusieurs cours princières du nord-est et du nord de l'Iran, fort d'un savoir encyclopédique très tôt acquis et connu surtout comme médecin : il est l'auteur d'un Canon de mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_94541

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La médecine »  : […] Quand les musulmans parurent sur la scène du monde, la médecine avait déjà parcouru une longue période de son histoire avec Hippocrate, Galien et Dioscoride et avec les médecins de l'école d'Alexandrie, pour venir se concentrer au vi e  siècle à Gondēshāpūr (en arabe : Djundīsābūr). Cette ville du sud-ouest de la Perse avait accueilli tour à tour les Nestoriens de l'école d'Édesse, lorsque celle- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_94541

ISRAELI ISAAC BEN SALOMON (850 env.-950)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 1 037 mots

Contemporain du grand penseur et homme politique juif Saadia Gaon (892-942) et éclipsé par sa gloire, Isaac Israeli (en arabe : Isḥāq ben Sulaymān al-Isrā‘īlī) n'en a pas moins exercé une influence remarquable et durable aussi bien à l'intérieur de la communauté juive qu'au sein de l'islam et du christianisme. Ses traités de médecine sont cités avec respect et admiration et ont fait autorité jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-ben-salomon-israeli/#i_94541

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La transmission orientale »  : […] Au cours du Moyen Âge, l'Orient byzantin et judéo-islamique a perpétué la tradition médicale antique en l'enrichissant de quelques données, tandis que l'Occident végétait dans un long immobilisme dont il n'a commencé à se dégager que dans les deux siècles qui ont précédé la Renaissance. Dans le monde chrétien primitif, l'exercice de la médecine et l'assistance aux malades, considérés comme des œuv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_94541

MÉDECINE MÉDIÉVALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 231 mots

Vers 850 Hunayn ibn Ishaq, à Bagdad, traduit du grec en arabe les œuvres de Galien. 865-923 Rhazès (al-Razi), remarquable clinicien, inscrit la médecine dans une vaste fresque encyclopédique. 1000 Avicenne, esprit universel, fait dans le Canon une synthèse des connaissances médicales. 1000 Abulcasis rédige un traité de chirurgie, al-Tasrif , comportant des précisions techniques (cautérisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-medievale-reperes-chronologiques/#i_94541

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité au XVIIe siècle »  : […] Dans l'Antiquité classique, les Grecs situent l'encéphale dans le crâne et la moelle épinière dans les vertèbres, mais ils font siéger la sensibilité dans les viscères, le cœur, le foie, le diaphragme. Plus tard, Alcméon de Crotone, au vi e  siècle avant J.-C., établit par la dissection et la vivisection des animaux les relations des organes des sens avec le cerveau et fonde la théorie de la sensa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_94541

RHAZÈS, arabe ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ (865 env.-env. 925)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

Médecin, alchimiste et philosophe persan, né vers 865 à Ray, près de Téhéran, mort vers 925 à Ray. Selon certaines sources, Rhazès (en arabe Abū Bakr Muḥammad ibn Zakar̄iyyā’ al-r̄az̄i), serait déjà alchimiste lorsqu'il acquiert ses connaissances médicales. Après avoir été médecin en chef dans un hôpital de Ray, il occupe un poste similaire à Bagdad pendant quelque temps. Comme de nombreux savants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhazes-arabe-abu-bakr-muhammad-ibn-zakariya-al-razi/#i_94541


Affichage 

Enluminure turque

photographie

Enluminure tirée du premier manuscrit chirurgical turc, par Charaf Ed-Din (1465) Bibliothèque nationale 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Enluminure turque
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie