BĪMĀRISTĀN ou MĀRISTĀN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « bīmāristān », ou « māristān », est un emprunt au persan ; il désigne un établissement hospitalier pour les malades dont on espère la guérison. Le problème de l'origine du bīmāristān n'est pas résolu. Le calife umayyade al-Walīd (705-710) passe dans la tradition pour avoir été le premier à bâtir un bīmāristān en Islam, à y avoir nommé des médecins et à leur avoir alloué un traitement. En fait, c'est sous le règne de Hārūn al-Rashīd (786-809) qu'est créé, à Bagdad, le premier bīmāristān. Il a pour modèle l'hôpital de Djundishāpūr, qui, fondé, par Chosroês Ier, exerça une profonde influence sur la médecine arabe. Au xe siècle, trois hôpitaux sont construits à Bagdad, le plus célèbre étant celui d'‘Aḍud al-dawla (982), qui fonctionna jusqu'au xiiie siècle. Bien des villes de l'Islam ont des hôpitaux : en Iran, Shiraz et Rayy ; en Djézireh, Mossoul et Harran. À Damas, en Syrie, l'hôpital de Nūr al-dīn (xiie s.), un des plus beaux du Moyen Âge, perpétue de nos jours le souvenir des hôpitaux célèbres de l'Islam, et l'hôpital de Qaymari (1248-1258) est le type parfait du plan cruciforme de stricte symétrie. À Alep, il subsiste deux hôpitaux médiévaux : celui de Nūr al-dīn en ruine et celui d'Arghūn al-Kamili (xive s.), qui est un édifice magnifique. Au temps des croisades, il y avait à Tyr, à Acre et à Palerme des hôpitaux conçus sur le type des hôpitaux musulmans. Au Caire, le premier hôpital est construit en 872 par Aḥmad ben Ṭūlūn ; il comporte des installations pour les hommes et pour les femmes. L'hôpital de Saladin — le māristān Nāsirī — a aussi deux établissements accolés et possédant des chambres pour les malades ; il est doté d'une annexe grillagée pour les malades mentaux. Le plus grand des hôpitaux est celui du sultan Qalā'sun (xiiie s.). Au Maghreb, le premier grand hôpital fut fondé à Marrakech par l'Almohade Ya‘qūb al-Manṣūr (fin du xiie s.), mais il a disparu sans laisser de traces. On connaît un hôpital à Tunis (1420) et celui de Grenade, construit par le nasride Muḥamm [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIMARISTAN ou MARISTAN  » est également traité dans :

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 389 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les époques zankide et ayyūbide »  : […] De l'avènement des Abbāsides en Iraq en 750 à la prise du pouvoir par les Būrides à Damas en 1104, ce fut le règne de l'anarchie. À l'époque des croisades, Damas joue un grand rôle et, avec Nūr al-Dīn puis Saladin, elle apparaît comme la capitale de la réaction sunnite face aux Francs et aux hérésies musulmanes. Nūr al-Dīn remanie l'enceinte, renforce les portes, notamment Bāb Saghīr et Bāb al-Djā […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damas/#i_40806

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « BĪMĀRISTĀN ou MĀRISTĀN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bimaristan-maristan/