RHAZÈS, arabe ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ (865 env.-env. 925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin, alchimiste et philosophe persan, né vers 865 à Ray, près de Téhéran, mort vers 925 à Ray.

Selon certaines sources, Rhazès (en arabe Abū Bakr Muḥammad ibn Zakar̄iyyā’ al-r̄az̄i), serait déjà alchimiste lorsqu'il acquiert ses connaissances médicales. Après avoir été médecin en chef dans un hôpital de Ray, il occupe un poste similaire à Bagdad pendant quelque temps. Comme de nombreux savants de l'époque, il vit dans diverses cours sous la protection de petits souverains. Rhazès se considère comme l'égal musulman de Socrate dans la philosophie et d'Hippocrate dans la médecine.

Il est l'auteur de deux encyclopédies médicales remarquables. La première, intitulée Kit̄ab al-ṭibb al-Manṣūr̄i et dédiée au souverain de Ray, Mans̄ur ibn Isḥāq, sera diffusée en Occident par la traduction latine que Gérard de Crémone en fera au xiie siècle (Liber medicinalis ad Almansorem). La seconde, Kit̄ab al-ḥāw̄i (traduite en latin sous le titre Liber continens), passe en revue la médecine grecque et syrienne, les débuts de la médecine arabe ainsi que certaines connaissances médicales venues d'Inde. Dans ces œuvres, Rhazès fait part de son propre jugement ainsi que de ses connaissances médicales personnelles. Parmi ses nombreux traités médicaux de second ordre figure le célèbre ouvrage sur la petite vérole, qui sera traduit en latin, en grec byzantin et dans diverses langues modernes, notamment en français sous le titre Traité de Rhazès sur la rougeole et la petite vérole.

Les écrits philosophiques de Rhazès, négligés pendant des siècles, ne seront considérés comme importants qu'au xxe siècle. Bien qu'il prétende être un disciple de Platon, il est constamment en désaccord avec les philosophes arabes ayant interprété Platon, tels al-Fār̄ab̄i, Avicenne et Averroès. Ayant probablement lu la traduction arabe du philosophe atomiste grec Démocrite, il adopte une approche similaire dans sa propre conception de la matière. Parmi ses autres ouvrages connus figure le Kit̄ab al-ṭibb al-r̄uh̄an̄i (La Médecine spirituelle), traité d'éthique populaire qui se penche aussi sur l'alchimie.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  RHAZÈS, arabe ABU BAKR MUHAMMAD IBN ZAKARIYA AL-RAZI (865 env.-env. 925)  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La science de la Balance jabirienne »  : […] L'œuvre considérable de Jābir ibn Hayyān, Geber en latin, compterait trois mille traités, s'il fallait en croire la tradition et même certains orientalistes. On a supposé que Jābir dont la naissance et la mort se situent, approximativement, entre 730 et 804, aurait été le nom choisi par les Ikhwān al Safā , les « Frères de la Pureté et de la Fidéli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_10955

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Islam médiéval »  : […] Alors qu'en Europe s'installaient le marasme et la décadence, la civilisation islamique apportait à l'hygiène d'importantes contributions, trop souvent méconnues. Ce sont les savants musulmans du Moyen Âge qui ont remis en honneur le savoir grec et qui, par leurs travaux, comptent parmi les précurseurs de la science moderne. Ils ont médité sur la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hygiene/#i_10955

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Kindī et ses successeurs »  : […] Le premier de ces philosophes, arabe lui-même et de noble lignée comme cela est mentionné traditionnellement, est Abū Yūsuf Ya‘qūb b. Isḥāq al-Kindī, né vers la fin du ii e / viii e  siècle et mort après 256/870. Son œuvre abondante tant en philosophie qu'en sciences ne nous est parvenue que très partiellement, pour un cinquième environ des deux c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_10955

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alchimie »  : […] Il conviendrait de parler ici d'autres branches connexes qui ont également bénéficié de l'apport des savants musulmans : l'hygiène et la diététique, l'odontologie, l'ophtalmologie, la toxicologie, la physiognomonie, ainsi que la zoologie (cf. les ouvrages de Djāḥiẓ, de Damīrī, de Qazwīnī), l'agriculture (cf.  L'Agriculture nabatéenne d'Ibn Waḥshiy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_10955

Pour citer l’article

« RHAZÈS, arabe ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ (865 env.-env. 925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhazes-arabe-abu-bakr-muhammad-ibn-zakariya-al-razi/